logo Kalmah

Biographie

Kalmah

Les débuts de Kalmah trouvent leur origine au début des années 90 sous le nom d'Ancestor. Pekka Kokko (Chant / Guitare), Petri Sankala (Batterie) et Antti Kokko (Guitare). Le trio, en perpétuel changement de bassiste, enregistre cinq démos entre 1991 et 1998 avant de changer d'orientation musicale en recrutant un claviériste du nom de Pasi Hiltula en 1998. Kalmah est né.

Le groupe commence alors la composition d'un disque promotionnel avec le morceau de Svieri Obraza puis signe son premier contrat avec Spikefarm Records pour l'enregistrement de Swamplord en 2000 épaulé par Altti Veteläinen leur nouveau bassiste. Leur style, proche de Children Of Bodom ou Eternal Tears Of Sorrow (avec qui ils partagent certains membres) avec ses mélodies épiques et folkloriques séduit et leur premier album est plutôt bien reçu. Suite du départ de Altti Veteläinen et de Petri Sankala, remplacés rapidement par Timo Lehtinen (Catamenia) à la basse et par Janne Kusmin (Catamenia) à la batterie, Kalmah enregistre They Will Return, leur second opus qui parait en 2002. Après une courte tournée en Finlande et un passage au Wacken, Swampsong sort très rapidement l'année suivante.

Mais en 2004, le claviériste Pasi Hiltula est remplacé par Marco Sneck, puis Kalmah enregistre The Black Waltz qui sort en 2006 et qui demeure le meilleur succès des finlandais. Le combo agrémente sa discographie de deux albums en 2008 et 2010, For The Revolution puis 12 Gauge et entame une première tournée internationale en 2008.

Chronique

Palo ( 2018 )

A-t-on encore quelque chose à prouver quand on fait partie des rares survivants d'un style dépassé ? Kalmah a pu se poser la question en écrivant Palo ("ardeur" en carélien), en se retournant sur ses vingt ans de carrière dans le Death-Mélo. Qu'il est loin, le début des années 2000, l'époque où le genre caracolait en haut des playlists préférées des lycéens que nous étions, l'époque où les icônes du mouvement étaient encore dignes d'intérêt (coucou Children Of Bodom)... En 2018, qu'en reste-t-il ? Une poignée de groupes, dont beaucoup vont chercher du renouveau dans le Deathcore ou le Pagan/Folk. Alors, ce nouveau Kalmah, va-t-il finir d'enterrer le Mélodeath, ou le remettre au goût du jour ?

Si la première lyric-video dévoilée (pour Evil Kin) pouvait faire peur car dénuée de beaucoup des éléments caractéristiques du groupe (où sont les riffs ?), qu'on se rassure, les Finlandais n'ont pas tout perdu pendant les cinq ans qui nous séparent de Seventh Swamphony. C'est avec plaisir qu'on retrouve les riffs mélodiques géniaux typiques du "Swamp Metal" de Kalmah : à la frontière du Death-Mélo, du Thrash, du Folk épique, et du Power-Heavy (couplets de Paystreak, de Blood Ran Cold...), le tout parsemé d'influences Black, principalement sur le jeu de batterie rempli de blast-beats et de double-pédale à mille à l'heure (Into The Black Marsh, Blood Ran Cold, The World Of Rage). Omniprésents tout au long des trois quarts d'heure de Palo, ces passages efficaces, mélodiques et prenants, appellent instantanément au headbang. Quant au chant, il est grogné de façon toujours aussi gutturale, dont l'aspect rocailleux et brutal renforce l'impact des riffs.

Oui mais... Est-ce tout ? Est-ce vraiment tout ce qui fait l'essence de la cuvée 2018 des vétérans que sont Kalmah ? Ces points forts sont déjà les mêmes depuis quinze ans, alors comment Palo se démarque-t-il ?
Il ne se démarque pas.
A la troisième ou quatrième écoute, une fois passé l'engouement initial de renouer avec son amour de jeunesse, rien ne ressort, aucun tube ne reste en tête comme le faisait par exemple le titre éponyme du précédent effort, malgré la qualité discutable de l'opus. Certains moments dans cette nouvelle production semblent moins inspirés (Evil Kin en dehors de ses refrains, Erase And Diverge (refrains inclus, cette fois...)), ou déjà entendus (Waiting In The Wings, Through The Shallow Waters). Mais il y a pire : Kalmah fait preuve de maladresse. Les solos moins techniques qu'auparavant qui laissent sur notre faim ; l'inutile ralentissement de cadence au milieu de The World Of Rage ; la fin en queue de poisson de Through The Shallow Waters ; tout le titre Take Me Away, mid-tempo raté qui sombre dans le kitsch ; les gang-shouts malaisants à la CoB dans Into The Black Marsh... Rarement les Finlandais ont fait autant de faux-pas dans un de leurs albums.

Certes, Palo reste un disque agréable, et au moins certains de ses titres vont probablement être des machines à pogos lors des futurs concerts. Mais c'est tout, "agréable" et sans plus. Difficile à encaisser de la part d'une formation comme Kalmah, qui semble tout simplement en mode pilote-automatique : un album "satisfaisant", c'est loin en-dessous des standards attendus des auteurs des colossaux They Will Return ou Swampsong...

A écouter : Blood Ran Cold