Albums du moment
Pochette Años En Infierno
Pochette Mestarin Kynsi
Pochette Naiv Pochette Ascension
Chroniques
Pochette Neon Noir Erotica
Pochette Eleventh Hour
Pochette La Battue
Pochette Necroscape
Pochette On Circles
Pochette Arkhipov
Pochette Summerland Pochette Fearmonger
Découverte
Pochette Discography

logo Jordablod

Biographie

Jordablod

Jeune groupe de Black Metal (et plus si affinités), Jordablod nous vient de Suède et a vu le jour en 2015. Après un premier EP, le groupe signe son premier album, Upon My Cremation Pyre, chez Iron Bonehead Productions en 2017. Le groupe constitue alors un line-up live et joue notamment au Never Surrender Festival (co-organisé par Iron Bonehead et Nuclear War Now!). Début 2020 sort The Cabinet Of Numinous Song

The Cabinet of Numinous Song ( 2020 )

En 2017 avec Upon My Cremation Pyre, Jordablod nous offrait un Black/Death exotique et aventureux qui semblait avoir de beaux jours devant lui. Fraîchement délivré chez Iron Bonehead Productions, le deuxième chapitre fait légèrement varier la formule.

Misant moins sur la guitare clean comme fil conducteur (quand celle-ci parsemait tout le premier album), Jordablod va davantage jouer sur des textures (plus brutes et moins limpides qu’avant), des alternances de passages clairs et saturés, tester des rythmiques. Ce qui rend The Cabinet Of Numinous Songs moins compact et homogène que son aîné, avec moins de cohérence interne mais toujours autant d'attrait pour l'exploration. Rappelons-le, Jordablod est un jeune groupe avec d’ores et déjà un son propre et une approche personnelle du genre. Rappelons aussi que le groupe est Suédois et s’autorise pas mal d’excursions hors d’Europe : on trouvera une touche plutôt Bluesy sur To Bleed Gold et son intro remplie de bends du Far West ou bien des mélodies évoquant le Moyen-Orient sur Blood And Rapture

Au milieu de toutes ces incartades, les Nordiques ne sacrifient pas l’efficacité et lâchent des coups directs sur The Two Wings Of Becoming, The Beauty Of Every Wound. Des titres qui compensent un His Ondes Mystär un peu poussif, avec un mid-tempo assez plat et un contraste on/off qui devient vite ennuyeux. Plus largement, la seconde moitié du disque s’en tire vraiment bien même si la formule intro calme-tirade Black/Death-retour au calme devient assez répétitive et identifiable au fil des écoutes. 

Quitte à découvrir ce groupe décidément à part dans le Black Metal actuel, penchez-vous également voire prioritairement sur Upon My Cremation Pyre. Jordablod a pour lui ce son assez inédit et sert ici sept titres qui sentent bon le mysticisme, offrant de beaux moments de bravoure, bien qu’on en repère les longueurs et les ficelles au fil des écoutes. 

A écouter : To Bleed Gold, The Two Wings Of Becoming
16.5 / 20
1 commentaire (16/20).
logo album du moment

Upon My Cremation Pyre ( 2017 )

Avec un premier jet d'une telle trempe, Jordablod a d'ores et déjà de quoi nous faire saliver pour un bon bout de temps. Parce que ces mecs sont visiblement des touche à tout sans interdits qui ne se satisfont pas de tout ce qui se trouve à la simple lisière de leurs genres d'attache. 

Difficiles à cadrer et tant mieux. Nos Suédois du jour ont l'esprit aventureux de Morbus Chron, Bölzer, et toute autre bande de lascars créatifs et amateurs de fausses pistes. 
Pourtant on ne se leurre pas de suite, l'entame du premier titre sonne résolument Black Metal trempé avec parcimonie dans un son Death corrosif. Mais, tenace, elle persiste cette guitare qui ne veut pas faire comme tout le monde. Fil d'Ariane de cet album, on n'aura de cesse de s'y raccrocher en permanence pour nous guider dans le labyrinthe carnavalesque de Chants For The Black One ou nous hisser au son d'un Hin Hale qui résonne comme une lente ascension. Les salves Black/Death ont bien sûr leurs jolis moments de gloire (Of Fiery Passion), mais se parent de couleurs plus chaudes que le monochrome carré noir sur fond poisse/crasse/haine habituel. Peut-être un simple effet d'artwork, va savoir. 

Mais les accents orientalistes de Liberator Of Eden sont bel et bien présents. Les rythmes tribaux, les passages Post-Black de En Route To The Unknown aussi. Autant dire que le trio te sert de la compo à tiroir bien inspirée excédant allègrement les 7 minutes en moyenne. Montées, interludes, reprises inattendues, les Suédois nous baladent à leur gré, les deux pieds dans le Black et les yeux dans les nuages vers des cieux Psyché ou Prog. 
Jordablod fait vivre Upon My Cremation Pyre comme un périple total en soignant les ambiances de ses entrées et sorties de morceaux. Pour preuve, Of Fiery Passion et ses cordes claires et discrètes apaisent les esprits avant un départ d'orage chaotique et soudain, sous forme de questions-réponses de fûts déchaînés et de riffs méchants. Dans un autre registre, le morceau éponyme et son intro funeste envahira l'espace tout en progression jusqu'à l'explosion finale, tremolo picking en tête. C'est tragique, majestueux et beau comme un Post-Rock qui te foutrait le cafard. 

En toute honnêteté, Upon My Cremation Pyre est de ces opus géniaux difficiles à décrire avec de simples mots, parce que homogène dans sa recette et à la fois très varié de par les effets qu'il produit. Je ne saurais que trop vous conseiller donc d'aller vous allonger une heure durant, le casque sur les oreilles et les mirettes bien fermées (ou ouvertes sur leurs paroles mystico-religieuses façon MGLA). Et ensuite ? En Route To The Unknown

L'album est en écoute sur bandcamp

Jordablod

Style : Black Metal/Avant-Garde
Tags : - -
Origine : Suède
Facebook :
Bandcamp :
Amateurs : 2 amateurs Facebook :