logo Jonah Matranga

Biographie

Jonah Matranga

Après avoir bourlingué près de 6 ans sous le patronyme Onelinedrawing, Jonah Matranga (Far, Gratitude, New End Original) décide en 2005 de mettre un terme à l’aventure pour en démarrer instantanément une nouvelle sous son propre nom.


En préambule à cette nouvelle carrière sort en 2006 un joli digipack (non sans rappeler ceux des lives de Pearl Jam) intitulé avec pertinence There’s a Lot in Here. Et effectivement avec pas moins de 42 morceaux séparés entre un CD live et un DVD, le moins que l’on puisse dire, est que cette sortie est bien fournie. Reprenant les tubes des opus de Onelinedrawing, Jonah y fait également figurer de nouveaux morceaux dessinant les contours de sa nouvelle orientation musicale : c’est à dire exactement la même chose que précédemment, une musique Indie / Folk faite d’une guitare acoustique, de bric et de broc (la boite à Rythme R2D2) et d’une voix splendide.
En effet ce changement de nom est surtout une manière de s’assumer pleinement en tant qu’artiste solo, pour un homme qui attache énormément d’importance à l’aventure humaine, aux rencontres, au partage. Jonah reprend ses bonnes vieilles habitudes de bourreau de travail,  et continue sans discontinuer à écrire, composer et sortir sans arrêts de petits EP lui-même (Sketchy EP 3, The Three Sketchys, Songs From Sacramento Vol 1 & 2) ou sur de petits labels (Split avec Frank Turner chez X-tra Mile).
C’est en automne 2007 que sort le premier véritable album de Jonah Matranga sous cette forme.  And sort en Septembre 2007 chez différents labels suivant le lieu (Yr Letter Records en France) Et pour le coup, quelle ne fût pas la surprise en le voyant débarquer accompagné de nombreux musiciens. Le résultat tout en étant d’une grande qualité, se pose un peu en opposition des précédentes galettes, avec une richesse musicale impressionnante.
Son état d’esprit lui ne change pas, et son attention permanente à satisfaire pleinement son public continue de se vérifier. Avec de petits détails comme dans And où les textes sont accompagnés des accords guitare pour la jouer comme Jonah Ou au travers d’entreprises plus osées tel le concept d’Unique Recording, qui offre la possibilité à qui le souhaite, moyennant finances raisonnables, de se voir ré-enregistrer n’importe quel titre écrit lors de sa longue carrière musicale, ou même des reprises de n’importe quel artiste en contrepartie d’un accord de Jonah.

Chronique

And ( 2007 )

Onelinedrawing n’est plus, bienvenu à Jonah Matranga. Après s’être caché derrière ce pseudonyme durant de nombreuses années, le natif de Brooklin revient sobrement sous son propre nom. L’album live There’s A Lot In Here ayant ouvert le bal, l’arrivée de ce premier album suscite naturellement quelques interrogations dont l’inévitable : doit-on voir au travers de ce disque le troisième opus de Onelinedrawing, ou un nouveau départ ?

On avait laissé avec Visitor et The Volunteers un Jonah partageant à qui voulait l’entendre sa joie et son amour avec une sensibilité profonde, à fleur de peau. Avec And, cette approche n’a pas changé - et ne changera certainement jamais – ainsi ses thèmes favoris servent une nouvelle fois de toile de fond : une entame sur fond de départ "So Long", on s’aime " I Want You to Be my Witness", on se pardonne "Every Mistake", on regrette "You Always Said You Hated San Fransisco", on se souvient "Lost and Found", mais plus que tout on sait où on est : dans une quarantaine de minute de vie à la Jonah. Mais alors d’où vient cette sensation d’une implacable rupture ?
Tout simplement du fait que pour la première fois Jonah a fait le choix de profiter d’une orchestration complète et d’une grande richesse. Dans une approche qui de loin pourrait s’apparenter à Gratitude dans une version folk rappelant The New Amsterdams ou Cassino, d’autres musiciens participent à tous les morceaux et donnent enfin le relief qui manquait indéniablement aux albums précédents.
On retrouve donc les amis de Rival Schools : Ian Love principalement à la basse et aux percussions, Sam Siegler à la batterie, ainsi que Matthew Dundas au piano, et Mike Incze (The End of the World) au pedal steel.
R2D2 (la boite à rythmes aux formes du célèbre robot de Star Wars) n’est toutefois pas à ranger au placard, et s’avèrera bien utile en live pour certains titres au rythme basique comme "Waving or Drowning" ou "I want You To Be My Witness". Mais à l’instar des autres titres de l’album la production d’une efficacité redoutable met en exergue ce qu’il faut – principalement la mélodie au travers de la voix et de l’omniprésent piano – pour conférer à chaque titre sobriété et propreté.
Le coté DIY apparaît donc quasiment délaissé (bien que justement la production soit signée Ian Love et Jonah Matranga) ce qui déplaira peut-être aux puristes, mais d’autres atouts finiront de convaincre les plus sceptiques.
Que ce soit une intro qu’envierait Travis sur "I Can’t Read Yr Mind", les incroyables aiguës de la voix sur "You Always Said You Hated San Fransisco", la technique désormais présente sans être superflue - en témoigne ces somptueuses lignes de basse sur "Every Mistake" - et plus généralement ce sens inné pour une mélodie entraînante et jamais emphatique, tous les ingrédients ont été soigneusement choisis afin de faire de ce disque un succès. Un titre apparaît toutefois en deçà ; malgré de somptueux vers  "Fathers & Daughters" et son tempo très (trop ?) lent, apparaît un brun trop dépouillé face aux bijoux qui jalonnent les neuf autres pistes.

Onelinedrawing était un groupe qui se jouait en solo, et maintenant que Jonah chante sous son propre nom, le voilà débarquer avec une formation complète. Ce virage inattendu, n’en demeure pas moins une grande réussite. Cependant lorsque l’on sait que le bonhomme prévoit déjà de réenregistrer ces dix titres en solo avec sa guitare, on est en droit de se demander s’il ne s’agit pas ici d’un oneshot. Raison de plus pour en profiter pleinement !!

Ecoutez "Not About a Girl or a place" et "So Long" sur la page MySpace de Jonah.

A écouter : "So Long", "Every Mistake", "Not About a Girl or a Place"... et tout le reste
Jonah Matranga

Style : Indie / Folk
Tags : -
Origine : USA
Site Officiel : jonahmatranga.com
Myspace :
Amateurs : 3 amateurs Facebook :