Albums du moment
Pochette Spotted Horse
Pochette Full Upon Her Burning Lips
Pochette Our Voices Will Soar Forever Pochette Back In Business
Chroniques
Pochette Algleymi
Pochette Carrion Spring
Pochette Downward Motion
Pochette Old Star
Pochette The Chosen One Pochette A Throne of Ash,

logo Masses

Biographie

Masses

Masses est un quatuor australien formé en 2013 autour d'un amour commun pour l'Anarcho Punk, le Post-Punk et le Rock Gothique. James (Guitare / Chant), Tessa (Basse), Nellie (Chant / Claviers) et Ashleigh (Batterie) sortent une démo très rapidement en 2013, puis l'ep Horde Mentality, en 2014 tandis que le premier album, Moloch sort en 2016 chez Lost In Fog et Mass Media Records.

Chroniques

Masses Moloch

Masses ( 2018 )

Cette chronique est en quelque sorte un bon prétexte pour en remettre une couche sur Masses et leur talent à raviver le Punk dans le Post-Punk. 

Sur ce 7", les anars d’Australie servent 3 titres tout aussi bien foutus que la ribambelle de perles que contient Moloch. Masses arrive très bien à exprimer la détresse et l'urgence Punk saupoudrée d'ambiance château hanté Goth. Particulièrement grâce à ces guitares juste faiblardes comme il faut pour avoir l'air fantomatiques et ces claviers sinistres dans le fond. 

Il suffit pour s'en convaincre de se frotter au tempo de Control qui appelle immédiatement le corps à gesticuler frénétiquement. Masses balance là un morceau que n’aurait pas renié Bauhaus pour son côté aussi dansant que noir. On devine que Control doit mettre sans souci un peu de souk dans le pit avec ses paroles scandées et ce duo de voix par Nellie et James hyper attachant, ce depuis les débuts du groupe. Worthy fait également du très bon boulot avec ce jeu de reverb donnant une belle impression de bordel Batcave noyé dans des grattes chorus et des chants possédés. 

Avec son Punk égaré dans un train fantôme, le quatuor confirme sa capacité à puiser dans le terreau 70’s-80’s tout en affirmant sa patte perso. Un vrai coup de cœur.

L'EP est à prix libre sur bandcamp

14.5 / 20
1 commentaire (14/20).
logo amazon

Moloch ( 2016 )

Pouvoir émerger en évoluant dans des genres vieux de plusieurs décennies n'est pas forcément aisé pour un groupe. Bardés de références, nos zicos du jour ont simplement laissé parlé la passion et les amplis sans chercher à réinventer quoi que ce soit. 

Avec ce premier long format du nom de Moloch, Masses laisse de côté le « Plus c'est long plus c'est bon » et va droit au but avec ses titres qui dépassent rarement les trois minutes. Juchés entre le Post-Punk, le Deathrock et d'autres variantes du Rock sombre, les quatre Australiens évoquent Bauhaus, Joy Division, parfois Sonic Youth dans les guitares (Revenant). Sortez une prod' garage, des six-cordes froides et gonflées au chorus, de l'écho dans les micros et nous voilà en plein revival. Et si des gars comme feu In Solitude ou Beastmilk savent habilement remettre ces sonorités au goût du jour, ça ne reste pas donné à tout le monde. Mais ce serait compter sans ce duo masculin et féminin au chant qui fait tout le sel de cet opus. D'un côté, ce James au timbre totalement en accord avec les genres sus-cités, à la fois sombre et animé par une énergie contagieuse (notamment sur le beaucoup trop court Crosses); de l'autre Nellie qui fait contrepoids de ses vocalises rassurantes et chaleureuses qui hantent le sublime Sirens. Une complémentarité qui enrichit bien des morceaux, servant parfois la hargne Punk (Providence), ou des mélodies plus enjouées comme sur Moloch et son refrain presque Pop (noire).

Sans surprise, rien de révolutionnaire avec ce disque marqué par son amour du passé. Celui-ci a tout de même le mérite de proposer son lot de titres intéressants, immédiats, et souvent trop courts pour nous rassasier complètement. En l'espace de 26 minutes, Masses déploie sa verve sur Paranoid ou The Centre Cannot Hold, titres équilibrés par The Wall et Sirens. Ce dernier place d'ailleurs Nellie sur le devant de la scène, qui lorsqu'elle s'empare du micro adoucit une atmosphère dominée par l'amertume dans la voix de James. Mais on retiendra également le final qu'est Eternal et ses envolées en duo lors du refrain, une piqûre de rappel suffisamment efficace pour s'abreuver encore une fois de ce premier effort décidément entêtant. 

Mêlant un amour de l'old-school et son aspect brut et direct, le quatuor de Melbourne livre un Moloch qui s'écoute avec plaisir pour ses morceaux sans détours et ses clins d’œil non-dissimulés aux fantômes du Rock sombre. 

L'album est en téléchargement libre sur bandcamp

Masses

Style : Post-Punk / Deathrock
Tags : - -
Origine : Australie
Facebook :
Bandcamp :
Amateurs : 2 amateurs Facebook :