logo L'Ordre Du Temple

Biographie

L'Ordre Du Temple

L'Ordre Du Temple était un ordre religieux et militaire issu de la chevalerie chrétienne du Moyen Âge pendant le XIIe et XIIIe siècle, dont ses membres étaient appelés les Templiers qui participèrent notamment aux croisades et à la guerre sainte. C’est sur ces bases que se fonde le projet solo de Count David, membre d’autres groupes Italiens de Black Metal tels que Eneth, Dolcininan ou Fourth Monarchy, en 2003 à Venise. Chaque titre de L’Ordre Du Temple s’inspire donc de l’histoire des Templiers et de leurs secrets et évolue dans un Black Metal aux influences médiévales.
Après un split en 2006 avec Ringwraith et Teuta divisé en trois chapitres, L'Ordre Du Temple sort son premier disque chez My Funeral Records en 2007.

Chronique

15 / 20
1 commentaire (17.5/20).

In Hoc Signo Vinces ( 2007 )

Par ce signe, tu vaincras (In Hoc Signo Vinces) fait référence à la vision de Constantin dans laquelle l'empereur vit cette inscription sur une croix de lumière dans les cieux, d'où le signe divin sur les boucliers des Templiers. L'Ordre Du Temple, projet personnel de Count David s'inspire de cette thématique tout au long de ces huit titres qui composent cet album. Textes en anglais, latin ou italien; c'est assez rare pour le souligner, The Knight's Dream traite par exemple des préceptes des Templiers et Et In Arcadia Ego, (en référence à un tableau de Poussin) traduit habituellement par «même en Arcadie, j'existe», est une réflexion sur la mort.

Musicalement parlant, L'Ordre Du Temple évolue dans un Black-Metal médiéval et épique qu'on pourrait parfois rapprocher de Summoning, le côté heroïc-fantasy en moins. Ce premier album du one-man band se compose de deux parties : cinq nouveaux titres d'un Black-Metal mid-tempo mélancolique sur le mystère des Templiers puis trois anciens titres traitant de l'Inquisition, issus du split avec Ringwraith et Teuta plus rapides et hargneux. On sent qu'à travers ces huit titres Count David a fait un effort de composition avec une volonté de coller du mieux possible aux ambiances médiévales (souvent cinématographiques) et à l'histoire des Templiers. Ainsi, ce Black-Metal plutôt classique en soit, est saupoudré par des claviers, très présents, aux sonorités médiévales comme c'est le cas sur Libellus Veneris Nigro Sacer aux claviers cristallins et à l'interlude à la flûte et au tambourin. Et In Arcadia Ego débute également par une intro à la flûte et à la harpe et Sancto Sanctorum ressemble à une marche guerrière avec ces trompettes et sa grosse caisse. Cependant, même si le côté mystique des ambiances moyenâgeuse est réussie, toutes ces mélodies instrumentales et percussions, du fait que se soit l'oeuvre d'un seul homme, sont réalisées grâce au synthé et sonnent parfois un peu kitsch. Heureusement, cela n'entache pas réellement la qualité des compositions mais l'on peut se poser la question de ce qu'aurait été le rendu final avec de vrais instruments. On notera également que Count David, joue d'une alternance voix claire, sur les parties ambiantes plus calmes, et d'un chant saturé, Black, lorsque les guitares se font incisives.

In Hoc Signo Vinces est un album convainquant, servit d'une bonne production, qui plus est original de par ses atmosphères médiévales très réussies. Néanmoins, il manque d'un côté organique, de vivacité qui aurait pu être apporté par des instrumentalistes plutôt que de tout faire au synthé et de se servir d'une boite à rythme. Alors peut-être que L'Ordre Du Temple se verra constitué de quelques chevaliers de plus sur un prochain album?

A écouter : Libellus Veneris Nigro Sacer, Et In Arcadia Ego