Découverte
Pochette s/t

logo Kazan

Biographie

Kazan

Né en novembre 2005 à Dijon (Empty Look Masses, IFS, ...), Kazan oscille entre hardcore et post-hardcore. Après une démo destinée à se faire connaître, le groupe effectue divers concerts et une tournée en Europe de l'Est en 2007. Fin 2008, Kazan revient, après une tournée avortée, sur un split avec leurs collègues Dijonnais de After Taste.

Maslow 0 ( 2010 )

Maslow 0. La référence à la pyramide des Besoins de Maslow est on ne peut plus explicite. Constituée de 5 niveaux, chacun correspondant à divers besoins (Physiologiques, Sécurité, Sociaux, Estime et Accomplissement Personnel) que l'être humain tente d'accomplir dans l'ordre, cette pyramide semble être la pierre fondatrice de ce disque. Entrecoupé de photos, paroles et textes explicatifs, Maslow 0 tend à piétiner ce schéma faussé, le détruire pour mieux en reconstruire les bases selon la société actuelle.

"Se rendre fou c'est songer. Perdre son temps, c'est donner. Galérer c'est capter. S'écrouler c'est gagner"

Entre le nom de l'album et les titres, le ton est donné. Kazan sera témoin pessimiste, scribe mais pas moralisateur. Les 5 musiciens ont signé ici leur premier opus, plus cru encore que les précédentes sorties déjà noires. Artwork où se côtoient les prémices et le futur des civilisation actuelles au sein d'un paysage apocalyptique, comme si l'homme avait cherché à ses débarrasser de ses besoins les plus essentiels, paroles sombres, alarmistes (Je ne suis plus un Homme, Jour Après Jour), musique oscillant entre Hardcore et Post-Hardcore -plus brut que le dernier Tanen, moins vicieux mais plus ouvert au Monde-, Kazan se lève et se révolte, pleure sur la société et sa vision de la vie. L'ensemble se révèle brut, à tel point que Maslow 0 peut devenir impénétrable, pavé monstrueux taillé dans le roc, usant de cette sensation à double tranchant pour créer un malaise. Les Dijonnais semblent pris en pleine tempête, portant les échos de leurs brûlots jusqu'à perte de vue, abordant les thèmes de la Terre (So Say We All), de la modernité clinquante mais vide (Jour Après Jour, Etre et Avoir) et des relations humaines (Je ne Suis plus un Homme).
Sur le split avec After Taste, Kazan se rapprochait d'un Neurosis ou Overmars. Ici, les premiers ne sont plus qu'effluves tandis que Kazan se place de plus en plus dans la lignée des seconds. Il n'est plus rien à dire, plus rien à faire. Kazan semble prêt à vaincre : Les compos séduisent, le chant torturé et extrémiste ne fait pas dans le détail, au risque de déplaire, la musique oscille entre rage bouillonnante et tendre amertume. Bien que perfectible (la production un peu fouillis peut être, le sentiment que l'album s'écoule trop vite ou le fait qu'aucun morceau ne se démarque véritablement de l'ensemble), cet opus se révèle stable, homogène et de très bonne facture. On apportera une attention particulière aux mots de Jour après Jour ou au rendu final de Ma vie c'est du Lourd avec ses samples et son chant agonisant.

En dehors de sa réflexion extra-musicale, Maslow 0 s'avoue rageur, révolté, éveillé au monde qui l'entoure et lucide. Kazan n'est jamais loin de toucher son but, allant jusqu'au fond de sa pensée, les lyrics assassins portés par un post-hardcore tout de noir vêtu. Même si certains passages en rebuteront plus d'un (dont le chant malmené), le groupe développe ses idées et arrive à développer un son crédible.

Plus d'infos sur la Pyramide de Maslow.

A écouter : Ma vie c'est du Lourd - Jour Aprs Jour
14.5 / 20
1 commentaire (16/20).
logo amazon

Split avec After Taste ( 2008 )

La scène dijonnaise est en pleine activité, après les sorties de Empty Look Masses, IFS, c'est au tour du duo Kazan et After Taste de rejoindre le groupe des fraiches cargaisons. Conçut comme une bataille où chaque groupe se succèderai plutôt que des blocs bien distincts, ce split réunit donc les post-hardcoreux de Kazan et d'After Taste. L'ambiance s'installe dès l'intro. Un bruit lourd résonne, quelques autres viennent se greffer, sans sens propre, tandis que quelques mots soupirés amènent une batterie supportée par un son céleste. Et le mur s'effondre, Il pleut A Mourir a débuté, le ciel s'est obscurci et l'averse s'abat. Kazan et After Taste se succèdent sur des morceaux où la douleur est omniprésente. Les transitions mettent dans l'ambiance, illustrations sonores de vieux films, rétrospective d'une vie démoralisante.

Tu peux cesser ce regard et cette amitié, j’ai donné là où d’autres ont pleuré

C'est donc After Taste qui a la lourde tâche d'ouvrir ce split avec, ainsi, Il Pleut A Mourir. Titre sombre, avec des cordes lourdes comme un soir d'orage. La voix de Damien est poussé à bloc, prête à rompre, mais maitrisée pour ne pas défaillir. La batterie est appuyée, frappée avec fougue, tandis que les cordes savent tenir le rythme, tout en offrant des passages variés (La Distance). La musique d'After Taste a bien évolué depuis les premiers efforts du groupe. Passé d'un emo punk à un post-hardcore douloureux, le groupe semble avoir mûri depuis son premier album, frôlant même par moment, au niveau des riffs, Amen Ra ou Time To Burn (l’oppression en moins), sans pourtant arriver à maintenir cette sensation sur un long moment. Certains passages sont certes bancals, comme les spoken-words d’Il Pleut A Mourir, mais pourtant le trio arrive à s'imposer et surtout à faire vibrer l'auditeur. La musique n'est pas la plus originale du monde, ni la plus poussée sur les sentiments, mais After Taste y met ses tripes, offrant ainsi une prestation plus qu'honorable, bien que perfectible.

J’ai regretté / De vous avoir laissé / La vie est plus belle / Sans dernières nouvelles

Kazan joue donc ici 4 morceaux, torturés, agonisants, alternant passages agressifs et souffrants et accalmies poétiques à la douce mélancolie. La voix semble aliénée, les cris transpirent la douleur, primaire, animale. Exutoire, libération, peu importe les mots, la voix parle d'elle-même, tandis que les instruments sont le support de cette délivrance. Le quintet oscille parfois entre fureur et douceur, à l'image de Le Pacte, où cette succession se veut naturelle sans cependant devenir prévisible, offrant des accalmies pour digérer les maux. Les instruments ont la noirceur d’un Neurosis, la fragilité d’un Overmars (Dernières Nouvelles), avec presque autant de maitrise, de spontanéité. Si ce split devait être illustré par une rupture, After Taste serait les larmes, tandis que Kazan serait les cris de douleur, la détresse pure. A noter qu'il est plus que conseillé d'écouter le split dans l'ordre, les transitions travaillées soutenant l'ambiance dégagée par Kazan et After Taste.

Ce split est donc le fruit de deux formations proches musicalement et humainement, mais avec une manière d'aborder la musique différente. After Taste et Kazan sont donc ici complémentaires, offrant un split agréable, qui ravira les fans de musique émotionnelle, les amoureux d'Eris, et les autres. La scène bourguignonne se porte bien, et ce n’est pas les 2 auteurs de ce méfait qui vont nous contredire.

Myspace d'After Taste
Le Split est en téléchargement gratuit ici.

A écouter : Avoir Le Temps Dernires Nouvelles
Kazan

Style : Hardcore / Post Hardcore
Tags : -
Origine : France
Myspace :
Site Officiel : kazan-band.com
Amateurs : 8 amateurs Facebook :