Albums du moment
Pochette Queen Of Time
Pochette Geometria
Pochette Hypercut Pochette Muerte

logo Legion Of The Damned

Biographie

Legion Of The Damned

Legion Of The Damned est un nouveau départ pour les membres d'Occult après l'éviction de Rachel Heyzer. On retrouve donc Maurice Swinkels (Chant), Richard Ebisch (Guitare), Erik Fleuren (Batterie) et Twan Fleuren (Basse), rapidement remplacé en 2007 par Harold Gielen (Nasum, Suffocation, Coldworker). En 2006, Legion Of The Damned sort Malevolent Rapture, album qui aurait dû être le sixième d'Occult. Moins d'un an après le quatuor sort ce que l'on pourrait considérer comme son premier vrai disque : Sons Of The Jackal chez Massacre Records. Enchaînant les sorties à un rythme stakhanoviste, les néerlandais livrent deux opus en 2008 : Feel The Blade et Cult Of The Dead affinant leur Thrash Metal lorgnant vers le Death Metal. Le groupe tourne alors avec Obituary, Keep Of Kalessin et Amon Amarth en 2009, fait plusieurs festivals européens en 2009 et 2010 puis compose Descent Into Chaos qui parait en 2011 toujours chez Massacre Records. La popularité du groupe est grandissante. Ils tournent alors avec Kataklysm, EquilibriumManegarm et Milking The Goatmachine en 2011 puis avec Cannibal Corpse, Behemoth, Suicidal Angels et Misery Index en 2012 s'accordant chaque été un passage dans les plus grands festivals européens. En 2013, Legion Of The Damned sort un split avec Hail Of Bullets, puis un second avec Kreator. Leur sixième album studio, Ravenous Plague, parait en 2014 chez Napalm Records.

Chronique

17 / 20
10 commentaires (17.2/20).
logo album du moment logo amazon

Sons Of The Jackal ( 2007 )

Nouvelle année, nouvel album pour Legion of the Damned, on peut dire que les ex-Occult n'ont pas chômés, moins d'un an après la sortie du très bon Malevolent Rapture. Si ce dernier reprenait le travail effectué pour Occult il est maintenant intéressant de voir si le groupe a pris un nouveau tournant avec Sons of the Jackal, véritable première sortie sous ce nouveau nom.

Histoire de casser le suspense tout de suite, il n'en est rien. Legion of the Damned continue sur la route d'un Thrash moderne dopé aux amphétamines se rapprochant du Death. La voix de Maurice Swinkels est toujours aussi spéciale, un peu à la Sadus ou à la Kreator mais en plus grave, à la frontière des deux genres précités en fait, ce qui risque de rebuter les détracteurs de Death.
L'entrée en matière sur Sons of the Jackal est d'une efficacité redoutable avec une rythmique typiquement Thrash jouée à toute berzingue. Et ça s'enchaîne, si bien et si vite même qu'après une écoute il apparaît que Sons of the Jackal est un album d'une agressivité rappelant celle de Reign in Blood (Slayer) de par la vitesse élevée et quasi-constante de ses titres  mais aussi de par sa courte durée : trente-sept minutes seulement. Ça fait court certes mais ça rend également le disque plus facile à ingurgiter.
Le disque doit pour beaucoup cette agressivité à Erik Fleuren, qui ne lésine pas sur la double pédale à un tempo impressionnant, et ce même lorsque la guitare se pose un chouia. Là où ça coince un peu c'est que l'on a souvent l'impression de se retrouver face à un nouveau Lombardo tant certains plans semblent être repris de Slayer. Au final cela importe peu et on retiendra surtout l'efficacité de ryhtmiques pareilles.

Les passages en mid-tempo sont rares (Undead Stillborn, Ten Horns Arise) et ne durent jamais plus de trente secondes. Legion of the Damned est également timide sur les breaks mais les place de manière presque jouissive comme en témoigneront volontiers Sons of the Jackal et Diabolist. Tout ça pour en arriver à la conclusion que Sons of the Jackal ne laisse que peu de répit à son auditoire, si bien que la présence de la sombre et paisible instrumentale Seven Heads They Slumber surprend, sans déplaire pour autant.

Vous l'aurez compris Sons of the Jackal est un album court et intense qui servira volontiers d'exutoire le temps d'une petite pause. Le mélange Thrash/Death de Legion of the Damned reste une valeur sûre, même si certains y verront un manque de renouvellement de la part de la bande à Swinkels. Reste qu'avec une production de cet acabit, il serait dommage de ne pas en profiter.



A écouter : Sepulchral Ghoul et Diabolist sur MySpace.

A écouter : D'une traite