Albums du moment
Pochette Nighttime Stories
Pochette Sphere
Pochette Spotted Horse Pochette Full Upon Her Burning Lips

logo Lifetime

Biographie

Lifetime

Scott Golley - batterie
Ari Katz - Chant
Peter Martin - guitare
Dave Palaitis - basse
Dan Yemin - guitare

Lifetime voit le jour à New-Jersey en 1990, grâce à la rencontre du guitariste Dan Yemin et du chanteur Ari Katz. Ils sont rejoints par Scott Saint-Hilaire à la guitare, Chris Dally à la batterie et Chris Corvino à la basse. Ce dernier laisse rapidement sa place à Justin Janish.
En mai 1991, le groupe entre au Trax East Studio en compagnie de Steve Evetts pour l'enregistrement d'un ep, Lifetime, qui sort chez New Age Records. La batterie y est tenue par Ari Katz, aidé de David Wagenshutz (Kid Dynamite, Paint It Black) car C. Dally a quitté la formation.
Après la sortie de la démo, Lifetime entame une tournée en compagnie de Resurrection, avec D. Wagenshutz à la batterie. Durant la tournée, S. Saint-Hilaire (Fire Still Burn) et J. Janish abandonnent le groupe.
Cela n'empêche pas Lifetime d'enregistrer son premier album en 1992. Background sort le 1er janvier 1993. Il est suivi en 1994 de Seven Inches qui regroupe deux ep (un remix du premier par Chris Curran et Tinnitus qui a vu l'arrivée de Dave Palaitis à la basse) et sort chez Glue Records. Il sera réédité quelques années plus tard chez Black Cat, le label d'Ari Katz. La musique de Lifetime, très mélodique, contraste fortement avec le hardcore tough guy qui émerge alors, très agressif et violent.
Le line-up se stabilise en 1995 avec Peter Martin à la guitare et Scott Golley à la batterie. Le deuxième album, Hello Bastards, enregistré au Trax East Studio et produit par Steve Evetts, sort en septembre chez Jade Tree Records (Good Riddance, Hot Water Music, Kid Dynamite, Paint It Black, From Ashes Rise, Strike Anywhere). Il comporte une reprise de "It's Not Funny Anymore" de Hüsker Du dont Lifetime revendique l'influence.
Le ep The Boy's No Good sort en 1996 suivi en juin 1997 du troisième album de Lifetime, Jersey's Best Dancers, dans la même veine qu'Hello Bastards. Le groupe fait ensuite un break de quelques mois pour permettre à Dan Yemin de terminer ses études de psychologie. Lifetime démarre une courte tournée d'hiver durant laquelle P. Martin quitte la formation. Franck Vicario (Snapcase) achèvera la tournée. Le groupe décide alors de se séparer bien que des dates fussent prévues jusqu'en 1999.
D. Yemin va former un nouveau groupe mythique, Kid Dynamite, avec D. Wagenshutz. Ari Katz et D. Palaitis donnent naissance à Zero Zero. D. Palaitis jouera plus tard dans Neutral Mute. Quant à P. Martin, il fera partie du premier line-up de Jets To Brazil.

Lifetime a secoué les fondations du hardcore américain en apportant à sa vitesse des mélodies sensibles ainsi que des paroles introspectives, traitant de la vie de tous les jours. Le groupe va influencer un grand nombre de formations telles Save The Day, Taking Back Sunday, Bouncing Souls, Brand New, Fall Out Boy, The Loved Ones, Set Your Goals, New Found Glory ou Thursday.

En août 2005, Lifetime accepte de se réunir pour le Hellfest mais celui-ci est annulé. Le groupe va effectuer trois dates à Philadelphie et New-Jersey, les gains étant reversés à des associations caritatives comme New Labor, The OUT Fund ou The Nature Conservancy. Le concert qui a lieu à Asbury Park est phénoménal et l'accueil du public tellement colossal que les membres du groupe décident de rejouer ensemble pour quelques concerts. L'annonce officielle de leur reformation a lieu le 17 novembre.
En janvier 2006, Lifetime joue en Californie puis en mars à Austin. Ce même mois voit la sortie, chez Jade Tree Records, d'une compil, Somewhere In The Swamps Of Jersey, comprenant deux CD avec des singles, des démos, une version remixée de Background, un live et un livret d'une cinquantaine de pages.
Fin mars, Pete Wentz de Fall Out Boy, patron du label Decaydance Records et grand fan de Lifetime, contacte le groupe et leur suggère d'écrire un album. La formation signe sur le label tout en sachant que Lifetime n'est plus qu'un side-project pour D. Yemin, qui considère Paint It Black comme son groupe principal. Une tournée d'été est ensuite effectuée en compagnie de The Bronx et The Loved Ones.
Fin 2006, Lifetime entre en studio avec l'incontournable Steve Evetts et sort un ep nommé Two Songs. En février 2007, après un break de dix ans, Lifetime sort son quatrième album chez Decaydance Records, sous le titre de Lifetime.

Chronique

15.5 / 20
1 commentaire (15/20).
logo amazon

s/t ( 2007 )

L'annonce de la reformation de Lifetime en novembre 2005 avait provoqué son petit effet, celle de la sortie d'un nouvel album, suscité beaucoup d'interrogations et de septicisme. En effet, dix ans après sa dernière réalisation, Jersey's Best Dancers, ce groupe mythique à la réputation bien assise, cité comme référence par de nombreuses formations actuelles, allait prendre le risque de remettre tout en cause en terminant sa carrière sur une fausse note. D'autant plus que le ep Two Songs, sorti fin 2006, n'avait rien de convaincant.

Mais "Northbound Breakdown", qui ouvre l'album, rassure d'emblée les fans. Lifetime apparaît tel qu'il nous avait quitté en 1997. Il se dégage une sensation de familiarité et, rapidement, un plaisir non dissimulé se fait jour à l'écoute de ces nouvelles compos.
Comme à son habitude, Lifetime propose une profusion de lignes mélodiques sur un rythme rapide et changeant. La magnifique voix de Ari Katz, toujours aussi expressive et enlevée, nous emporte dans des refrains entraînants et chantants. Les parties mélodiques sont contrebalancées par des parties plus agressives de punk hardcore, ce qui rend l'album vif, tonique et énergique, ne laissant aucune place à l'ennui. Les morceaux, accrocheurs et efficaces, font tous figures d'hymnes. "Haircuts And T.Shirts" et "All Night Long", les deux chansons qui se trouvaient sur Two Songs, ont été reprises et ont ici une saveur toute autre que sur le ep. Il faut d'ailleurs noter la très bonne production de Steve Evetts, propre et soignée, qui donne un éclat particulier à Lifetime. Un souffle de fraîcheur balaie l'intégralité de l'album que l'on écoute le sourire aux lèvres et la joie au coeur ; un véritable baume contre la morosité.

Ainsi Lifetime revient, égal à lui-même, avec toute sa sincérité et son honnêteté, donnant l'impression de ne s'être jamais arrêté. Lifetime survient comme une suite logique de Jersey'Best Dancers, et il y a dans ces 25 minutes tout ce que Lifetime sait faire et maîtrise à la perfection, tout ce que les fans attendaient de ce groupe. Parions même que cet album sera l'un des meilleurs albums de punk hardcore mélodique de l'année.
Et à tous les blasés qui avanceront que Lifetime n'apporte rien de nouveau aujourd'hui, il pourra leur être rétorqué qu'il est ridicule de bouder son plaisir sous des pretextes fallacieux, car que recherche-t-on dans ce genre musical si ce n'est de bonnes chansons bien balancées ? Cet album est plein de passion, d'envie et de vie, à recommander à tous ceux qui aiment se sentir heureux !

A écouter sur myspace : Northbound Breakdown, Airport Monday Morning, Haircut And T.Shirts.
 

A écouter : Northbound Breakdown, Can't Think About It Now, Yeems Song For Nothing, Records At Nite