Biographie

Molodoi

« Combien êtes-vous dans la salle ? Formez des groupes de rock libres !! ». Ce fut les dernières paroles prononcées par François lors du dernier concert d’adieu de Bérurier Noir, en novembre 1989. Une période unique prenait fin. Qu’allaient-ils devenir ? Tandis que Loran promène sa guitare de punk nomade dans les villages de l’hexagone, François reprend des études de langues (vietnamien), loin des salles de concerts. Ce repos ne durera guère longtemps puisque dès 1990 sa rencontre avec Spirou et Nanouche, deux frères dijonnais, donnera naissance à un nouveau groupe, Molodoï (nouvelle référence à Orange Mécanique).

Rejoints par Pascal Kung-Fu, déjà présent au saxo sur Concerto pour détraqués des Bérus, et accompagnés d’une boîte à rythme, Irrécupérables… est rapidement bouclé. A priori, la ressemblance avec le groupe pré-cité est plutôt frappante ! Mais un vrai batteur fera assez vite son apparition, et quoiqu’il en soit Molodoï se fabrique sa propre personnalité. La page Béru est bel et bien tournée : la musique est bien moins agressive, plus travaillée, plus technique et moins prise de tête.

Tout au long des albums et maxis, le groupe développe une ambiance assez festive, dans une veine à la fois oï!, punk, ska, et tout simplement rock. La plume de François se fait plus poétique, plus posée, mais toujours aussi dénonciatrice, abordant les thèmes déjà récurrents à l’époque BxN. A une différence près que l’orient (qui fascine François) prend de plus en plus de place, jusqu’au dernier album Tango Massaï. Un album live, intitulé On est là !, sortira en 1993 et fera ressentir l’énergie du groupe sur scène.

Alors que les premières productions sortent chez New Rose sur Division Nada, le label qu’a créé François, le groupe finira sur un label racheté par le géant Sony. Une meilleure promotion leur sera ainsi octroyée, le titre « Ame Errante » étant régulièrement diffusé en télévision et en radio. Cependant, des divergences quant à l’avenir du groupe conduira à sa dissolution. De plus, Molodoï a malgré lui dû porter le lourd poids de l’héritage Bérurier Noir, décevant de nombreux fans qui pensaient les voir suivre une route semblable… Un album posthume en forme de compilation, Rebelle Anonyme, sortira en 1999.

Aujourd’hui, Molodoï est un groupe oublié, malgré un certain succès à leur époque. Leurs albums ont assez mal vieillis, le son n’est vraiment pas terrible et les textes de François ne sont pas mis en avant comme ils le mériteraient pourtant. Un nouveau mixage (à l’instar de la discographie des Bérus – leur histoire est indissociable de ces derniers, vous l’aurez compris) ne serait pas du luxe et leur ferait un bien fou ! Cependant, le groupe pourrait bien connaître une deuxième vie dans un futur proche, orchestrée par le Folklore de la Zone Mondiale, un dvd étant paraît-il en préparation…