Albums du moment
Pochette Monumenty selhání
Pochette A Different Shade of Blue
Pochette A Dawn To Fear Pochette Nighttime Stories
Chroniques
Pochette Etrange
Pochette Errorzone
Pochette Dreams of Quiet Places
Pochette Hallucinogen Pochette Nest

logo Monochrome

Biographie

Monochrome

Marc Calmbach: Chant
Kathrin Hahner: Chant
Helm Pfohl: Guitare
Marten Thiegels: Guitare
Dominik Thomann: Basse
Chris Specker: Batterie

Avant de voir le jour en '96, Monochrome fut précédé par une autre formation, Dawnbreed, créée en '94 et combinant hardcore, pop, rock et noise. Deux albums, et six singles sortiront entre cette année '94 et l'an 2000. L'arrivée d'une chanteuse et d'un saxophoniste conduit à la création d'un collectif, Dawnbreed/Monochrome, permettant ainsi aux membres du groupe d'élargir leurs horizons musicaux. 1999 marque la sortie du premier full-length de Monochrome: Laser. Le départ de leur batteur en 2000, pour raisons médicales, les force à stopper définitivement l'aventure Dawnbreed. Malgré tout, Monochrome entre dans une période de "statu-quo" durant laquelle ils ne sortent que des formats courts, n'ayant pas réellement le temps de composer de nouveaux titres à cause des fréquents changements de line-up. Disséminés entre Berlin, Stuttgart et Bâle, les musiciens parviennent à éditer un second full-length, Eclat, paru en France chez Paranoid Records (ADIBAW, Amanda Woodward,...) sous licence Stickman Records (The Wedding Present, Favez,..). Ils enchainent avec une tournée en France, Espagne, Belgique et Allemagne au mois de février 2006, et c'est Kathrin qui prend finalement le relais de Liza Von Billerbeck au chant, les deux Berlinoises ayant tout de même participé à l'enregistrement d'Eclat.

Chronique

Eclat ( 2006 )

Sept ans, c’est le temps qu’il aura fallu à Monochrome pour parvenir à consolider son line-up, et ainsi sortir son second effort. Paru le 10 février dans l’Hexagone, Eclat aligne ainsi 12 titres dont l’écoute valait largement la peine d’attendre.

Trois titres sont d'ailleurs issus du MCD Tréma (2005), et reflètent à eux seuls un sens de la mélodie indéniable, et cette capacité qu'à Monochrome d'associer les genres; "Gegenstück" dévoile une pop-rock racée, disposant d'infimes interludes country, le tout faisant la part belle à l'alternance de chant masculin/féminin. Notons que sur cet album, Kathrin Hahner et Liza Von Billerbeck disposent toutes deux d'une demi-douzaine de titres où elles interviennent. Figurant parmi les trois morceaux en question, "Prim" témoigne également d'un talent de composition indéniable: piste instrumentale aux orchestrations trip-hop/post-rock/noise se fondant à merveille, et la batterie ne sachant plus où donner de la tête arrivée à terme. Les nouvelles compositions ne sont pas en reste, notamment "Souvenir of a Sentimental Non-Event", les deux lignes de guitares y embrassant arpèges électriques et rythmiques acoustiques, disposant ensuite des riffs efficaces à la manière d'Interpol. Un chant, en allemand s'il vous plait, y fait son apparition, et ne dénature en rien cette ritournelle. Le reste est du même acabit, que ce soit "Ecart (Les murs ont la Parole"), "Amuse Bouche", ou ce hit en puissance qu'est "Zweibruch", façon rock anglo-saxon.

Le seul point venant obscurcir ce tableau résulte de l'identité même du groupe, qui passe par cette alternance de chant féminin/masculin. En effet, ce procédé, lorsque trop équilibré, au même titre qu'une structure couplet/refrain/couplet/refrain, finit par en devenir bien trop prévisible. En revanche lorsque l'une des demoiselles prend le pouvoir ("Souvenir of a Sentimental Non-Event"), ou que les deux voix s’entrelacent ("Kosmodrom"), l'intérêt de l'auditeur s'en trouve relancé.
Enfin , de façon individuelle, le grain de Miss Kenichi (aka Kathrin), similaire à celui de Dido, marque davantage les pistes de son empreinte, contrairement à sa compatriote; quant à l'interprétation de Marc Calmbach, elle peut s'avérer un peu linéaire par moment, surtout lors de ces intonations proches d'un Franz Ferdinand que l’on rencotre sur le titre d'ouverture d'Eclat, alors que ses performances sur "Gegenstück" sont réellement poignantes.

Ne reste plus qu’à apprécier l’œuvre de Monochrome, en live pour certains (rappel des dates), et patienter jusqu’à une prochaine sortie. Une attente un peu moins longue cette fois serait appréciable, sauf si ces Allemands règlent leurs pas sur ceux du réalisateur Terrence Malick, en privilégiant la qualité à la quantité.

Télécharger: "Zweibruch".

A écouter : Gegenstck; Souvenir of a Sentimental Non-Event; Amuse Bouche; Zweibruch
Monochrome

Style : Indie Rock
Tags :
Origine : Allemagne
Site Officiel : monochromepopgroup.com
Amateurs : 3 amateurs Facebook :