Albums du moment
Pochette Lokabrenna
Pochette The Fallen Crimson
Chroniques
Pochette No More Hollywood Endings
Pochette Apocalypse & Chill
Pochette Abreaction
Pochette Cycles
Pochette The Ruins Of Fading Light Pochette Afterlight

logo Mother Superior

Biographie

Mother Superior

Jim Wilson - guitare, chant
Marcus Blake - basse
Matt Tecu - batterie

Qu'ont en commun Daniel Lanois, Henry Rollins, Tony Visconti, Alice Cooper, Meat Loaf, Emmy-Lou Harris, Anthrax, Wayne Kramer, Iggy Pop ou Queens Of The Stone Age ? Celui d'avoir tous bossé un jour ou l'autre avec Mother Superior, trio de Los Angeles qui use ses cordes depuis maintenant 1993.
Musiciens de première classe, souvent dans l'ombre des superstars, Mother Superior est aussi un groupe à part entière qui sortait l'année dernière son neuvième album, Three Head ed Dog. Pour fêter sa longévité, le groupe sort un best of intitulé Grande en 2008 et part sur les routes européennes.

Chronique

Grande ( 2008 )

Baroudeur infatigable du rock n' roll, Mother Superior parcours les routes du monde proposant ses services à qui veut en user tel le rémouleur Gédémus de Giono. Equivalent d'un René Coll en France (on n'a pas le même patrimoine musical), le trio est également un groupe à part entière qui trouve quand même le temps de sortir des albums durant ses rares moments off.

Compilation d'inédits, de réinterprétations et de versions live, présenté comme çà Grande n'offre pas grand chose de séduisant. Soyons clairs, si le trio n'avait pas été le backing band de Rollins pendant quelques années, il n'est même pas certain que l'on se serait arrêté dessus. On aurait eu tort car, sans nous vriller la tête, il faut reconnaître que les californiens manient leur barque comme personne et n'ont pas besoin de prête-nom pour démontrer leur qualité de songwriting. Usant dans un premier temps d'un heavy rock à tendance stoner, puissant et catchy ("Get that Girl", "Five Stars"), la musique de Mother Superior se prolonge naturellement dans l'univers de Led Zeppelin ("Moanin'") et même de Black Sabbath, le côté sombre en moins toutefois ("Brain Child").
Dévoilant un prisme assez large, mais précis et homogène, Mother Superior accoste également sur des rivages beaucoup plus émotionnellement chargés. Les mélodies doucereuses et poignantes de "Four Walls" ainsi que le bluesy stonien "Jaded Little Princess", sublimé par la pedal steel de Daniel Lanois, ami de toujours et accessoirement producteur de U2 ou Bob Dylan, sont là pour montrer que Mother Superior excelle dans pas mal de genres. Le trio californien s'offre même une cover des Beatles, "Happiness Is a Warm Gun", enregistré pour un tribute qui ne vit jamais le jour, mais dont le choix est loin d'être anodin puisque ce morceau est à l'origine du patronyme du groupe ("Mother Superior Jump the Gun").

Rien de surprenant et de renversant donc mais ce Grande constitue une bonne occasion de se pencher sur l'ouvrage de ces travailleurs de l'ombre dont la maîtrise peut prendre toute sa valeur sur scène. A vérifier sur les routes françaises à compter de mars 2008.

Tracklist : 1. "Get that Girl"; 2. "Five Stars"; 3. "Four Walls"; 4. "Brain Child"; 5. "Jaded Little Princess"; 6. "Meltdown"; 7. "Beg Borrow Steal"; 8. "Moanin'"; 9. "Happiness Is a Warm Gun"; 10. "Let it Go".

A écouter : Get that Girl, Five Stars