Albums du moment
Pochette Monumenty selhání
Pochette A Different Shade of Blue
Pochette A Dawn To Fear Pochette Nighttime Stories
Chroniques
Pochette Etrange
Pochette Errorzone
Pochette Dreams of Quiet Places
Pochette Hallucinogen Pochette Nest

logo Khanate

Biographie

Khanate

Khanate (prononcez "con-eight" et non "canaté" ou autre) est né en 2000 à New York de la rencontre de James Plotkin à la basse (Regurgitation, Old, Scorn ...) et Stepehn O'Malley à la guitare (Thorr's Hammer, Burning Witch, Sunn O))) ...). La formation a comme objectif de repousser les limites du doom et s'axe sur une musique extrême des plus terrifiantes et des plus obscures. Alan Dublin (Old) vient apposer sa voix d'outre tombe tandis ce que Tim Wyskida (Manbyrd, Blind Idiot God ...) apporte son jeu de batterie afin de compléter le puzzle.
En 2001 Khanate enregistrent leur premier album aux studios Necrodrone&Negatives qui sera ensuite mixé par Mathias Schneeberger (The Obsessed, Saint Vitus, Goatsnake ...). 2 ans plus tard, Things Viral voit le jour toujours sur Southern Lord. En 2005 Khanate confirme avec Capture & Release sur HydraHead.

Chronique

17 / 20
3 commentaires (16.33/20).
logo amazon

Capture & Release ( 2005 )

Quand on jette un coup d'oeil aux antécédents des membres de Khanate (Sunn O))), Scorn, Old ...) on peut raisonnablement conclure que le groupe fait office d'une sorte de "dream team doomesque". Les 2 albums précédents avaient atteint un très haut degré de noirceur et ont clairement hissé les américains parmi les références du genre, notamment grâce à leur son et leur manière d'orchestrer uniques en leurs genres.

Il faut bien l'avouer, le doom sludgisant de Khanate n'écrase et ne séquestre pas l'auditeur de la même manière que les autres. En effet, les guitares accordées 6 pieds sous terre de Khanate déversent leur matière malsaine via des "accoups" et des frémissements pouvant rappeler les derniers mouvements réflexes et nerveux d'un corps dont l'âme vient à peine de s'échapper. Bref, même si les cordes traînent allégrement dans la boue, le groupe ne mise en aucune manière sur la sorte de linéarité saturée qu'on retrouve chez beaucoup d'autres formations. Khanate vous plonge la tête dans une eau saumâtre, puis vous laisse respirer un moment avant de recommencer de plus belle jusqu'a épuisement. On entre alors dans un cycle de Capture puis Release  (comme le souligne le titre de l'album) difficilement soutenable tant il est vicieux.

Mis à part les extraordinaires vocalises de Dublin, Khanate ne donne pas dans la surenchère. En effet, tout est dans la manière d'orchestrer. Tim Wyskida n'a que faire d'un quelconque rythme et vient appuyer le phrasé à grands coups de haches pour lui donner davantage d'impact. On retiendra également le jeu de cymbales tout en progression (fin de Capture) qui, aidé par quelques larsens bien saignants, fait lentement mais sûrement monter la pression. Alan Dublin prend un malin plaisir à user ses cordes vocales pour en faire ressortir une voix terrifiante, voir criminelle, surtout lorsqu'elle tombe dans un chuchotement malsain (fin de Release). Souvent soutenue par des filtres et des arrangements étranges, le sentiment d'irréalité va croissant.
Khanate nous fait lentement passer du réel à l'imaginaire en se déployant puis en se renfermant sur nous comme pour nous écraser, nous envelopper d'un carcan métallique rouillé et suintant d'horreur. "One step closer to somewhere .... One step closer to nowhere", on ne nous laisse finalement aucun espoir.

On ne pourra finalement rien reprocher aux américains sur Capture & Release dont on retiendra aussi l'excellente production. Cette dernière fait ressortir à merveille la précision d'un jeu qui dilate sans fin le temps et l'espace. Si le groupe ne s'éloigne en rien de son sujet (tant mieux ma foi !),  c'est pour au final qu'on puisse davantage en apprécier la maîtrise. Que l'actuelle vague hype du doom ne puisse vous en empêcher, au même titre que le dernier Monarch

Télécharger : Skin Coat de l'album s/t.

A écouter : Les 2 titres