Biographie

Misstrip

D’origine déterminée dans le temps, l’espace et la matière, Misstrip échappe pourtant à bien des facettes de notre perceptions pour créer un cosmos qui leur est personnel. Des vestiges d’une formation pop-rock apparaît 4 individus réunis dés 2001 autour d’un objectif : rêver et faire rêver. S’appuyant aussi bien sur la machine que sur l’humain le groupe se restitue entre un Massive Attack rageur et un Archive épuré partageant les planches avec des formations aussi séduisantes qu’Ez3kiel, High Tone ou encore Kwal. Leur premier instrument pour disséquer les enceintes étouffantes d’un quotidien trop « réel » n’est autre qu’un 4 titres sorti début 2004, leur principale chambre opératoire demeurant la scène …

Chronique

15 / 20
2 commentaires (18/20).

4 titres ( 2004 )

Dévoilé à moi un peu (voire franchement …) par surprise, Misstrip n’a pas mis beaucoup de temps à me charmer, puis me séduire. Il faut dire que la scène leur va si bien. Pourtant ils ne perdent ni en identité, ni en intensité sur disque et 4 titres se révèleront bien peu pour combler mon désir musical. Memory [romance] entame avec élégance et puissance ma boite crânienne. Un sample discret m’invite, une sobre rythmique me tends la main, la guitare me porte tandis que la voix m’emporte. Mise en bouche dans une lignée très pop-rock où les machines restent omniprésentes, en ligne de fond. L’électrique s’impose de plus en plus, le chant s’éloigne des sphères terriennes pour accompagner un déchaînement d’énergie. L’atmosphère se fait agressive tout en restant sensible, la guitare se montrant d’une lourdeur pourtant armée de finesse. Peu de temps aura été nécessaire pour atteindre mon cerveau. Je ne peux m’empêcher de rapprocher le groupe d’un Archive période Take My Head tant par les similitudes du chant que par les constructions mélodiques, Misstrip demeurant dans des rivages laissant une place plus centrale au son synthétique des machines. En ce sens Massive Attack peut être considéré comme un aîné bien qu’ils ne s’inscrivent pas vraiment dans une configuration trip hop. Qu’importe les références, leur musique leur appartient avant tout et les situer reste assez difficile. Et ce n’est pas Jade qui me facilitera la tache. Toujours dans une optique très rock, la structure se révèle plus classique mais laisse une place bien plus large à l’épanouissement des sons. Les superpositions électrique/électronique se succèdent pour soutenir la voix claire et hypnotisante laissant tour à tour la machine ou l’humain hurler un peu plus fort son identité.
Un chuchotement nous ramène à des terres bien plus pop, Between Us est gouverné par une guitare accoustique offrant une atmosphère intimiste où le chant se saisi d’une personnalité encore plus forte. Boucles et batterie ne tardent pas à se greffer à cet organisme continuant sur sa lancée jusqu’au point d’inversion où l’électronique reprends le dessus le temps de quelque secondes pour s’effacer complètement. Mais il ne tarde pas à se remettre en avant dés l’intro d’Emo-sphere. La compo la plus intéressante à mes yeux (avec Memory [romance]) : les guitares d’abord discrètes face aux samples se font de plus en plus présentes et agressives pour gagner un point d’égalité avec la machine tout en évitant d’empiéter sur son territoire. L’alchimie opère menant peu à peu à une conclusion chargée de riffs plombés et de rythmes épileptiques.
4 titres se révèlent alors bien peu (surtout quand on a goûté aux compositions plus récentes chargées d’une personnalité encore plus marquée) et un amer goût de faim non comblée envahit  mes oreilles, seule vraie faiblesse d’un premier effort laissant entrevoir un futur qui me colle déjà aux tympans … 

A écouter : Memory [romance], Emo-sphere ...
Misstrip

Style : Tripcore
Origine : France
Site Officiel : misstrip.fr.st
Amateurs : 1 amateur Facebook :