Albums du moment
Pochette Años En Infierno
Pochette Mestarin Kynsi
Pochette Naiv Pochette Ascension
Chroniques
Pochette The Baring of Shadows
Pochette Neon Noir Erotica
Pochette Eleventh Hour
Pochette La Battue
Pochette Necroscape
Pochette On Circles
Pochette Arkhipov Pochette Summerland
Découverte
Pochette Discography

logo Magneto

Biographie

Magneto

Originaire de Périgueux, Magneto commence en duo guitare/batterie et recrute un bassiste en 2011. Influencé par la scène noise de Chicago, le trio prône un certain minimalisme tout en s'inspirant de l'agressive précision d'un Shellac, inspiré également par le sens de la répétition grinçante d'un My Disco. Magneto sort son premier EP Fragment en juin 2012, qui sera distribué via quatre labels (Some Produkt, No Glory Records, Crapoulet Records, Blood&Döner). Après une tournée effectuée entre la France et le Portugal, le trio se délocalise entre Bordeaux et Rennes, puis décide d'enregistrer un nouveau format, Science of Attraction, pas très long lui non plus, en Finlande, et qui sortira en octobre 2014 via A Tant Rêver Du Roi, en plus des labels précités. Le trio enregistre un split album dans la foulée avec les Toulousains de Pylone.

Julien : Basse/Chant
Rémi : Guitare/Chant
Etienne : Batterie

Science of Attraction ( 2014 )

Découvert en 2012 par le biais d’un EP (Fragment) fort bien achalandé, Magneto, trio noise rock multi-localisé entre Périgueux, Bordeaux et Rennes, a aussi pondu Science of Attraction en 2014, à propos duquel on a honteusement omis de coucher quelques mots. Honteux car cet objet, malgré ses 22 minutes tout mouillé, ne manque pas de petits délices bruitistes ni d’un certain feeling, précisant une identité forte quelque peu délestée d’influences évidentes, toutefois loin d’être dégueulasses (Shellac, Fugazi, Shipping News, My Disco parmi d’autres).

Magneto a donc étoffé sa personnalité, et parvient à tenir en haleine durant l’entièreté des sept titres présentés là, augmentés d’une production sensiblement clarifiée, illustrant une volonté d’alliage naturel entre bruit rock et post-punk. Cette impression que tout va de soi on l’avait déjà à l’écoute de Fragment, seulement ici on sent les nombreux kilomètres avalés, une expérience acquise notamment en Irlande avec les non moins talentueux copains de Hands Up Who Wants To Die. Enregistré en direct, Science of Attraction l’est évidemment, comment pourrait-il en être autrement ? Cette chaleur incandescente qui nous enveloppe nonchalamment sur Greed, cette manière désabusée de nous administrer de la calotte simple et sans le moindre effet de manche abscons sur Game, évoquant l’accouplement éventuel d’un The Jesus Lizard avec un Fugazi, ou cette vibrante tribalité qui se dégage de l’incantatoire Soon, sont autant d’éminents arguments à entreprendre. Batterie, basse, guitare et chant s’expriment d’une seule voix, grincent ou hypnotisent en chœur, parfois même susceptibles de nous faire gigoter frénétiquement (Targets, Jesus).

Magneto semble avoir entamé la digestion de ses inspirations avec Science of Attraction, armé d’intentions de mariage pour tous entre le noise rock et le post-punk, définissant un peu plus une approche singulière des deux facettes d’une même pièce soigneusement rouillée. Le professeur Xavier n’a qu’à bien se tenir. Néanmoins, la qualité intrinsèque des morceaux qui tapissent ce mini album nous fait regretter sa courte durée, et nous fait naturellement espérer l’arrivée prochaine d’un objet dépassant les 25 minutes. Ça serait bien.

Disponible à un prix forcément attractif via Bandcamp.

A écouter : sans crainte.
14.5 / 20
0 commentaire

Fragment ( 2012 )

Ces gars-là, issus de la scène noise bordelaise et originaires de Périgueux, en ont dans le bide. Ils contiennent en eux suffisamment de matière crasseuse pour accoucher l'année dernière d’un premier EP qui hume bon le rock bruitiste chicagoan à la Shellac, ainsi qu’un bout de post-punk à la Fugazi, The Ex ou encore le coté cyclique et grinçant d’un My Disco.

Le bien nommé Fragment démarre sèchement, frontalement. Spectators ouvre nerveusement les oreilles et témoigne d’emblée de la maturité du trio (longtemps sans bassiste avant ce disque). Magneto fait immédiatement preuve d’un sens rythmique indécent. Les quatre cordes traînent parterre et s’accordent judicieusement avec une batterie quasi hardcore, absolument centrale, qui ne se contente pas de frapper lourdement, elle mène la danse. La guitare, tendue comme un tanga, trace son chemin sinueux, plus ou moins dissonant, entre des lignes de chant maîtrisées, qui rappellent parfois Ian McKaye (Minor Threat, Fugazi), en presque mieux. Magneto fait très fort pour sa première sortie. Terriblement efficace, le noise-rock du trio risque de faire date, à condition de se débarrasser un chouïa d’influences très présentes. Fragment n’en est pas moins un excellent EP posant les jalons d’une musique qui ne demande qu’à se développer. On aura la réponse très bientôt puisqu’un premier long se prépare à sortir pour 2014, on ne manquera donc pas d’en parler ici. Le noise-rock français - déjà bien représenté - fait des petits, et on ne va pas s’en plaindre.

Fragment en écoute libre sur bandcamp.

A écouter : avec plaisir.
Magneto

Style : Noise Rock / Post-Punk
Tags : - -
Origine : France
Facebook :
Bandcamp :
Amateurs : 2 amateurs Facebook :