Titre : Et Le Diable Rit Avec Nous Année : 2011
Acheter : logo amazon
Label : Gangstyle Records
Collection : 2 membres possèdent cet album.

Moyenne lecteurs : 9.17/20 (3 avis dont 2 avec commentaire)


Laisser votre avis

Commentaires

Nice Guy Eddie 12 / 20 Le 18/05/2016 à 14H32

un album décevant et brouillon. il y a par moment des éclairs mais sur le fond l'ensemble est très dispensable. autant "No Surrender" est mon album préféré de hardcore ( j'en ecoute peu du reste) autant "et le diable rit avec nous" ressemble plus à une compil rassemblant des démos très bien produite mais pas aboutie. c'est dommage que cela soit l'album testament du groupe, mais pas anormal, c'est un dernier bras d'honneur à leur public :D!

Craipo 11.5 / 20 Le 18/01/2012 à 18H12

"KK is trying too hard"
Par les temps qui courent les formations dégueulent des litres de hargne sur-sombre et sur-grasse poussent à tous les coins de rue (parfois bien aidés par une production cache misère mais passons) et Kickback fait encore un peu figure de patron. KK est là depuis des plombes, méchant et nihiliste depuis toujours.
Mais voilà, Kickback, ça fait quelques temps qu'on les sent un peu arrivés au bout du délire, coincés par/en mode "r.a.b. et si t'aimes pas je t'emmerde. Je le fais pas pour toi d'abord (et toc!)". Ca a le mérite d'être clair ceci dit. Au pire il suffit d'éviter de s'y frotter et tout le monde est content.

No Surrender était honnêtement bon, et bénéficiait l'air de rien de l'effet de surprise, du plaisir que l'on a à retrouver un groupe parti au sommet qui revient avec une identité sonore toujours propre mais rafraîchie. A coté Et Le Diable Rit Avec Nous me fait l'impression d'un skeud de darons un peu beaufs qui essaient de tapper plus fort au milieu d'une foule de jeunes formations plus fougueuses et plus libres. Alors ça cogne, pour sur, mais à l'aveugle et pas mal dans le vide au final. Tout cet empilage de riffs bagarre un peu foutraque (ils se sont visiblement fait plaisir à se laisser aller) ne mène nul part et en fin de compte... on s'ennuie un peu malgré quelques bons moments (trop fugaces).