Titre : A Thousand Suns Année : 2010

Tracklist
1 - The requiem
2 - The radiance
3 - Burning in the skies
4 - Empty spaces
5 - When they come for me
6 - Robot boy
7 - Jornada del muerto
8 - Waiting for the end
9 - Blackout
10 - Wretches and kings
11 - Wisdom justice and love
12 - Iridescent
13 - Fallout
14 - The catalyst
15 - The messenger
16 - Fallout
17 - The catalyst
18 - The messenger
Acheter : logo amazon
Collection : 32 membres possèdent cet album.
Moyenne lecteurs : 7.79/20 (90 avis dont 82 avec commentaire)


Ecouter l'album :

Les membres qui ont aimé A Thousand Suns aiment aussi :

Laisser votre avis

Commentaires

JULES CHRONIQUE 17.5 / 20 Le 18/02/2019 à 10H27

Je ne comprend pas les critiques de ce site,c'est un des meilleures albums concept que j'ai écouté,alors certes il y a pas mal d'interludes mais c'est pour que cela soit cohérent,sinon on comprendrais rien au concept de l'album,à savoir la guerre atomique,d'ailleurs beaucoup de gens se plaigne des musiques trop éléctro et pas assez rock,sauf que autant dans Minutes To Midnight,l'éléctro ne servait à rien et était là juste comme ça,autant la l'éléctro illustre bien les machines et la guerre.

JULES/NU METAL FAN 4 / 20 Le 07/01/2018 à 17H16

Et voila!! La deuxième merde de Linkin Park,cette fois ci elle se nomme "A Thousand Suns" et autant vous dire qu'il y a plus une seule guitare électrique dans ce putain d'album,maintenant c'est de l'électro,Chester Bennigton commence a chanter avec un chant "hyper possédé" et il y a plus de rap et de clavier de Mike Shinoda qu'autre chose.C'est dingue quand même qu'un groupe qui traine une étiquette nu metal depuis des années est passé du nu metal à de la pop éléctro merdique.Bon,je vais être gentil,il y en a une qui sort du lot qui se nomme "Waiting For The End",sinon le reste est nul à chier,comme son prédécesseur,mais en pire.

Sandpit Turtle 8.5 / 20 Le 30/12/2015 à 16H36

Déçue, terriblement déçue.
Fan incontestée de Linkin Park, j'étais déjà restée perplexe devant "Minutes to Midnight" ; ce tournant vers un son plus électro ne m'emballait pas tant que ça, mais alors là..
Comment ont-ils pu en arriver là ?
Je peux concevoir que le groupe ait évolué, et puis, le changement peut avoir du bon.. Or après nous avoir habitué à une si bonne musique, ils n'ont pas le droit de nous infliger une telle.. chose !
Me languis d'Hybrid Theory et Meteora..
Je ne retrouve vraiment pas le génie du groupe dans cet album.
Peut-être que si je n'avais pas été habituée à de si bonnes musiques de leur part, j'aurais pu apprécier, mais là, je dois dire que c'est un coup dur.. C'est juste indigne de LP.
Hum. Parlons peu, parlons bien. Et l'album en lui-même ?
En un mot ; MASSACRE.
La voix de Chester est dénaturée (Je pense notamment à "Blackout" : je fondais toutes mes espérances sur cette chanson, et je me disais qu'il y avait du bon en écoutant Chester crier.. Jusqu'à ce que Hahn parte en c.. cacahuète, et se mette à retoucher sa voix. Une horreur.), on ne retrouve plus ses accès "gueulards" ni sa voix plus mélodieuse.. Il n'est plus question que d'électronique, de remix désastreux..
Le tout est trop simple, pas assez recherché. Ils ont enlevé la musique et n'ont gardé que le bruit.
C'est clair que sur ce coup-ci, LP a innové !
Je me sens incapable d'attribuer moins à Linkin Park que 8.5, en souvenir du bon vieux temps..

Goodsong 18 / 20 Le 06/07/2015 à 22H52

J'ai lu attentivement bon nombre de critiques de cet album sur ce forum, toutes aussi incendiaires les unes que les autres, puis j'ai enfin compris ce qui avait posé problème dans cet album. Si Minutes to Midnight était un album qu'il était nécessaire d'écouter piste par piste pour le comprendre, A Thousand Suns est tout l'inverse. Cet album, rappelons-le, se veut être conceptuel (quoi qu'en disent les mecs de Linkin Park), en l'occurrence il s'agit ici de la guerre, et plus précisément d'une guerre atomique. Qui dit album concept dit forcément introduction de pistes de transition pour conserver une certaine cohérence. Or la plupart des gens de ce forum ont écouté les chansons une par une, sans juger l'album dans son ensemble : grave erreur ! A Thousand Suns est une piste à lui tout seul, une piste décomposée en petits fragments qui constituent chacun une facette de l'album entier.

1) The Requiem 18/20. Calme apparent pour cette piste ambient d'ouverture d'album. Seule une voix de femme sur un fond sonore flou chantonne une mélodie, comme une chanson oubliée qui peu à peu laisse place au bruit des machines.

2) The Radiance/Burning In The Skies 15/20. Assez déçu par cette première chanson d'album. En effet si The Radiance situe assez bien la thématique (la guerre), Burning In The Skies semble totalement à-côté de la plaque. Malgré une mélodie entrainante et des bruits de machine au début qui raccrochent la chanson à la thématique de l'album, les guitares house du refrain sonnent fausses. La fin de la chanson elle-même dérive complètement avec les cris mélodiques de Chester et ses guitares électriques aiguës. Bien qu'étant mélodiquement riche, cette chanson est incohérente avec l'album.

3) Empty Spaces/When They Come For Me 20/20. À ceux qui diraient qu'Empty Spaces, piste de 18 secondes, ne sert à rien, c'est qu'ils n'ont rien compris. Les bruits de bombe qu'on entend en arrière fond, en crescendo, évoquent l'idée d'un rapprochement de soldats (sûrement ?). Or comment s'appelle la piste d'après ? When They Come For Me (quand ils viennent pour moi), bien vu non ? Parlons-en de cette chanson. L'intro est excellente, parfaitement dans le thème. Les synthés mécaniques s'accordent parfaitement bien avec la batterie aux rythmes militaires et les synthés robotiques plus aiguës qui évoquent encore une fois l'idée de machines. Cette instrumentation complexe constitue le sample sur lequel Shinoda porte son flow appuyée. Il est rejoint par les choeurs de Chester qui sonnent comme une longue complainte face à cette technologie envahissante. La reprise du titre de la chanson à 3:15 par Chester et ses choeurs renforce encore plus cette idée de longue complainte et d'appel à l'aide.

4) Robot Boy 20/20. Là encore une piste brillantissime qui poursuit cette idée d'appel à l'aide. Roboy Boy se compose en effet d'un piano, d'une batterie, et de Chester et ses choeurs qui entament leur longue complainte par "You say, you're no gonna fight, cause no one would fight for you". On peut ainsi penser que When They Come For Me évoquait l'idée d'un recrutement forcé. Là encore on voit bien tout le génie de cet album : les pistes se répondent et se complètent, comme une histoire avec une trame scénaristique qui avance. Musicalement, même si cette chanson est assez minimale, la finesse se fait essentiellement dans les rythmes de la batterie et les variations dans le chant des chœurs.

5) Jornada Del Muerto 16/20. Même si cette piste n’est pas d’un grand intérêt musicale, elle renforce encore une fois la cohérence de l’album. En effet sa montée crescendo permet d’aboutir sur la chanson Waiting For The End qui suit exactement le même schéma de construction.

6) Waiting For The End 20/20. La chanson débute par des synthés robotiques qui ne sont pas sans rappeler ceux de When They Come For Me (preuve encore une fois de la continuité de l’album). Ils sont rapidement accompagné d’un piano qui ne joue que deux notes identiques à contre temps, piano qui lui rappelle la chanson Robot Boy. Puis vient la batterie qui effectue un rythme plus syncopé. Vient ensuite le rap de Shinoda, doublé par le chant de Chester, relativement calme. Après un début assez classique, Chester chante d’une voix douce et mélodieuse : « Waiting for the end to come… » qui rappelle encore une fois l’ambiance apocalyptique de cet album. S’en suit une véritable montée qui aboutit, non sans l’intervention de quelques guitares aux sons pop, à une apothéose de sonorités ou se mêlent la voix aiguë de Chester et le flow de Shinoda. Un chef d’œuvre, là aussi une des meilleures chansons de Linkin Park.

7) Blackout 20/20. Cette chanson se compose de trois parties qui apportent toutes une richesse supplémentaire au morceau. Rien qu’en s’arrêtant sur l’intro, on en a déjà un aperçu. Des synthés d’ambiance, rejoints par une batterie aux rythmes encore une fois militaires, puis un deuxième synthé vient amorcer une première phase mélodique, un troisième synthé d’ambiance fait alors des apparitions discrètes, puis un quatrième synthé joue la phase mélodique un peu dance, et enfin un cinquième synthé d’ambiance se rajoute. Allez me dire que ce morceau n’est pas travaillé après ! S’en suit ensuite un rap de… Chester ! Et oui, pour une fois celui-ci n’est pas assuré par Shinoda mais bien par Chester qui mêle aussi bien flow rapide et syncopé que cris rageurs dignes du Hybrid Theory.
La deuxième partie de cette chanson se compose des cris de Chester (« Blackout ») mixés à l’aide de samples, toujours accompagnée de ce fond sonore extraordinaire.
La troisième partie laisse place à un chant mélodique où les voix de Shinoda et de Chester vont se mélanger. On a ici à faire à une montée crescendo un peu dance qui rend la chanson accessible aux non-amateurs de cris. Bref, une tuerie.

8) Wretches and Kings 20/20. Là encore cette chanson fait place à des synthés mécaniques dans le même genre que Waiting For The End et When They Come For Me, puis vient la batterie assez simple mais d’une rare violence. Violence qui s’accorde parfaitement avec le rap agressif de Shinoda. La voix rageuse mais contenu de Chester apporte toute la tension nécessaire à ce morceau. Mais le véritable coup de génie vient du discours présent au début et à la fin de la chanson. Ce discours de Mario Savio contre les machines et l’invasion robotique montre bien le côté engagé de Linkin Park. Encore une fois du grand art.

9) Wisdom, Justice, And Love 17/20. Un interlude très bien placé qui marque une transition entre le style agressif des chansons précédentes et le calme planant de la fin de l’album. On pourra peut-être lui reprocher sa longueur, mais musicalement la distorsion des voix de Martin Luther King sur un fond de piano triste et synthé d’ambient froid est très intéressante.

10) Iridescent 16/20. Une chanson qui encore une fois reprend le principe du crescendo pour partir de l’ambiance triste de Wisdom, Justice, And Love à l’ambiance dance de The Catalyst. On déplorera une instrumentation un peu plus faible que pour les autres morceaux (un piano qui joue des accords et un synthé d’ambiance seulement). Cette petite faiblesse est largement rattrapée par l’intervention des guitares (du même style que dans Waiting For The End) et celle des chœurs (non sans rappeler Robot Boy et When They Come For Me). Un petit manque d’énergie tout de même sur cette chanson un peu… commerciale ?

11) Fallout 17/20. Encore une fois cette piste amène la chanson suivante, en l’occurrence The Catalyst. Elle reprend les paroles de Burning In The Skies. L’ambiance froide est parfaitement mise en valeur par les synthés d’ambiance. Piste peut-être un peu longue et pas forcément très utile sur ce coup.

12) The Catalyst 18/20. Cette chanson ressemble énormément à Blackout, dose d’énergie en moins. Le sample sur lequel rape Chester se compose d’un synthé d’ambiance, d’une batterie qui joue beaucoup sur les cymbales et d’un synthé plus mécanique encore une fois. On a du mal à comprendre cependant l’intervention des cris mélodieux de Chester à la fin de la chanson, car bien que musicalement intéressant, ils enlèvent une bonne part de l’énergie qu'il avait développée à l’aide de la batterie à contre temps.

13) The Messenger 20/20. G D EM7 CADD9, 4 accords à la croisée des chemins entre Knocking on Heaven’s Door de Bob Dylan et Wonderwall d’Oasis pour une magnifique chanson acoustique culte. Chester nous livre ici un chant alliant parfaitement mélodicité et rage avec des cris contenus. Une magnifique chanson sur l’amour pour conclure cet album très sombre.

zamal974 16 / 20 Le 29/10/2014 à 19H40

On voit bien là le manque d'objectivité des gens...!

Il est génial cet album! c'est un bon album d'electro rock à sonorité légèrement métal!
Il y a beaucoup d'interludes! mais je trouve que ces interludes donnent une dimension à l'album!! sa met en place une certaine ambiance! les samples sont parfait!
Pourquoi faire des albums toujours de la même façon? ces disques formatés avec intro et chanson aprés chansons sans liens dirrects!
là au moins il y a du neuf, c'est un peu comme un album concepts, avec une ambiance qui prend sur tous les morceaux!

c'est pas un disque parfait, mais c'est un bon album de linkin park! d'ailleur c'est mon préfèré avec réanimation!

METEORA89 18.5 / 20 Le 05/04/2014 à 05H33

Un album expérimental, il faut aimer, et moi j'aime bien.

EpidemicN0rm 10 / 20 Le 08/03/2014 à 16H41

Cet album est un meurtre, il a souillé un groupe mythique... Jusqu'à là, j'avais bien noté les autres albums (HT: 20, M:20, MTM: 19), mais là, pas de pitié.

Cet album ce veux expérimental (et non pas commercial),et comme l'a dit Mike Shinoda:"Ce ne sera pas un Hybrid Theory, ce ne sera pas un Minutes to Midnight, et si nous continuons comme cela, cela devrait être un son à part, qui se définit lui-même, une œuvre particulière, différente de tout ce qui existe en dehors". Après le nu-metal et le rock alternatif, Linkin Park s'attaque à l'électro-rock, et autant le dire tout de suite: c'est raté.
Première blague: il y a 15 pistes pour 9 chansons. Vu comme ça, ça peut faire sourire, mais c'est vraiment du foutage de gueule. Heureusement, la plupart des chansons tourne autour de 4-5 minutes, plus long que ce à quoi il nous avait habitué.
Deuxième blague: Tu veux de la vrai guitare et une vrai batterie ? Tu vas gentiment passer ton chemin ! Brad Delson a dû franchement se faire chier pendant les concerts (pendant Wretches and Kings je vous jure qu'il passe 2:30 à rien foutre !). Et pour ce qui est de Rob Bourdon, regardez son matos avant et après la sortie de l'album: dix milles pad électro sont venu s'ajouter sur sa gauche...

Descriptif des pistes (et non pas chansons) avec note:

1.The Requiem: 16/20 L'intro de l'album, et des concerts de la tournée promo. Beaucoup de gens la trouve bizarre voir creepy, mais moi... je l'ai apprécié dès la première écoute, et elle met directement dans l'ambiance de l'album !

2.The Radiance: 8/20 La première chanson ? LOOOL ! Que dalle, une interlude entre l'intro et la première chanson, du jamais vu ! Un discours Robert Oppenheimer sur fond de grésillements accompagné de "POUM POUM"... La version concert au piano, en intro à Breaking The Habit est mieux.

3.Burning In The Skies: 17/20 La première chanson de l'album (à la piste 3...). Une petit balade sympa toute en crescendo, jusqu'au solo (le seul vrai solo de l'album), qui rappelle Shadow Of The Day. On se dit finalement que l'on va pas passer un si mauvais moment en compagnie d'A Thousand Suns.

4.Empty Space: 0/20 Porte très bien son nom: 18 secondes de vide. Je suis méchant, on entend des criquets, puis des bruits de guerre. Personne ne l'avait jamais fait avant, n'est-ce pas Metallica ? (qui eux n'ont pas créé une piste juste pour l'intro de One).

5.When They Come For Me: 12/20 Moi qui parlait de mauvais moment, en voilà un... Est-ce de la guitare que l'on entend dès le début ? FEINTE ! C'est électro, et notre pauvre Brad ce retrouve à jouer les percussionniste en concert, comme Chester d'ailleur... Bref, on se retrouve entre rap et refrain d'une grande originalité , en une voyelle: le o, le tout sur un fond de musique tribal. On a une petite éclairci au bridge, avec en semblant de guitare, et Chester qui nous susurre "Oh when they come for me, come for me, I'll be gone". Puis le ryhtme tribal réapparait, et la voyelle aussi. Puis un petit silence avec un fond de mégaphone, et on repart sur du tribal, mais plus de O de Chester, mais des chants oriental. Bref, du grand n'importe quoi, ratrapé par le bridge et les samples de guitare-synthé en fond qui donne un peu de profondeur à la chanson.

6.Robot Boy: 16/20 On n'enchaîne deux chansons, waouh !! Une petite ballade electro, avec piano, pas dégueulasse, et qui repose, avec des vocalises de Chester au bridge bien sympa. Et un outro où tu découvre que il y avait de la guitare (enfin je crois...)

7.Jordana Del Muerto: 14/20 Une interlude international, avec un titre en espagnol, et des paroles visiblement en japonais. Sympathique sans être indispensable.

8.Waiting For The End: 17/20 Bonne chanson, mixant plein de genre différent (rock, électro, hip hop, rap). Les passages où Chester sont peut-être un peu mou, alors que Mike vient apporte plus de pêche. La chanson la plus souvent jouée en concert de l'album.

9.Blackout: 8/20 Ahlala, Blackout... La plupart des fan de l'ancien Linkin Park ont apprécié car les scream de Chester leur rappelaient le bon vieux temps. Mais la voix ne fait pas tout, et qu'on se le dise, cette chanson est médiocre. Elle est composée de trois parties:
1.0:00->2:12: On commence par une musique de fond calme est plutôt cool, puis arrive Chester qui rap, ce qui me pose problème, puis qui gueule au refrain... Et c'est le gros problème de cette chanson: la voix ne va pas avec le reste, et on se dit que Chester a juste voulu montrer à tout le monde qu'il est encore capable de gueuler, mais c'était pas nécessaire.
2.2:12->2:48: Parfois, 36 secondes, ça peut paraître long... On a une musique déjà plus agressive et rock. Mais là, c'est Hahn qui part en couilles. Il a samplé les "Blackout!" screamé par Chester, et il s'éclate avec en les arrangeant n'importe comment. Ca ressemble à rien...
3.2:48->4:39: La partie la plus agréable de la chanson, où la voix de Mike et Chester d'accorde (enfin!) avec la musique (la même qu'au début).

10.Wretches And Kings: 19/20 Trois chansons qui s'enchaînent, miracle ! En plus, c'est la meilleur chanson de l'album, la seul qui ressemble un peu aux anciens album (même si ce que je pensais être de la guitare est simplement un sample). Entre couplets rapés, refrain aggressif et bridge entrainant avec guitare (s'il vous plaît!), cette chanson rattrape un peu l'album. Seul l'outro où Hahn s'éclate sur ses platines fait un peu "trop".

11.Wisdom, Justice and Love: 16/20 Un interlude, certes, mais un bon interlude, plus intéressant que les autres. Un discours de Martin Luther King qui se distord, sur fond de piano badant.

12.Iridescent: 16/20 Une ballade électro-rock dans le même genre que Burning In The Skies. Je trouve la première moitié de la chanson un peu molle, jusqu'à l'arrivé de la guitare et des chœurs, après laquelle la chanson devient plus rock et plus rythmée.

13.Fallout: 13/20 Un interlude sombre reprenant le refrain de "Burning In The Skies" (ben oui, pourquoi se casser à créer des paroles pour un interlude ?) et qui nous prépare au prochain morceau.

14.The Catalyst: 16/20 La première chanson dévoilé de l'album, un mois avant sa sortie. Une chanson électro et agressive, pas trop mal foutu, mais un peu brouillonne. Puis arrive le piano et Shinoda avec ses "Lift me up, Let me go", et une (vrai) batterie puissante, et enfin la guitare pour une fin sympa et rock.

15.The Messenger: 16/20 La première chanson acoustique (avec du piano aussi) de Linkin Park. Et même en acoustique, Chester nous montre toute la puissance de sa voix surtout au refrain avec les "Love keeps us kind" puissant. Une bonne chanson pour clôturer l'album.

Conclusion:
Que ce fut dur... Tout n'est pas à jeter: la plupart des chansons sont bien, l'atmosphère de l'album, sombre et froide, est bien aussi. Mais les interludes et l'électro parfois lourdingue viennent gâcher l'effort fait par Linkin Park pour se démarquer. Le pire dans tous ça, c'est que la chanson bonus Blackbirds est meilleure que toutes les chansons de l'album. Beaucoup de travail pour pas grand chose au final.

A écouter:
1-Blackbirds
2-Wretches And Kings
3-Burning In The Skies
4-Waiting For The End
5-Iridescent

PS: Eviter de regarder les clips tirés des singles de l'album, pour ne pas pleurer...

maxlamenace 0.5 / 20 Le 11/03/2013 à 20H56

L'album le plus nul de la décennie!! sur 18 titres on peut dire qu'il n y en a que 4 ou 5 réel morceaux, qui son, eux,
totalement pourris.
Je ne mets pas 0 parce que c'est linkin park

VinceAxl 17.5 / 20 Le 18/02/2013 à 17H33

L'album le plus mûre des californiens. Textuellement d'abord, de par ses thématique fortes et ses critiques sur un sujet assez brut (la bombe atomique principalement), mais aussi musicalement; ce qu'il faut néanmoins relativiser, car ce n'est sans doute pas le plus inventif, pas plus qu'il ne révolutionne le genre électronique, c'est certain. Malgré tout quand on parle ici d'electro, on reste très loin des standards habituels, et il serait injuste de parler d'initiative commerciale pour mieux faire vendre. Après tout si Linkin Park voulait s'assurer des bénéfices il aurait au contraire repris la formule de ses débuts, or ce n'est pas le cas ici. Pire encore, les ventes se sont révélés moins bonnes que sur leurs précédents ouvrages, de par le statut particulier de celui-ci, resté incompris par bons nombres de "fans de la première heure".
L'atmosphère sombre et froide, parfois même violente qui se dégage de ce disque (volontairement) ne fait qu'accentuer le constat "engagé" pris par le groupe. Tout est travaillé et aucun son ni aucune parole ne sont laissés au hasard, rendant le tout proprement saisissant une fois qu'on en a compris la porté, il suffit juste de s'accrocher et persévérer.

Cet album n'est pas mon préféré de la bande, mais il convient de l'admettre comme le plus abouti. Une vraie réussite.

KingCharlemagne 0.5 / 20 Le 23/12/2012 à 03H02

alors,alors je me demande bien comment je vais réussir à faire une critique "objective" de cet album, que dis-je?de ce SKETCH auditif qu'est "a thousand suns"que m'avait conseillé un soi-disant "ami" dont j'éssaie à tout prix d'oublier son existence, le haissant comme la peste pour m'avoir entrainé à débourser de l'argent dans cet horreur:X
Déja rien qu'en achetant un album de linkin park, je ne m'attendais déja pas à grand-chose je tiens à le préciser, mais je m'étais dit:"bon pourquoi pas, ça peut-etre sympa, peut-etre qu'ils se sont enfin sortis les doigts du cul"
Mais RIEN ne me préparait à une telle horreur musicale, et je suis sortie de ces 47 minutes d'écoutes affaiblie mentalement et psychologiquement, un sentiment de dégout, de haine et d'incompréhension face à autant de négligance et de foutage de gueule que ça soit dans la production, dans les paroles, dans l'instrumentations, en clair TOUT est à jeter dans un album où il n'y as RIEN.
Sèrieusement, après avoir écouté "a thousand suns" la discographie intégrale de patrick sébastien c'est du caviar à coté!!
Pour finir je dirais qu'il n'y a RIEN à retenir et RIEN à éspèrer de cet album que je vous défends d'acheter ou meme de voler(!!!)pour ce qui est de mon exemplaire j'attends le moment propice où il rejoindrat les flammes du mordor au coté de l'anneaux maudit pour que jamais de mon existence je n'ais a revivre telle abomination!!!

peaupoosh 0 / 20 Le 25/11/2012 à 20H04

quand ma soeur écoute ce cd en boucle dans sa chambre j'ai des pulsions suicidaires

MartinDve 14 / 20 Le 25/11/2012 à 12H07

Un album totalement different des autres mais un album avec de belles chansons tout de meme

Reaper66 0.5 / 20 Le 27/09/2012 à 14H03

"A Thousand Suns" est un album tellement "hors-norme" que je lui ai consacré exactement 47 minutes rien que pour lui mettre sa note. Fulminant de colère après m'être infligé une si rude épreuve, j'ai été naturellement conduit à évacuer ma frustration à travers la note dérisoire de 0,5 sur 20. Une note absolument pas fondée... Mais fallait pas m'énerver. Une bouse à fuir quitte à s'exiler au Pérou.

marwane.noceir 18.5 / 20 Le 08/09/2012 à 13H28

Je ne comprends pas pourquoi il y a de si mauvaises notes, c'est vrai que cet album est moins bien que les autres, mais il possède d'excellent morceaux comme waiting for th end ou the catalyst...

supercoussinets 20 / 20 Le 19/06/2012 à 13H41

Album conceptuel. N'en déplaise à certain, c'est certainement le plus abouti, l'oeuvre de Linkin Park la plus intéressante, la plus originale, novatrice, inspirante, créative et en parfaite rupture avec leur ancien style tout en gardant l'identité si particulière du groupe. Si beaucoup de fan de métal le déteste, c'est que la démarche de Linkin Park mérite, pour être comprise, de ne pas se cantonner à un seul style qui, sans fusion de genre, empêche l'évolution d'un groupe vers une identité musicale forte.

Parlons du contenu de l'album maintenant. Il ne s'écoute pas comme une succession de chansons, mais bien comme un tout, une oeuvre faisant ressentir la guerre empreinte de technologie. Et les nombreuses intros que beaucoup critiquent permettent de comprendre l'histoire de A Thousand Suns et de lui donner encore plus de sens.Les nuances de cet album sont proprement magnifiques et les morceaux qu'on en retire sont vraiment à la hauteur. Waiting For The End se retrouve être l'un des meilleurs morceaux du groupe, Jornada Del Muerto, la meilleure intro ...

Je vous laisse le découvrir à présent, ou si c'est déjà fait, je vous invite à l'écouter plus amplement, en faisant abstraction de vos a priori sur les sons électro !

Notes attribuées à chaque chansons :
The requiem 5/5
The radiance 4/5
Burning in the sky 20/20
Empty Space 5/5
When they come for me 17/20
Robot Boy 20/20
Jornada del Muerto 6/5
Waiting for the end 20/20
Blackout 17/20
Wretches and King 16/20
Wisdom, justice and love 5/5
Iridescent 17/20
Fallout 3/5
The catalyst plus que 20/20
The messenger 19/20

delacroix 20 / 20 Le 05/05/2012 à 00H00

Très bon album, le meilleur du groupe après HT. Les deux premier titres ne sont pas des intro mais des pistes a part entière. Ensuite vient burning in the skies ce titre me fait vraiment plaisir, car c'est une balade pop et commençer par ça c'est un message du groupe .Le message c'est: "on vous enmerde les rageux nostalgiques des deux premiers albums on fait ce qu'on veut" . J'aime beaucoup aussi wretches and kings parfait équilibre entre le métal et le hip hop sur ce morceau. Bref a l'image de wretches and kings linkin park pourrait sortir un album nu metal tout les ans mais ils ne le font pas car c'est un groupe qui prend des risques et qui n'a pas peur de l'inconnu. Des qualités rares de nos jours dans la musique et pas seulement.

Defection666 2.5 / 20 Le 15/03/2012 à 00H41

J'ai écouter la première fois ce skeud avec un pote, fanna de LP, pas le genre de mec fou de musique et connaisseur (ses goûts vont de LP a Wiz Khalifa, pour dire...) mais quand même, j'ai pu admirer sa face se décrépire au long de l'album, EXCELLANT !
Non serieux, la double intro, le concept le plus drôle et inutile de ces 10 dernières années, je les imagine se dire "Hey Chester, j'ai une putain d'idée, une double intro, puis on a qu'a faire plein d'interludes qui servent a rien aussi, faire des clips de merde, et aussi on enleve le guitariste, le batteur et le bassiste parce qu'ils nous casse les couilles hein ?"
Et puis Robot boy ... Le nom me fait pleurer de rire, et puis Robot boy c'est ça quoi http://www.youtube.com/watch?v=BJ-SJb62eG8 ...

Musik 1 / 20 Le 01/02/2012 à 22H09

Je trouve honteux pour un groupe qui avait ce potentiel après Hybrid Theory et Meteora de créer un "album" pareil.
1 sur 20 pour la voix de Chester qui rappelle des bons moments.
Album à fuir absolument si vous aimez la musique.

steamboy666 6 / 20 Le 18/12/2011 à 20H53

Linkin Park, le groupe qui m'a donné goût au Metal (avec SoaD certes) après 2 très bons premiers albums Neo Metal, le groupe nous avais pondu Minutes to Midnight. Résultat : première controverse chez les fans avec un tournant vraiment Pop Rock et même si il ne tenait pas la comparaison avec ses deux prédécesseurs ça restait quand même pas trop mauvais.

Arrive alors cet album, A Thousand Suns. Premier constat : ce n'est plus du Metal, même plus du Rock, on a un pot pourri composé : d'Electro (c'est à la mode il faut croire), de piano et d'interludes inutiles.
L'album commence avec 2 (mauvais) interludes, puis se poursuit avec Burning in the Skies (chanson pop/fm), puis un 3e (toujours aussi mauvais) interlude, arrive le duo When they come for me/Robot Boy. A cet instant, je fus tenté de balancer le CD par la fenêtre, mais comme je suis du genre têtu j'ai continuer l'écoute.

Arrive encore un interlude (ô joie), puis encore une chanson Pop : Waiting for the End (on reste dans le médiocre mais après les deux daubes précédentes on est prêt à tout entendre). Les deux suivantes sont un (tout petit peu) mieux avec Blackout ou Chester gueule bien comme il faut (sur fond de Katty Perry (sic)) puis Wretches and King avec un peu de rap mais pas folichonne non plus.
Heureusement la partie finale est mieux (avec encore 2 interludes) et mes 2 coups de cœurs : la sympathique Iridescent (toujours Pop mais émouvante, on dirait du U2) et The Messenger (Chester gueule en acoustique). La piste The Catalyst est pas mal non plus malgré le côté "tectonik".

Au final cet album marque le vrai naufrage d'un groupe qui a tenté d'évoluer mais s'est complètement planté. ça aurait pu faire un side projet sympathique au vu des dernières pistes. On a l'impression que Linkin Park essaye de se donner une image "élitiste" avec ce pseudo concept album, mais où est donc passé la rage de leurs premiers succès ?

salucas54 4 / 20 Le 13/12/2011 à 20H46

Sur ce nouvel album, on ne pouvait pas s'attendre à pire !
C'est vraiment une grosse déception pour moi. Ce groupe, s'il continue comme ça, va mourir à petit feu.
Il faut qu'il réagissent qu'ils ont perdu une grande partie de leur fans d'antan à cause de cela.
Musique préféré : Aucune
Musiques mauvaise : Presque toute

steven0168 20 / 20 Le 26/08/2011 à 10H07

Très bon , album pour les single The catalyst et waiting for the end , et sa change un peu d'avoir un peu d'electro dans leurs album

MetalMan77 0 / 20 Le 18/08/2011 à 11H56

Mais c'est quoi ce que nous a sorti Linkin Park ou est le temps de Meteora ou meme D'Hybrid Theory

arnaldo17 13 / 20 Le 04/08/2011 à 13H45

Je trouve qu'il est pas aussi nul qu'on pense .... Il y a quand même de tres bon titres !

somerock 10 / 20 Le 04/08/2011 à 00H47

Honnêtement ? Je donne mon anis pour contribuer .

Je me suis même pas attardée dessus , les quelques extrais d'extraits ( mdr ) que j'ai pu entendre de loin m'ont fait bien rire .
Jolie chansonette quand rien d'autre ne passe sur MTV et qu'on a la flemme de changer de chaîne .

Note de 10 par principe ; moyenne .

jhuntao_666 0.5 / 20 Le 04/07/2011 à 22H01

Album vraiment naze. J'ai regardé un live d'eux en Espagne sur MTV pour voir ce que ça donnait sur scène et franchement, vraiment dégouté. Les traces d'Hybrid Theory et de Meteora sont totalement absente... Bref album à chier et le groupe est vraiment minable sur tout les points...

BlackRabbit 17 / 20 Le 03/07/2011 à 15H42

Il est évident dés la première écoute qu'on est loin des 3 autres albums. Ici l'électro rock prend le dessu et un chant plus posé loin d'être désagréableme.

L'album enchaine entre intro/chanson ballade/rythme.

Comme dit précédemment l'album ne se laisse que très peu apprivoisé en écoute éclaté il s'agit de 15 pistes formant un tout.

Versus 9 8 / 20 Le 03/07/2011 à 13H38

Quelle déception après la première écoute! Franchement pas très bon cet album et où sont les guitares???

Selon moi:
A Ecouter: N°14 The Catalyst, N°9 Blackout, N°5 When They Come For Me
A Oublier: Les quelques interludes

Loozar 9.5 / 20 Le 27/05/2011 à 15H15

Tout n'est pas à jeter là-dedans, même si après quelques minutes j'ai décroché. Personnellement, je garde The Catalyst et Waiting For The End de coté, qui ne sont pas si mal.
Je vais faire court...pour apprécier cet album, il faut se dire que ce n'est pas du metal.

TheSystem 19 / 20 Le 26/04/2011 à 10H03

Alors soyons clairs, les mauvaises sont très (trop) fréquentes partout sur tout le net en ce qui concerne cet album, et j'ai envie de dire ... c'est votre choix, mais vous induisez les gens en erreur constamment, car cet opus de Linkin Park est sans aucun doute le meilleur, oui, le meilleur !

La recherche est réellement présente, l'originalité atteint son paroxysme, le style du groupe est plus mûr, plus sérieux ... Et surtout, les mélodies sont tout simplement EXTRAODINAIRES !!!

Commençons avec The Requiem/The Radiance, qui sont les deux introductions de l'album (oui ... il y a bien deux intros, chose qui quand-même fait un peu mal quand on y pense ...), et franchement, elles nous mettent en plein dans le bain, en plein dans la raison, la beauté, et surtout ce sentiment de perfection, ce sont tout simplement les arguments d'A Thousand Suns !

Nous écoutons ensuite le premier VRAI titre de l'album, Burning In The Skies. Alors certes, ce n'est qu'une ballade tout ce qu'il y a de plus simple, mais le rythme est entrainant, les guitares sont dynamiques, et la voix de Mike est je trouve sensationnelle, sans parler de celle de Chester qui est sublime également.

Une transition qui pour moi est inutile, mais plutôt révélatrice, Empty Spaces, qui ne dure mesdames et messieurs que 18 PETITES SECONDES ! Et vous savez quoi ? C'est pourtant une réussite, mes amis, OUI !

Et là, nous pouvons avoir un orgasme sans avoir honte, avec When They Come For Me, ce morceau à la première écoute s'annonce comme innovant tout en restant dans le style originel de Linkin Park, mes couplets sont pris en charge par sa majesté Shinoda, puis les refrains sont réussis par Chester !

Robot Boy, ah ! Certainement le morceau qui m'a le moins convaincu lors de la première écoute de l'album, et pourtant aujourd'hui, j'ai beaucoup de plaisir à l'écouter ! Mais en revanche, le chant est bien trop répétitif et "facile".

Nous passons à Jornada Del Muerto, qui peut faire penser à un morceau en espagnol (ou italien, à vous de voir ...), et pourtant, on apprend que le texte de cette transition est en japonais, ce texte signifie ... "lift me up, let me go" ...

Voici un titre plutôt court mais affreusement accrocheur, Waiting For The End ! Elle débute sur une batterie assez énergique, fusionnée à la voix de Mike, tantôt rap, tantôt reggae. Ensuite, Chester nous fait part de sa plus belle voix pour prendre la relève, excepté lord du pont où Mr. Shinoda reprend son rôle primaire.

Bon ... ne vous inquiétez-pas ! Ce n'est pas de votre faute si ce morceau vous fait tomber par-terre, ce n'est pas de votre faute si vous l'aimez, c'est CLAIR ??! Car oui ... pour moi, le meilleur morceau de TOUT l'album, et peut-être de TOUTE la formation ... c'est Blackout. Il démarre sur un intro plutôt longue, mais qui nous évoque que ça va éclater un moment donné, avec des sons plutôt électro, des basses et tout le reste ... Et ensuite, Chester chante ... non, Chester RAP !!! Les couplets rappés de Chester sont tout simplement GRANDIOSES, c'est génial !! Puis les refrains sont tout simplement les SCREAMS de Chester, qui n'hésite pas à s'exploser les poumons pour cette partie de la chanson, MERCI SEIGNEUR !!!!! Joe Hahn ensuite nous montre son potentiel de DJ en reprenant les cris de Chester lors des refrains pour ensuite nous les balancer à la figure en remixant le tout, que du bonheur ... Le morceau se calme, pour ensuite reprendre avec un peu d'énergie : Mike chante, Chester suit discretement derrière, enfin bref, c'est une baffe dans la gueule !

Nous passons ensuite sur Wretches And Kings, un morceau complétement significatif de retour aux sources pour la formation, les couplets sont rappés par Shinoda, les refrains sont chantés (screamés ?) par Bennington, puis Hahn fait exploser les platines sur la fin du morceau, ce morceau qui je précise, est débuté par un discours historique de Mario Savio.

On passe sur une transition (ça faisait longtemps ...) avec Wisdom Justice And Love. Mike nous joue des splendides notes de piano pendant que Martin Luther King. nous fait part d'une partie d'un de ces discours, sa voix se dégrade au fil du morceau, elle devient plus sombre, plus robotisée ... Oui je sais, c'est génial, vous ne trouvez pas ?

On enchaîne ensuite sur Iridescent, alors c'est certainement le morceau que j'apprécie le moins de l'album à ce jour, il est pour moi beaucoup trop rock, trop commun, pas assez innovant. Pourtant, le groupe ENTIER chante sur ce morceau, c'est une première !

Nous passons à je pense, ma transition favorite, Fallout ! Les seules paroles de ce titre sont celles du refrain de Burning In The Skies, chantées par Mike Shinoda, avec une voix modifiée à fond, et OUI, c'est tout juste jouissif !

Il fallait bien y passer, je parle bien sur de The Catalyst, le premier extrait de l'album, qui sonne quand-même très electro, mais qui donne une excellente sensation après plusieurs écoutes, surtout la partie de la fin où les mots sont ... "lift me up, let me go" ...

Nous arrivons au morceau qui clôture l'album, The Messenger. Le seul petit défault que je pourrais trouver à ce titre, serait certainement le fait qu'il soit bien trop court (3:02) pour clôturer honorablement cet album magnifique qu'est A Thousand Suns.

Pour conclure cette critique, je dirais que le groupe a tout perdu en talent métalleux, ou rebelle, mais qu'ils ont gagné un nouveau public, un public plus mûr, plus adulte, plus EUX !

C'est pour moi une réussite totale, mais pour ceux qui veulent se lancer, écoutez bien cet album INTÉGRALEMENT et BIEN DANS L'ORDRE des morceaux, c'est vital ! Je lui met un beau 19/20, et c'est amplement mérité. Merci Linkin Park !!!

Haimu 10 / 20 Le 25/04/2011 à 23H37

Tout d'abord il est clair qu'on ne peut nier la réalité, Linkin Park change de style en fonction de la mode, on trouve ça minable ou non mais toutes ces réactions sont parfaitement compréhensibles.

Pour rentrer dans le vif du sujet, malgré toutes les critiques ils ont eu malgré tout le mérite de proposer quelque chose d'intéressant. En effet ce 4ème CD des californiens est un album concept qui traite de la guerre nucléaire et des thèmes de la guerre en général.
Qui dit album concept dit oeuvre filée tout au long du disque. C'est pour cette raison que l'album doit être écouté dans son intégralité pour pouvoir vivre plainement l'expérience.

Au niveau des chansons ATS propose des titres conventionnels dans la même veine que MTM avec Burning in the Skies ou Iridescent. On note un "solo" de guitare assez sympathique lors du pont de BITS mais rien de transcendant.

Ensuite on retrouve le style du Linkin Park d'antan avec When they come for me. Intro électro sombre, percussions tribales pour finalement superposer le chant de Shinoda.
2 min de rap intenses sur lequel le MC brie par la variété et la maitrise de son flow. La chanson se veut progressive jusqu'au final avec des parties violons exceptionnelles. Sans doute un des meilleurs titres de l'histoire de LP !

Dans un autre style encore on trouve Waiting for the end qui débute par une batterie à sonorité très hip hop. Shinoda explore un nouveau style de chant à mi chemin entre rap et reaggea. Malgré l'instru un peu vide le titre reste assez sympa.

Je cite seulement les points positifs car tout a été dit pour le reste...mais pour moi il est du même niveau que MTM, quelques bons titres et le reste vraiment à chier...

Romsbay 1.5 / 20 Le 03/04/2011 à 01H03

Pour résumer on va dire que c'est de la merde, et que grâce à cet album je ne compte plus Linkin Park dans mes groupes préférés (alors que c'est le 1er groupe que j'ai vraiment commencé à adorer !)

Bref Linkin Park est mort, vive la daube électro !

Cook 4 / 20 Le 13/03/2011 à 17H32

Ohohohoh ! Que dire ? Que cet album part dans tous les sens et que Linkin Park cherche peut être à ce construire une nouvelle personnalité. Cette excuse serait sans doute la meilleure pour expliquer un tel désastre.
Un petit plus pour l'horrible Blackout, dont le petit passage Screamo/HipHop, dont seul Brokencyde en possède la maitrise, m'a drôlement fait rire...

Eagle_John 0 / 20 Le 05/03/2011 à 15H13

Linkin Park aura réalisé un exploit de niveau mondial: écire l'album le plus mauvais de toute l'histoire de la musique! Chapeau les gars!! Je me demande si vous pourrez faire pire!

Hybrid_Theory 13 / 20 Le 28/02/2011 à 20H01

13 / 20.
Je ne peut me résoudre à mettre moins , ni plus. Un album qui se trouve à des années lumières de l'album éponyme du groupe. Fini les chants hurlés de Chester Bennington , les guitares et basses lourdes et les rythmes endiablés. C'est un album ici doux , rempli de balades et d'interludes en tout genre. La direction prise par le groupe est plutôt intéressante , un album concept était une chose que des Tenors du genre tels que Trent Reznor ont accomplis avec grand talent. Avec Linkin Park c'est autre chose , cet album est une merveilleuse balade , traitant de l'histoire de la bombe atomique , et de la politique menée alors aux USA. Un album engagé , peut être un peu trop pour reconnaitre le groupe , il n'empêche que certaines chansons telles que When They Come For Me ou Wretches And Kings nous rappellent qu'un autre album de néo serait le bienvenu pour le groupe Californien..
Pour conclure , un album très recherché et très expérimental , le groupe a réussi son pari , gagner de nouveaux fans , faire la musique qui les inspires et pour ça , c'est réussi.
Mais amateurs de métal , passez votre chemin immédiatement.

Théodrik 13 / 20 Le 11/02/2011 à 23H00

Au risque de me faire taxer d'avoir des goûts de chiottes par les true-evil, j'ai bien aimé cet album et j'ai envie de mettre une note élevée. Mais pas 20. Je sais qu'il faudrait remonter les notes extrêmement basses, mais là, au vu de la répartition, je pense qu'il n'est plus sauvable. Alors raison de plus pour mettre une note sincère :)

J'avais bien aimé Minutes To Midnight parce que les mélodies de ce dernier, bien que commerciales, étaient belles. Du coup, je n'ai pas été surpris, ni déçu, de retrouver ce chant Pop de Chester dans cet album, ni de voir les guitares supplantées par des claviers, la batterie remplacée par une boîte à rythme et des samples.
Cet album, tout comme son prédécesseur, d'ailleurs, n'est pas du métal... ça, c'est sûr. Mais c'est d'ailleurs là son avantage à mes yeux : il me permet d'écouter d'autres styles (Electro, Pop, Rap), sans que je sois obligé de délaisser le métal pour m'intéresser de trop près à ceux-ci.

Mais à mon sens, il y a quand même quelques points noirs qui font que cet album est moins bon que le précédant. Non, je ne parle pas des 2 intro et des 4 interludes ! Pour moi, ils ne sont pas un problème dans le sens où les 9 chansons restantes ont gagnée 2 à 3 minutes par rapport à Hybrid Theory et Meteora. Donc au final, on s'y retrouve, au niveau de la durée de l'album.

-Ce ne sont donc pas les interludes en eux-mêmes qui me choquent, mais le fait que le groupe (ou la maison de disques, je ne sais pas), n'a pas eu l'honnêteté de les nommer "interludes", ou à défaut de faire apparaître le temps de la chanson sur la 4ème de pochette. Moi, je m'en fiche : j'écoute tout le temps un CD avant de l'acheter. Mais j'imagine que beaucoup de consommateurs compulsifs ont eu l'impression de se faire enc**** à sec...

-Par ailleurs, la moitié des interludes ne servent à rien : la deuxième intro "The Radiance", arrive comme un cheveu sur la soupe après la première, "Empty Spaces" est ridiculement courte et "Fallout" se contente de reprendre la refrain de "Burning In The Skies" en version robotisé.

-Et enfin l'album est censé être un album-concept sur la guerre en général et nucléaire et avoir ainsi plus de cohérence que la structure en patchwork de Minutes To Midnight. Cela est en effet respecté sur la plupart de l'album... et puis "The Messenger" arrive, avec sa gratte sèche et ses paroles qui ont tout l'air d'être celle d'une chanson d'amour ! Et là, je me suis dit que le terme "bonus track", n'avait pas été crée pour les chiens... Dommage, ça casse l'ambiance ! Bidouiller son iTunes pour y rajouter New Divide à la place ne ferait pas tâche !

Pour finir sur une note positive, je pense que le reste des chansons sont excellentes, mais à mon avis, il faut avoir apprécié Minutes To Midnight, ou du moins avoir assimilé le fait que Linkin Park ne fait plus de néo-métal pour comprendre la beauté de celles-ci. Je suis également ravi de constater que Mike est revenu au micro, là où il était un peu effacé sur l'album précédant.

Cet album aura donc pris la foudre de beaucoup de métalleux, ce qui ne me surprend pas, mais pas la mienne, en tout cas ^^