Albums du moment
Pochette Nighttime Stories
Pochette Sphere Pochette Spotted Horse
Chroniques
Pochette In The Raw
Pochette Metaportal
Pochette The Den Pochette Broken Play

Biographie

Metronomy

Formé en 1999 déjà, Metronomy se fait connaître en publiant des remix électro d'artistes divers. Leur premier album, Pip Paine (Pay the £5000 You Owe), ne voit le jour qu'en 2005. Leur musique est alors électro-pop, synthétique, composée par l'unique tête pensante du groupe Joseph Mount. 3 ans plus tard sort Nights Out avec ses singles comme Heartbreaker et Holiday. Le groupe recrute alors le bassiste Gbenga Adelekanet et la batteuse Anna Prior pour créer The English Riviera, qui sort en été 2011.

Chronique

15 / 20
4 commentaires (14.13/20).
logo amazon

The English Riviera ( 2011 )

S'il y a un groupe « à la mode » actuellement, c'est bien Metronomy. Avec leur Indie Pop adulée par l'intelligentsia musicale bien pensante mondiale comme les Inrockuptibles et autres, Metronomy est devenu le groupe à écouter en 2011. Les anglais s'étaient déjà fait remarquer avec un Nights Out orienté disco/weird pop et composé au synthé uniquement par leur leader Joseph Mount. L'homme s'est alors entouré de musiciens pour former un vrai quatuor. Alors ici on quitte les sons uniquement disco/synth-pop de Nights Out pour une pop plus canonisée mais qui se différencie toutefois des standards actuels du genre : on est en effet loin du pop rock des Two Door Cinema Club ou de Bloc Party.

The English Riviera un disque de pop minimaliste et ambiancée, tiède et fiévreuse. Pas si dansante que ça malgré de forts relents disco, un style qui revient sur le devant de la scène pour notre plus grand plaisir, porté par des labels talentueux comme les français de Kitsuné. Un feeling très '70s donc, pour ceux qui se font une certaine idée de cette période ; leur musique est marquée par cette nonchalance, cette flegme qui caractérise si bien les grandes heures de la british pop.
Finalement les mecs de Metronomy ne sont pas de grands groovers, pourtant quand Gbenga Adelekan fait entendre sa basse (comme sur Corrine ou The Bay, LE tube) ça envoie. Ca ne déborde pas de technique virtuose, mais plutôt d'un talent de composition indéniable, efficace et percutant. British quoi.
Sur la plupart des morceaux la section rythmique reste basique, et d'une métronomie presque maniaque (We Brooke Free), minimaliste et flegmatique, mais derrière tout ça, un album comme The English Riviera ne se laisse pas avoir comme ça. Derrière son aspect pop niaise et facile se cachent en effet des choses plutôt intéressantes, même pour le mélomane metal/rock pas forcément habitué à écouter ça. On se surprend à remuer allégrement les épaules et la tête sur The Bay, Corinne ou She Wants, à aimer les claviers kitschouilles de The Look.. Et l'album passe bien, il n'est pas trop long et se laisse très volontiers écouter, malgré des chansons parfois anecdotiques (Some Written ou Love Underlined).

Alors, est ce que Metronomy mérite vraiment cette espèce de hype autour de lui ?
Ce qui est sûr, c'est que c'est déjà la « bande son de l'été » comme dirait l'autre, ça n'est pas pour rien qu'il est sorti à l'approche de la saison estivale. Il passera aisément l'été, et il est vrai qu'on s'imagine carrément devant le paysage tropical et paradisiaque évoqué par la pochette. Bref, si il n'est pas un chef d'oeuvre musical révolutionnaire, intemporel et unique, Metronomy vient vraisemblablement de poser sa brique dans l'ère du temps avec cet album. L'idéal pour vos soirées tièdes d'été autour d'un bon verre.

Vous pouvez toujours vous faire plaisir avec le clip de The Bay.

A écouter : The Bay, We broke free