Albums du moment
Pochette Años En Infierno
Pochette Mestarin Kynsi
Pochette Naiv Pochette Ascension
Chroniques
Pochette Neon Noir Erotica
Pochette Eleventh Hour
Pochette La Battue
Pochette Necroscape
Pochette On Circles
Pochette Arkhipov
Pochette Summerland Pochette Fearmonger
Découverte
Pochette Discography

Titre : Extremities Dirt and Various Repressed Emotions Année : 1990
Acheter : logo amazon
Collection : 3 membres possèdent cet album.

Moyenne lecteurs : 15/20 (2 avis dont 2 avec commentaire)


Laisser votre avis

Commentaires

baphomet 20 / 20 Le 04/01/2008 à 15H15

Avec Gilles Deleuze et Félix Guattari dans "L’Anti-Œdipe"(1972):
( … ) Jamais il ne s’agit pourtant de s’identifier à des personnages, comme on le dit à tort d’un fou qui « se prendrait pour… ». Il s’agit de tout autre chose : identifier les races, les cultures et les dieux à des champs d’intensité sur le corps sans organes, identifier les personnages à des états qui remplissent ces champs, à des effets qui fulgurent et traversent ces champs. D’où le rôle des noms, dans leur magie propre : il n’y a pas un moi qui s’identifie à des races, des peuples, des personnes, sur une scène de la représentation, mais des noms propres qui identifient des races, peuples et personnes à des régions, des seuils ou des effets dans une production de quantités intensives. La théorie des noms propres ne doit pas se concevoir en termes de représentation, mais renvoie à la classe des « effets » : ceux-ci ne sont pas une simple dépendance de causes, mais le remplissement d’un domaine, l’effectuation d’un système de signes. On le voit bien en physique, où les noms propres désignent de tels effets dans des champs de potentiels ( effet Joule, effet Seebeck, effet Kelvin ). Il en est en histoire comme en physique : un effet Jeanne d’Arc, un effet Héliogabale – tous les noms de l’histoire, et non pas le nom du père…

Ecoutez cet album comme tant d'autres de Killing Joke ("Pandemonium", "Fire Dances"...) et partez pour un voyage dans l'Histoire, à la rencontre des "noms de l'Histoire". La musique de ce groupe opère comme une fulguration sur votre corps qui n'est déjà plus votre corps mais un Corps sans Organes (Artaud, puis Deleuze-Guattari), un champ d'immanence à l'épreuve de la cruauté, tout un monde possible d'expérimentations.
Killing Joke c'est l'effectuation de forces venues de l'Histoire qui excèdent les possibilités humaines. Ces types vous font passer de gradients en gradients, de seuils en seuils, d'effets en effets: voyage(s) en intensité(s) au risque de la chute, mais on sait bien (comme dans les tableaux de Francis Bacon) que toute chute est active, inexorablement active !
Vive Killing Joke, les noms de l'Histoire et la bande à Jaz le spinoziste !

mitolofuckin 10 / 20 Le 28/08/2007 à 21H21

A tout ceux qui peuvent dire : "ah ouai, celui-là c'est le meilleur de leur albums..."
Je réponderais qu'ils tous aussi différents les uns que les autres, et chacun monumental dans leur style.
Et j'estime qu'il est anormal qu'Extremities... soit passé à coté des soit disantes oreilles fines des critiques de Metal et de rock.
Achetez-le il est merveilleux !