Albums du moment
Pochette Nighttime Stories
Pochette Sphere
Pochette Spotted Horse Pochette Full Upon Her Burning Lips

logo Lords

Biographie

Lords

Chris Owens - chant, guitare
Stan Doll - batterie

Né à Louisville de la séparation de The Slow Suicide entre 2002 et 2003, Lords prend consistance lorsque Stan Doll et Chris Owens recrutent Stephen George (ex-Suidicer) et Billy Bisig (ex-Irnia). Après plusieurs petites tournées dans le secteur, Bisig et George quittent la formation durant l'enregistrement du premier ep, The House that Lords Built. Loin de se démonter, Doll et Owens font appel à Patrick Hume pour tenir la basse ainsi qu'à Nathan Smallwood pour achever les travaux de guitare.
Le premier concert de Lords a lieu le 2 mai 2004 à Bloomington. En raison de difficultés pour concilier la vie familiale et la musique, Smallwood quitte le groupe et n'est pas remplacé. Sous cette formation, Lords enregistre son premier album intitulé Swords chez Jade Tree en 2005. Le second, intitulé Fuck All Y'all Motherfucker, voit le jour quatre ans plus tard..

Chronique

15.5 / 20
0 commentaire

Fuck All Y'all Motherfucker ( 2008 )

Shut-the-fuck-up. C'est clair. Dans la famille des paysans du Kentucky, les Lords ne sont pas les plus fins. On les imagine aisément les mains comme des battoirs, sarclant les raves ou repiquant les blettes entre deux sessions studios. Avec un manche dans les mains - une guitare s'entend - c'est une autre histoire. Lords est actuellement l'un des plus dignes héritiers du hardcore californien des 80's. Black Flag, Germs, Flipper passés à la moulinette des années 2000, façon Nomeansno. Voilà le topo.
Inutile de chercher une certaine logique sur Fuck All Y'all Motherfucker, il n'y en pas. Lords ne propose pas des titres mais éructe des borborygmes. Joue avec nos nerfs, notre patience, espérant, goguenards, qu'à l'autre bout l'auditeur ne pouvant en supporter davantage, s'emparera de la galette et l'enverra par-dessus les laurières de la clôture tel un freesbee. Les Lords ne sont en fait que des pîtres, uniquement là pour en mettre plein la gueule de celui qui se présentera devant eux. Mais pour le courageux qui arrivera au bout, Fuck All Y'all Motherfucker est une formidable décharge d'adrénaline, jouissive et jubilatoire et Lords un duo/trio de zicos hors pairs, cumulant les enchaînements de contretemps entre deux d-beat quand d'autres ne sont encore même pas capables de jouer à l'endroit.

Après le sulfureux Swords sorti il y a déjà quatre ans, le duo/trio refout le feu à la luzerne. Entre Coliseum, Fight Amp, Rattletooth ou Prideswallower, en matière de hardcore Louisville est définitivement la place-à-être et les Lords, ses plus dignes représentants. Pas sûr cependant que le maire de la ville leur remette les clés de la cité.

Tracklist : 01. This Isn't a Song Dumbass, 02. Robbed, Raped and Beaten, 03. Why I Don't Give a Fuck, 04. Waist Deep in Shit, 05. Obstructionist Blues, 06. Fucking with Fire, 07. Damnation of Memory, 08. I Know What You're Doing, 09. Blasphemy Act*, 10. Intermission, 11. To Kill or Die Trying, 12. Goodnight Sweet Prince, 13. When No One's Looking, 14. Man, Everything Sucks*, 15. Cause All of You Are Fucked

A écouter : En rentrant le foin