Albums du moment
Pochette Monumenty selhání
Pochette A Different Shade of Blue
Pochette A Dawn To Fear Pochette Nighttime Stories
Chroniques
Pochette Etrange
Pochette Errorzone
Pochette Dreams of Quiet Places
Pochette Hallucinogen Pochette Nest

logo Lento

Biographie

Lento

Lento est un groupe de Doom-Metal expérimental formé en 2004 à Rome en Italie. Il est composé d'Emanuele Massa (Basse), Federico Collela (Batterie, Samples), Lorenzo Stecconi, Donato Loia et de Guiseppe Caputo aux guitares. Incluant des influences allant de Swans à Neurosis, Lento élabore une musique lourde, compacte et monolithique tout en incorporant des éléments au fur et à mesure Ambient, Hardcore, Post-Rock et psychédéliques.

Supernaturals : Records One est une session improvisée avec Ufomammut, enregistrée en un jour au Locomotore Studio à Rome en mars 2007. La même année paraît leur premier album : Earthen qui sort chez Supernatural Cat. En 2011 Lento signe chez Denovali Records et renforce encore d'avantage ses expérimentations sur l'album Icon. Une suite lui est donné tout juste un an après : Anxiety, Despair, Languish.

Chronique

Anxiety, Despair, Languish ( 2012 )

Il est étonnant de voir que lorsque l'on parle de Lento, on les associe très souvent à Ufomammut, leur voisin de palier transalpin. Mais hormis le fait qu'ils viennent tous deux du pays de la pizza et qu'ils vouent un culte aux lourdes vibrations qui sortent de leurs amplis (ils ont d'ailleurs enregistré une session improvisée ensembles), pas grand chose à voir dans l'approche et le rendu sonore. 

En effet, Lento expérimente beaucoup plus que ses confrères, ce qui lui permet de sortir de la case Doom Metal dans laquelle on pourrait à tord l'emprisonner. Avec ce Anxiety, Despair, Languish, qui est déjà leur seconde sortie en l'espace de deux ans, les italiens continuent de faire avancer leur musique et d'aller plus loin dans les contrées malfaisantes et mystérieuses. En fait, Lento rajoute de nouvelles cordes à son arc en brouillant encore d'avantage les frontières stylistiques, car c'est un groupe qui derrière de sérieuses motivations copieuses, à décidément beaucoup de choses à dire, toujours en instrumental. Difficile de catégoriser simplement les expérimentations du groupe tant celle-ci passent de constructions monolithiques à des sphères aériennes en l'espace de quelques secondes. Anxiety, Despair, Languish est en mouvement perpétuel, en recherche constante d'évolutions et déclinaisons d'idées muées par le seul but de troubler l'auditeur qui aura bien intérêt d'être accroché pour tenir la distance sur ces treize morceaux.

Des lourdeurs Doom / Post-Metal des débuts, il ne faut pas longtemps à Lento pour arriver dans des contrées Postcore, Post-Rock voire Ambient. Résolument complexe, bien décidé à enchaîner les cassures et les ambiances, Lento n'a comme seul leitmotiv, celui de nous perdre. A ce jeu là on pourrait craindre un album foutraque, mais l'ensemble d'une quarantaine de minutes (point trop n'en faut avant que l'on décroche) se tient admirablement bien. Que Lento nous ensevelisse par son Sludge sinueux (Death Must Be The Place), nous balance en pleine face des plans impétueux (Questions&Answers), nous apaise (Years Later) ou nous angoisse avec l'inquiétant Inwards Disclosure, le groupe reste cohérent dans son approche. 

On pourrait peut-être regretter que les italiens ne développent pas plus certaines atmosphères au lieu de systématiquement partir sur une autre idée, mais ils risqueraient de perdre leur aspect chaotique et intense. Dans tous les cas, si vous appréciez les disques denses, implacables, en constante progression qui ne ressemble à rien d'autre, alors Anxiety, Despair, Languish est fait pour vous.

A écouter : Death Must Be The Place