logo Mord'A'Stigmata

Biographie

Mord'A'Stigmata

Mord'A'Stigmata est formé en 2004 par Static, guitariste et principal compositeur. Après quelques démos et de nombreux changements de line-up, les polonais sortent leur premier LP Überrealistic en 2008 chez Lilith Production.Depuis leur signature chez Pagan Records, leurs productions s'enchaînent à un rythme régulier : Ansia en 2013, Our Hearts Slow Down (EP) en 2015, Hope en 2017 et enfin Dreams of Quiet Places en 2019.
Depuis leurs débuts au sein de la scène Black underground, Mord'A'Stigmata a su se détacher des carcans stylistiques en incorporant des influences multiples, du Post à l'Indus en passant par la Coldwave et en repoussant toujours plus loin les frontières de leur musique.

Chronique

16.5 / 20
0 commentaire

Dreams of Quiet Places ( 2019 )

On ne le répétera jamais assez, plus qu’un style prédéfini et caractérisé par des marqueur précis, le Black est avant tout une question d’état d’esprit, de sentiment et de volonté d’appartenance à cette scène. Ainsi, c’est le fait d’avoir « Satan dans leur cœur » qui fait que les polonais de Mord’A’Stigmata se revendiquent groupe de Black. La citation peut évidemment prêter à sourire mais chacun ici comprendra l’image et surtout voit ce dont il est question lorsqu’on évoque cette chose indicible, qui transcende toute définition théorique et qui fait que l’initié sait ce qui rattache telle musique à tel style.

« Dreams of Quiet Places », titre ne saurait être plus trompeur. Une grande partie des quelques 45 minutes que dure l’album se passe certes sur un mid-tempo mais ne vous y fiez pas. Ce rythme ne dit en effet absolument rien de la froide lourdeur ressentie dès l’ouverture Between Walls of Glass, par ailleurs magistrale, qui développe une lente mise en place des instruments puis du chant, à la limite du Spoken word écorché tant la voix de Ion porte en elle une forme de détachement. L’album comporte son lot de titres qui se rapprochent du standard Black (Exiles) mais force est de constater que le Black pratiqué par un certain nombre de formations de l’Europe de l’Est a décidément une saveur particulière. On peut ainsi penser aux derniers opus d’Au-dessus (avec lesquels les polonais cultivent une certaine parenté) ou à leurs compatriotes de Furia (en particulier sur The Stain dont l'intro toute en cymbales rappelle l'ouverture de Księżyc milczy luty, ou sur le refrain de Void Within). Indéniablement, c’est ici cette touche Electro / Cold Wave qui marque les esprits, tant elle drape l’ensemble dans une ambiance glaciale mais, au-delà, c’est cette capacité à déconstruire un style et à l’hybrider qui rassemble les formations précitées. 

Vouloir jouer aux apprentis Frankenstein est une chose, le faire avec talent en est une autre. Cette alchimie qui prend corps au fur et à mesure de l’enchaînement des titres parle pour elle-même. S’appuyant sur une production impeccable, Mord’A’Stigmata nous emmènent où ils veulent. Un morceau comme Spirit Into Cristal nous fait ainsi passer en 9 minutes de l’Indus syncopé à de la Prog à la Mastodon. Il y a des signes qui ne trompent pas. Par exemple, lorsqu’on est sur le point d’écrire que même les interludes ont un intérêt, qu’ils dépassent le rôle de transition, c’est qu’il est temps de se rendre compte que, de l’écriture d’une chronique, on est gentiment en train de dériver vers une déclaration d’amour. Cependant, allez donc quand même écouter The Stain, véritable ode à la section rythmique, qui est par ailleurs très en forme sur la fin de l’album.

N’en jetez plus, avec Dreams of Quiet Place, on tient un des albums de Black de l’année. Complexe tout en restant assez facile d’accès, le disque fascine de bout en bout. A sa conclusion, une seule interrogation demeure : à quoi aurait-il donc ressemblé si lesdits rêves avaient été un peu plus agités ?

Dreams of Quiet Place s'écoute en intégralité sur bandcamp.

Mord'A'Stigmata

Style : Avant-garde Black Metal
Tags : - -
Origine : Pologne
Facebook :
Bandcamp :
Amateurs : 1 amateur Facebook :