Albums du moment
Pochette Fyra
Pochette Street Heat
Découverte
Pochette Lost Ghosts Vol.1

logo Lord Mantis

Biographie

Lord Mantis

Bien que plus connue pour sa scène blues/jazz florissante des années 20, l’Illinois est aussi la région qui a assisté à la naissance de Lord Mantis. La formation chicagoenne, s’étant initialement construite en 2005 pour rendre un humble hommage à leurs idoles (Meshuggah, Mastodon, Helmet, ou encore Ministry) est toujours active à l’heure actuelle, malgré quelques modifications du line-up.

Après la sortie d’un premier EP, produit de l’assemblage de leurs expériences naissantes, Lord Mantis commence à se faire remarquer et entame ensuite les premières tournées à travers le pays. Aujourd’hui, les musiciens comptent deux EP et trois albums à leur palmarès. Leur musique se caractérise par un mélange de Sludge poisseux et de Black Metal Lo-Fi, gracieusement accompagné de paroles occultes sur des thèmes lourds comme les expériences du contrôle de l’esprit ou les déviances sexuelles.

Chronique

Pervertor ( 2012 )

« Là, tout n’est qu’ordre et beauté, Luxe, calme et volupté. » Une chose est sûre, au moment de coucher ces lignes exquises, Baudelaire n’avait pas dans l’idée de décrire la troisième production des américains de Lord MantisPervertor. Il est presque étonnant de constater que ces quelques qualificatifs semblent avoir été choisis pour dépeindre l’opposé total de ce qui constitue le noyau de ce disque marécageux. Focus.

Après seulement quelques secondes de fragiles crissements venteux, les musiciens d’Outre-manche - ou devrai-je dire d’Outre-tombe - annoncent la couleur par un riff tempétueux et fugace, suivi de près par les parties vocales semblant sortir des entrailles d’une antique sépulture. Et la couleur la plus à même de dépeindre ces notes poisseuses n’est autre qu’une lugubre et magnifique teinte verdâtre. Les sonorités déversées, mélange bâtard de Sludge et de Black, découvrent le voile d’un monde immensément maussade et malsain. Du côté des voix, le scream aigu et caverneux laissant à l’occasion la place à un growl profond et animal, permet d’aérer le disque et de malmener l’auditeur sans jamais lui laisser le moindre instant de répit.

Côté instruments, la part belle est faite à la basse et à la batterie sur cet album, ce qui se fait d’ailleurs au détriment de la guitare qui semble clairement laissée pour compte, malgré quelques riffs vertigineux et oppressants comme c’est le cas dans Vile Divinity. La construction instrumentale lourde et assourdissante permet d’ailleurs de créer un équilibre judicieux avec la voix, renforçant ainsi l’Ode au Saint Pêché qui tombe avec délectation dans les oreilles innocentes de l’auditeur.

La musique de Lord Mantis, sans s’y apparenter totalement, présente quelques connivences avec celle d’Arrival of Satan, le rythme pachydermique en plus et la frénésie Crust en moins. Pervertor, par son atmosphère honteusement jubilatoire, ne suggère que l’amertume, le supplice et la crasse, et même si le disque a ses défauts (comme le morceau Ritual Killer qui, bien que respectant la cohérence de l’album, n’apporte rien de fondamental à ce dernier), les musiciens parviennent toujours à raccrocher l’auditeur à la ronde chancelante et inhumaine.

La saleté, le déchirement, les riffs martelés et la perversion : tous les ingrédients sont réunis pour un album résolument sordide et dépravé. Amateurs d’ambiances pesantes et torturées trouveront leur compte avec Pervertor, qui nous aura assurément pervertis dès la première écoute.

A écouter : Levia, Pervertor of The Will, Septichrist
Lord Mantis

Style : Blackened Sludge Metal
Tags : -
Origine : USA
Site Officiel : lordmantis.com
Facebook :
Amateurs : 1 amateur Facebook :