logo La Coka Nostra

Biographie

La Coka Nostra

La Coka Nostra est un collectif de Hip Hop formé en 2006 sur la base de membres de House Of Pain et d'un ancien membre de Non Phixion. Le nom fait référence à l'organisation criminelle nommé La Cosa Nostra (La Mafia) mais en transformant Cosa en Coka (Drogue mais pas au sens criminel du terme).
La Coka Nostra sort plusieurs morceaux mais il faut attendre février 2009 pour voir le premier Ep du groupe, 100% Pure Coka. Un premier album A Brand You Can Trust est prévu pour juillet de la même année, avec notamment des featurings de Snoop Dog, Cypress Hill ou Immortal Technique.

Les membres actuels sont Everlast (House Of Pain), DJ Lethal (Limp Bizkit), Danny Boy (House Of Pain), Ill Bill, Slaine, Big Left, et pas mals d'autres MCs viennent poser leur voix : B-Real&DJ Muggs (Cypress Hill), Cynic, DJ Mek ou encore Q-Unique.

En 2012, La Coka Nostra revient avec Masters of the Dark Arts, son second opus. Il ne reste alors plus que Slaine, Ill Bill, Danny Boy et DJ Lethal, Everlast s'étant retiré du projet pour se consacrer aux problèmes de santé de sa fille.

15.5 / 20
3 commentaires (16.33/20).
logo amazon

Masters of The Dark Arts ( 2012 )

Un peu prétentieux de se réclamer "Maitres des arts sombres" non ?
Comme si on se réclamait "Maitre du Kung Fu" ou "Maitre des beats qui résonnent". Dans le genre frime, on a vu pire surtout que certains clameront haut et fort que Necro reste bien plus sombre que La Coka Nostra. Et pourtant, Masters of the Dark Arts a quand même un bon niveau : instrus qui claquent, MCs hargneux, quelques featurings bien sentis (Thirstin Howl III, Vinnie Paz, Big Left, Sean Price et Sick Jacken). Tout est là pour essayer de s'imposer.

Porté par le single "Mind Your Business", ce second opus s'ouvre pourtant avec un côté quasi religieux sur "My Universe". En quelques minutes, on se dit que l'aspect sombre est là (un flow un zeste désabusé qui clame "The Universe is ruled by the strong / The strong prey on the weak") et dès "Creed of the Greedier", on retombe sur quelque chose de plus virulent (samples, instrus et MC qui calent un rythme soutenu). Tout au long de cet album, le combo alternera les ambiances, multipliera les potentiels singles / tubes ("The Story Goes On", "Snow Beach") et il va sans dire que l'ensemble tient très bien la route.
De la même manière qu'un Immortal Technique, les compos se font parfois un brin latino ("They Eyes of Santa Muerte") et, même si moins variées qu'un Army of the Pharaohs, ne manquent pas de punch en évitant une monotonie qui ferait passer volontairement certains titres (comme cela pouvait être le cas sur A Brand You Can Trust avec "Hardcore Chemical").

Cela ne vous suffit pas ? ".38 револьвер" résonne comme une série de coups de feu avant le décalé "Malverde Market". "Masters of the Dark Arts" et son côté grandiloquent (reprenant une formule déjà testée sur du Jedi Mind Tricks ou Ill Bill) conclut l'album peut être un peu trop abruptement, mais difficile de faire mieux que "F*** Tony Montana". L'absence d'un des MC (Everlast) ne se fait pas sentir, que ce soit dans le flow ou l'occupation des compos.

Les "patrons" de l'underground de New York et Boston inspirent le respect à nouveau avec ce second opus. Même si l'aspect gangsta est toujours omniprésent (logo, merchandising, …), La Coka Nostra n'en use pas forcement dans ses morceaux comme l'avait fait N.W.A. à l'époque et sait se faire entendre avec des thèmes plus urbains, sombres, se rapprochant de Cypress Hill.

Je pensais qu'il allait être difficile de faire mieux que A Brand You Can Trust. J'avais tort, et je l'avoue sans rougir. Masters of The Dark Arts pue la bombe à plein nez ("Creed Of the Greedier", "The Story Goes On") et s'annonce plus épique que son prédécesseur. Ajoutez à cela une prod qui gonfle le tout et vous pourrez vous faire une idée. Ce serait une grosse erreur de passer à côté.

A écouter : Creed of the Greedier

100% Pure Coka ( 2009 )

Rien qu'à voir le Curriculum Vitae des membres de La Coka Nostra, on peut s'attendre à du hip hop de haute volée. Les bougres savent se faire désirer puisqu'il faut fouiller un peu partout pour trouver quelques sons comme par exemple les excellents Fuck Tony Montana ou I'm An American, mais jamais, avant ce 100% Pure Coka, de grosse sortie d'EP ou d'albums.

La quasi totalité des morceaux qui composent ce mélange pur sont issus de divers singles ou compilations sur lesquels La Coka Nostra vint poser ses sons. Donc en somme, pour ceux qui connaissaient un tant soit peu le collectif avant, pas de grosse surprise. Tout démarre par I'm An American, constat d'une société en pleine déchéance, où les Mcs posent leur flow sur des instrus envoutants mais pourtant sombres, à l'image du monde qu'ils décrivent. Tout pourrait se résumer avec ces quelques mots d'Everlast :
"We got hoes, we got bloods, we got sex, we got drugs
We got laws, we got all the right people to break ‘em
We got blood, you got oil, you got land we can spoil
We got bigger, better guns, yo I know we can take ‘em
"

100% Pure Coka enchaîne sur That's Coke, It's A Beautiful Thing, Soldiers Of Fortune et Where Hope Goes To Die. Entre le refrain hypnotisant de That's Coke, l'angoisse étouffante sur Soldiers Of Fortune et la rage de Where Hope Goes To Die, La Coka Nostra prend le meilleur de chacun de ses membres pour en former une entité prête à en découdre. Le "jeune" Slaine ne dépareille pas face à Ill Bill au meilleur de sa forme tandis que l'ancien MC de House Of Pain, Everlast, pose sa voix rauque avec une fougue dévorante. Ainsi, malgré quelques passages parfois un peu décevants (la prod un peu faiblarde de Soldiers Of Fotune ou l’impression que les parties vocales s’enchaînent et ne s’entremêlent pas), peu de choses viennent ternir 100% Pure Coka. On regrettera néanmoins un morceau du calibre de Fuck Tony Montana, aux instrus collant délicieusement à l'atmosphère du film, même si That's Coke s'en rapproche.

La Coka Nostra ne déçoit pas. Bien au contraire, c'est clairement du Hip Hop de bonne qualité qui nous est offert, mené par le single I'm An American où les Mcs se renvoient la balle avec talent. Amateurs de Ill Bill, Slaine & autres, ou même curieux désireux de découvrir quelques groupes au détour d'une page, ce 100% Pure Coka est sans doute pour vous en attendant le premier album...

A écouter : Tout, tellement les 16 minutes paraissent courtes !
15 / 20
1 commentaire (16/20).

A Brand You Can Trust ( 2009 )

La Coka Nostra revient nous asséner une seconde paire de coups avec A Brand You Can Trust. 100% Pure Coka n'était que le hors d'œuvre, A Brand You Can Trust sera le plat de résistance. Alléchant au premier coup d'œil (featurings de rêve, tracklist à donner des frissons), La Coka Nostra joue avec son premier album dans le domaine du gangsta rap. Reste à savoir si on se retrouve face à un hip hop réfléchi où un rap bas du front…

100% Pure Coka était un peu là pour tâter le terrain. En effet, A Brand You Can Trust s'annonce bien plus tapageur que son prédécesseur. Les MCs semblent ici, plus qu’avant, s'en donner à cœur joie : un Bloody Sunday très orienté Cypress Hill, Bang Bang dans la pure lignée des premiers Eminem / Dre, un brin de rock sur The Stain, une douce mélancolie sur Cousin Of Death... Le tout saupoudré de chaines en or&flingues (Gun In Your Mouth, Once Upon A Time). Les clichés du genre pourrait-on dire, mais La Coka Nostra ne s'arrête heureusement pas là et enfonce le clou de son EP. Là où It's A Beautiful Thing, Soldiers Of Fortune et Where Hope Goes To Die formaient un ensemble homogène, les diverses compos ici présentent offrent tous un style différent, avec des flows s'enchainant sans repos (Brujeria, Gun In Your Mouth). Dans l’ensemble, pas ou peu de choses sont à reprocher tant le collectif évite la redite, même face à leurs carrières respectives, sur les 15 morceaux.
Malgré cela, on regrettera quelques pistes un peu faiblardes : le trop monotone Hardcore Chemical ou Once Upon A Time qui manque d'un point culminant pour littéralement exploser. Elles viendront ternir un peu l’éclat de A Brand You Can Trust, mais passeront heureusement inaperçues dans la masse.
En sus des nouvelles compos, on retrouve les tubes que La Coka Nostra a laissé filtré au cours des mois : l'énorme F*** Tony Montana, sans doute LE tube de l'album même s'il est trop sombre pour faire office de single. De 100% Pure Coka, on replonge dans That's Coke et I'm An American, dont la qualité n'est plus à prouver depuis leurs premières sorties sur internet.

L'autre atout de A Brand You Can Trust est la liste impressionnante de featurings : Snoop Dogg, B-Real&Sean Dog (Cypress Hill), Immortal Technique, Sick Jacken (Psycho Realm), ... Des noms à faire saliver, et le résultat en vaut la chandelle : Bang Bang allie l'ambiance des opus de Snoop Dogg avec le groove d'un Slaine en forme, Brujeria et son refrain en espagnol donne un air latin à l'ensemble.

A Brand You Can Trust sera l'album de l'été. Il détrône facilement le Blackout 2 très attendu de Method Man & Redman, et malgré quelques faiblesses (le décevant Hardcore Chemical) insufflera suffisamment de groove pour s'annoncer comme un futur classique.

A écouter : F*** Tony Montana - Bloody Sunday - Bang Bang