Biographie

Kausal

Kausal est un trio de PostRock originaire de Suède. Composé de Erik Nilsson, Anders Carlström et Henrik Johansson, le groupe écrit un premier album, In Dead Cities, accouché en studio en octobre 2009 et sorti en mai 2010.

Chronique

15 / 20
1 commentaire (16/20).
logo amazon

In Dead Cities ( 2010 )

La Suède est une véritable mine de groupes PostRock et assimilés : Cult Of Luna, Immanu El, Khoma, Scraps Of Tape, ... On va vous le redire encore une énième fois, peut être la centième ou la millième, mais au final ce ne sera jamais assez. Parce qu'avec Kausal, le refrain sera encore le même, celui que vous connaissez tant : "Kausal est bon". En fait, la première livraison du groupe, In Dead Cities, ne laissait pourtant pas présager une telle réussite : artwork jaunâtre brumeux et musique qui s'élance sur une terrain houleux où la moindre montée en puissance n'a pas droit à l'erreur et qui suit une voie déjà bien rôdée.
De fait, In Dead Cities ne révolutionne en rien la musique, les premiers Cult Of Luna, GYBE!, Neurosis étant déjà dans les bacs depuis plus de 10 ans. Et pourtant, Kausal apporte cette fraîcheur qui permet de sortir un disque du lot de sorties grouillantes des catalogues de tout bon disquaire, maîtrisant l'art du conte avec poésie et passion. Car c'est une véritable histoire que nous raconte le trio, celle des villes du froid, mortes les nuits glaciales, délaissées lorsque la température chute plus que raison, couvertes de neiges toute l'année. La vie se retranche derrière ces murs de béton, calfeutrée et grelottante à proximité de chaudières déjà fatiguées, et prend son temps pour avancer, à la manière des livres de Henning Mankell.
Kausal y met donc tout son talent, avec une voix morne et lasse, des guitares aux cordes tiraillées entre fatigue et abandon. Si l'atmosphère est cotonneuse, ce n'est pas pour porter l'auditeur au ciel grâce à de longues montées tel GYBE!, mais plutôt pour piéger l'auditeur derrière ces fenêtres aux rideaux élimés comme le fait Rising Cities. Tout ici reflète les paysages hivernaux de Suède. Parfois, Kausal hausse le ton et là ou la colère d'un Cult Of Luna renversait tout sur son passage, Kausal semble peiner à sortir de cette misère humaine qui colle à la peau (The Conquistador) comme un brouillard matinal.

Finement exécuté, In Dead Cities semble ne jamais finir. Peut être à un tel point que le ciel en devient morose, que les rues se vident et qu'une brume descend couvrir la nuit. Sans forcément apporter quelque chose en plus au courant PostRock, Kausal remplit son contrat avec brio.

A écouter : The Conquistador - Rising Cities
Kausal

Style : Post Rock
Tags :
Origine : Suède
Myspace :
Amateurs : 4 amateurs Facebook :