Albums du moment
Pochette The Waste Land
Pochette Total Dump Pochette Hier Déjà Mort
Chroniques
Pochette Hunter's Moon
Pochette Re:member
Pochette Nocebo
Pochette The Sublime
Pochette Pantophobie
Pochette Berserker
Pochette Louder Than Hell Pochette I, The Mask
Découverte
Pochette Nosebleeds

logo Milanku

Biographie

Milanku

Milanku voit le jour au cours de l'automne 2006 à Montréal, inspiré de l'oeuvre de l'auteur tchèque Milan Kundera, percutant par son caractère brutal à la fois nostalgique et mélancolique. Jean-Remi Charbonneau (Guitare), Carl Ruest (Guitare), Guillaume Chamberland (Basse / Chant) et Guillaume Boudreau-Monty (Batterie) posent les premières bases d'un Post-Hardcore lourd et pesant. Hubert Taschereau (Autumn Picture) remplace Jean-Rémi courant 2007 avant l'enregistrement d'une démo éponyme, ainsi que leur premier album, Convalescence, qui sort en 2008 via D7i Records. Mais c'est surtout en 2012 avec plusieurs signatures sur des labels indépendants (Moments Of Collapse, Tokyo Jupiter Records, Replenish Records) et la parution de Pris A La Gorge, que Milanku s'impose sur la scène internationale. Les québécois tournent même au Japon pour promouvoir l'album. En 2015, François Lemieux (Dark Circles) remplace Hubert et le groupe sort un nouvel opus enregistré par Pierre Rémillard (Voivod, Les Indiens, Despised Icon).

Chronique

16 / 20
1 commentaire (16.5/20).
logo amazon

Monument du non​-​être & Mouvement du non​-​vivant ( 2018 )

Milanku a su apporter sur son nouvel album un côté contemplatif, mais pas inerte. Du Post-Rock, le combo absorbe des mélodies lancinantes, aériennes mais jamais hautaines. D’une part grâce aux variations qui se font aisément, sans s’étioler sur plus d’une dizaine de minutes, mais aussi par le chant collant plus aux orientations Postcore assumées sur les titres ou le chant est présent.

Monument du non​-​être&Mouvement du non​-​vivant intrigue. D’un côté par son nom dont le Néant n’est qu’un synonyme, mais aussi grâce au premier morceau, « Le Dogme du Simulacre », qui prend des atmosphères célestes sur sa montée en puissance. Lorsque les musiciens indiquent « Les membres ont suivi le rythme de Guillaume Boudreau-Monty aux percussions », il n’apparait rien de plus naturel que certains enchaînements. Quand on découvre que l’album a été enregistré pendant la première tempête de l’hiver 2017, le côté presque cotonneux de quelques passages n’en reste qu’une évidence et évoque parfois La Chambre des Morts de Gantz.
Il y a un coté cathartique dans ce nouvel album de Milanku. Au-delà du Post-Rock très efficace proposé, le chant amène un côté rauque à l’ensemble, si bien que la musique gagne en aplomb lorsque résonne « Fragments du Néant ». Les mots sont rares, fragments de ciel clair dans un pluie de flocons que De Fragments commençait à souffler mais dont les paroles n’avaient pas autant de force.

Pour autant, les jeux de cordes moins riches que sur l’opus précédent, préférant une simplicité directe qu’un enchevêtrement de notes plus proches du chaos que des vents glacials. De Fragments semblait presque trop convenu, mais avec ce nouveau disque, Milanku gagne en superbe grâce à des titres comme « La Densité du Réel ».
Avec quasiment 40 minutes pour cinq titres qui s’écoutent sans donner la sensation de sur-place, Monument du non​-​être & Mouvement du non​-​vivant ne ternit pas la réputation de Milanku, bien au contraire. Avec un artwork léché et une prod assez imposante, ce nouvel opus laisse rêveur.

A écouter : Oui