Albums du moment
Pochette Ritma
Pochette Fossil
Pochette Playful Winds Pochette The Quiet Earth
Chroniques
Pochette Dissociation
Pochette Forest Nocturne
Pochette Aeternum
Pochette Extreme Power Metal
Pochette Weltschmerz
Pochette L'Abime Dévore Les Âmes Pochette Omega

logo Minus the Bear

Biographie

Minus the Bear

Jake Snider : chant, guitare
Dave Knudson : guitare
Erin Tate : batterie
Cory Murchy : basse
Alex Rose : claviers, instruments électroniques

Fondé en 2001 à Seattle, Etat de Washington , Minus the Bear était initialement composé de David Knudson (Botch, These Arms Are Snakes), Cory Murchy (Kill Sadie) et Erin Tate (These Arms Are Snakes, Kill Sadie) qui ont rapidement recruté un chanteur (Jake Snider - Sharks Keep Moving) et un claviériste (le producteur Matt Bayles).

Pour leur première sortie, le EP This Is What I Know About Being Gigantic, ils s'installent chez Suicide Squeeze et ne quitteront pas le label pour leurs disques suivants: ils enchaînent tranquillement Bands Like It When You Yell "Yar!" at Them qui servira de promo EP à Highly Refined Pirates (2002).
Des tournées, un petit écart chez Arena Rock Recording pour le EP They Make Beer Commercials Like This, puis en '05 c'est la consécration avec Menos el Oso qui les dévoile à un public plus large. Gagnant assez rapidement en notoriété, leurs zones de tournée s'agrandissent jusqu'à atteindre l'Europe qu'ils visiteront dès lors régulièrement.

En janvier '06, Matt Bayles quitte son poste derrière les claviers pour se consacrer à ses travaux de producteur de plus en plus réputé. C'est Alex Rose (Model Photographer) qui le remplace, lui aussi originaire du monde de la production. Pendant qu'ils s'atèlent à la composition d'un troisième album, un album de remixes de Menos el Oso est concocté par différents artistes: Suicide Squeeze le sort le 20 février '07 sous le titres Interpretationes del Oso.
Quelques mois plus tard, fin août '07, l'opus Planet of Ice est dans les bacs aux Etats Unis et en Europe. Pour le promouvoir ils font le tour de leur pays puis partent pour l'Europe du 20 novembre au 20 décembre.

Chronique

14.5 / 20
1 commentaire (17/20).
logo amazon

Planet Of Ice ( 2007 )

Menos el Oso les avait propulsé au-delà de la sphère strictement indé, les grosses machines de la  presse musicale Nord Américaine, tout comme le public, se délectaient d’un Minus the Bear à l’indie rock fun, parfois dansant, souvent léger, mais toujours intelligent et travaillé… Et voilà que l’ours prend le contre-pied en revenant avec un Planet of Ice plus glacial que jamais.

Alors n’exagérons rien, ce disque ne vous plongera certainement pas dans une profonde déprime, mais il a toutes les chances de faire tâche entre votre live de Ska-P et le best of de Franky Vincent.
L’ambiance générale est au morose feutré (léthargique diront certains). Et il est vrai qu’au micro, l’attitude inhabituellement nonchalante de Jake Snider renforce cette sensation. Planet of Ice se veut donc moins directement accessible que ces prédécesseurs (seuls "Throwin’ Shape" et "Knights", directs et rythmés, rappellent le passé du groupe) ; il nécessite quelques écoutes avant de percer puis de se laisser envelopper par sa froide carapace ; mais il n’en est pas moins intéressant pour autant, bien au contraire.
Plus complexe, plus profond, cet opus tend même parfois vers les sonorités progressives des 70s avec des "Part. 2" ou "Lotus" aux colorations franchement Rose Floyd. Avec des morceaux atteignant presque les 5min en moyenne, Minus the Bear se laisse le temps de développer son propos sans suivre aucune formule, et en profite au passage pour expérimenter nombre de bidouillages sonores sur les guitares et les claviers (la nouvelle recrue Alex Rose fait un gros travail d’enrobage et d’enrichissement ici).

Alors certes, les moins patients et les fans de la première heure pourront (légitimement) trouver à ce Planet of Ice quelques longueurs, mais il n’empêche que le quintet n’a rien perdu  de son potentiel mélodique et créatif.

Ecouter quelques titres sur la page Myspace du groupe.

A écouter : "Dr. L'Ling" ; "When We Escape" ; "Burying Luck"