Albums du moment
Pochette Loved
Pochette Liquid Anatomy
Pochette Ordinary Corrupt Human Love Pochette Okkult II

logo Jex Thoth

Biographie

Jex Thoth

Line-up:
Jex Thoth (chant)
Silas Paine (guitare, bouzouki, flûte)
Grim Jim (Basse, synthé, guitares)
Zodiac (claviers)
Johnny Dee (percussions)

  Jex Thoth est un groupe pour le moins mystérieux. Formé on ne sait pas vraiment quand, le groupe sort chez I Hate Records un premier EP en 2007 sous le nom de Totem, avec Jex Thoth au chant, Zeke Blackouts à la guitare, et Zodiac à la batterie.
  Mais le groupe finit par adopter le même patronyme que sa chanteuse, remanie ses troupes, et sort à la fin de la même année un split en compagnie des mythiques Pagan Altar.
  C'est en 2008 que Jex Thoth sort son premier album, éponyme, toujours chez I Hate Records, et qui fera sensation au sein de la scène underground.

Chronique

18 / 20
7 commentaires (16.86/20).
logo amazon

Jex Thoth ( 2008 )

  Jex Thoth est un groupe classieux. Après avoir crée un buzz assez conséquent autour de la sortie de son EP sous le nom de Totem, puis avoir attisé les braises avec un split en compagnie de nul autre que Pagan Altar, le revoilà avec un premier album qui aura fait date en cette année 2008.

  Pourtant, pas facile de décrire la musique de Jex Thoth ; bien que le plus souvent étiqueté Doom Metal, il serait franchement dommage de réduire ce que fait le groupe à un genre qui ne brille ni par sa complexité, ni par un franc désir d’évolution, et où les surprises sont donc rares. Si Jex Thoth est Doom, c’est avant tout grâce à l’atmosphère pesante qui domine l’album (The Banishment, Stone Evil), portée par un son de guitares poisseux, guitares qui d’ailleurs délivrent quelques riffs discrets mais indubitablement Doom, que ne renierait pas Electric Wizard (Obsidian Night, Son of Yule, The Damned and Divine). De plus, ce qui est en tout point remarquable, c’est que le groupe parvient à sonner très frais sans pour autant innover de quelque manière que ce soit.

  Donc oui, ce disque est un album de Doom, mais pas seulement. Notons par exemple ce psychédélisme permanent, poussé à son paroxysme sur les deux parties instrumentales de l’œuvre en quatre acte Equinox Suite (b) Thawing Magus & c) Invocation Pt.1), qui sait également se muer en véritable transe incantatoire totalement hypnotique (Stone Evil). Et que dire de ces envolées de guitares qui semblent tout droit sorties des 70s et créent une ambiance rétro délectable (Nothing Let to Die), parfois à la limite du kitsch (The Banishment), mais irrésistiblement dansant (Son of Yule). Avec tous ces ingrédients, on se croirait revenu aux premières heures du Doom Metal, perdu entre, disons, Black Sabbath et un gros truc de hippies gentiment naze, genre Uriah Heep.

  Mais ce disque tire toute sa force, toute son âme, de la voix si particulière de sa chanteuse éponyme, qui explore un large spectre vocal dans un style qui rappelle celui de Caroline Wilson (Mourn), en plus nuancé cela dit. Elle se fait tantôt conteuse (Son of Yule, a) The Poison Pit), tantôt sorcière inquiétante (Obsidian Night, Stone Evil), mais n’est jamais aussi envoutante que lorsqu’elle exploite au maximum ses capacités vocales, livrant ainsi un chant saturé d’émotions trop longtemps contenues (Separated at Birth, When the Raven Calls), terriblement prenant et émouvant. On atteint un pic avec Warrior Woman, véritable hymne de ce disque, sur lequel dame Thoth semble se confier totalement et ferait presque oublier que c’est bien d’un vrai groupe dont il s’agit ici. De là à s’imaginer que c’est d’elle dont il s’agit sur la (magnifique) jaquette…

  Jex Thoth livre donc avec ce s/t un premier album incroyable de maîtrise qui fera indubitablement date dans l’histoire du Doom. Difficile à décrire, sa musique se vit plus qu’elle ne s’explique… à l’image du Doom Metal. Œuvre complexe sur laquelle il y aurait encore beaucoup à dire, contentons-nous de conclure rapidement, messieurs dames, en faisant de cet album le disque de l’année, tout simplement.

Pour l’anecdote, l’album est dédié à la mémoire de feu-Cayce Lindner, personnalité reconnue au sein de la scène underground, impliquée dans pas mal de projets mêlant Doom et psychédélisme, dont le dernier en date était Flying Canyon. RIP.

Tracklist: 01. Nothing Left to Die, 02. The Banishment, 03. Obsidian Night, 04. Separated at Birth, 05. Son of Yule, 06. Warrior Woman, 07. Equinox Suite: a) The Poison Pit, 08. b) Thawing Magus, 09. c) Invocation Pt.1, 10. d) The Damned and Divine, 11. When the Raven Calls, 12. Stone Evil

A écouter : bien videmment
Jex Thoth

Style : Doom Metal / Psyché
Tags :
Origine : USA
Site Officiel :
Myspace :
Amateurs : 15 amateurs Facebook :