Découverte
Pochette s/t

logo Leviathan

Biographie

Leviathan

Comme de nombreux groupes de Black Metal, Leviathan n'est le projet que d'un seul homme, Jef "Wrest" Whitehead, qui décide en 1998 de former son groupe à San Francisco. Fer de lance de la vague américaine, sa vision personnelle du genre l'amène à collaborer avec différents acteurs parmi lesquels Xasthur et Sunn O))).

Au fur et à mesure des années, ses productions font de plus appel à différentes influences, souvent extérieures à la scène Metal, parmi lesquelles le Dark Ambient ou la Noise. En 2008 sort l'un de ses albums les plus ambitieux, Massive Conspiracy Against All Life, qui lui permet d'obtenir un statut plus important à l'international. Cette réussite entraîne une signature chez Profound Lore Records et la parution de True Traitor True Whore en 2011. Après de nombreux démêlés avec la justice, Scar Sighted parait en 2015, toujours chez Profound Lore Records.

Chronique

15 / 20
2 commentaires (13.5/20).

Scar Sighted ( 2015 )

Évolution et Black Metal, deux termes que tout semblait opposer. Pourtant, les formations qui font avancer ce genre musical jusque dans ses retranchements sont de plus en plus nombreuses et Leviathan en fait partie. Dans la lignée de ses deux précédents disques, Scar Sighted propose un Black Metal sombre, froid et agressif mais teinté d'influences multiples.

Des riffs vrillants et typiques aux introductions acoustiques accompagnées de chant clair sans oublier les incroyables moments de bravoure quasi Black/Thrash présents au fil de l'album, Jef "Wrest" Whitehead nous livre un travail personnel et conséquent. Imposant également dans sa longueur puisque le disque s'étale sur plus d'une heure, une durée qui, conjuguée à l'herméticité de la musique proposée, pourrait décourager des auditeurs. Gageons que les plus courageux feront cet effort pour se retrouver face à un artiste qui s'assume désormais pleinement. Si Massive Conspiracy Against Life et True Traitor True Whore laissaient entrapercevoir des influences déjà bien intégrées, Whitehead passe le cran au-dessus et nous livre des compositions où les genres musicaux les plus sombres copulent joyeusement dans la fange. Drone, Black Metal, Noise Music, Thrash et d'autres encore s'imbriquent parfaitement afin de donner au disque une atmosphère sombre et étouffante. Il ne s'agit pas pour autant d'oublier les mélodies et les accalmies puisque ces dernières sont nombreuses et permettent à l'auditeur de souffler, tout au moins en apparence. Lentes et lourdes, elles ne font que nous maltraiter d'une manière différente, plus insidieuse, à l'image du titre éponyme. On se demande alors comment définir la musique présente sur ce disque.

Si nous devions réellement citer des groupes similaires pour aider le lecteur, il faudrait aller chercher du côté de Twilight mais aussi Blut Aus Nord qui partagent avec Leviathan une idée commune du Black Metal et de son évolution. Une conception du style tournée vers l'hybridation et l'incorporation d'autres genres musicaux afin de créer un « nouveau » Black Metal sans en perdre l'essence originelle pour autant. Scar Sighted représente l'aboutissement d'un long chemin et ravira les amateurs des précédents opus tandis qu'il ne fera pas changer d'avis les autres, qui n’appréciaient déjà pas le groupe. Leviathan reste Leviathan, changé mais non pas transformé comme bardé de nouvelles cicatrices et l'on comprend que les épreuves qu'a subi Whitehead ne sont pas étrangères à ces évolutions. Une preuve de plus que Leviathan et son géniteur restent intimement liés, l'un ne pouvant survivre sans l'autre. L'écoute attentive du disque est éprouvante ; ce que l'on y trouve est laid, vil et sombre mais une certaine idée de la beauté y gît, bien à l'abri sous un suaire souillé. Une catharsis, pour le créateur comme l'auditeur.

Dorénavant revenu sur le devant de la scène, Leviathan semble décidé à se remettre en marche dans la même direction que celle dessinée par ses créations passées grâce à Scar Sighted qui demeure un disque brillant et maîtrisé. Un échelon de plus sur l'échelle de la souffrance.

A écouter : D'un bloc