Albums du moment
Pochette Nighttime Stories
Pochette Sphere
Pochette Spotted Horse Pochette Full Upon Her Burning Lips

logo Jel

Biographie

Jel

Né à Chicago de parents très catholiques, Jeffrey Logan, véritable éponge à musique, commencera par écouter Chuck Berry pour finir en rénovateur de l’abstract et du hip-hop underground au sein du label californien Anticon. Un label qu’il contribue à créer en 1998, aux côtés de son ami Doseone (rencontré par l’intermédiaire d’un partenaire à la radio de son université quelques années plus tôt) ainsi que de Sole, Alias, Pedestrian, Odd Nosdam et Yoni Wolf (Why ?).

Rompu au SP-1200 depuis son adolescence qui le vit travailler dans une station-service jusqu’à pouvoir se payer cette machine à fabriquer le son de ses rêves, Jel, jusqu’ici, outre six chef-d’œuvres solo à dominance instrumentale, peut compter à son actif la fondation de Themselves et du sextet Subtle (signé chez Lex Records) avec Doseone, ainsi que du collectif 13&God (Themselves + The Notwist), et des participations à la création de l’album The Taste Of Rain.. Why Kneel ? , véritable manifeste du label Anticon dû à l’éphémère collectif Deep Puddle Dynamics en 1999, et à la production de nombre d’albums signés Sole, Sage Francis, Atmosphere, DJ Krush ou encore Mr. Dibbs.

Chronique

16.5 / 20
1 commentaire (16/20).
logo amazon

Soft Money ( 2006 )

Le label Anticon est désormais une entité connue et reconnue des amateurs de hip-hop/electro expérimental, ou simplement en marge d'un hip-hop plus traditionnel, voire commercial. Fondé en 1998 par huit artistes emblématiques de la scène (Doseone, Alias, Odd Nosdam, Sole, Why?, Pedestrian, Son Lux et Jel, entre autres), le label en produira d'autres, tels que Themselves, Sage Francis, Buck 65 ou encore 13&God.

Jel
donc, sort son quatrième album solo Soft Money en 2006, la même année que le très bon mais éprouvant For Hero: For Fool de Subtle, son projet avec l’ami Doseone en MC nasillard légèrement encombrant. Après un album-concept (10 Seconds, faisant référence à la boite à rythmes SP12, machine couramment utilisée en hip-hop) où les samples ne devaient précisément pas durer au-delà des 10 secondes, et un Greenball II un peu foutraque à la thématique militaire délirante, Jeffrey James Logan de son véritable nom, confirme sa patte unique avec Soft Money, ni conceptuel ni bordélique, réussissant le pari d’être particulièrement accessible sans renier un boulot impressionnant sur les textures sonores, un sampling dosé au millimètre et des featurings magiques, dont certains cités plus haut dans ces lignes.

Stefanie Böhm (Ms. John Soda) pose sa voix envoûtante et désabusée sur All Around, accompagnée de HV Salters au synthé, entre abstract et trip-hop rampant, un subtil mélange des genres que l’on retrouvera d’ailleurs sur la plupart des titres de l’objet. Yoni Wolf de Why? tâte un peu de piano/clavier sur le presque jungle et crépusculaire All Day Breakfast, tandis qu’Alexander Kort (Subtle) fera apprécier son violoncelle sur le très souple No Solution (si vous ne bougez pas un minimum votre corps sur ce titre, vous n’êtes pas humain). A noter également la présence de Pedestrian aux textes sur Soft Money/Dry Bones, Wise Intelligent (Poor Righteous Teachers) et son flow inspiré sur le noisy WMD, et surtout Odd Nosdam (Peeping Tom, Serengeti), nous gratifiant de ses scratchs fameux et judicieusement calés sur l’excellent et vaporeux Know You Don’t. L’hallucinogène Chipmunk Technique vient quant à lui clore le disque de manière plutôt déroutante mais tout à fait à propos.

Soft Money est un objet excellemment équilibré, produit au poil par un Jel perfectionniste et débordant d’idées. En bon nerd du hip-hop, le chicagoan a ouvert ici le champ des possibles en nous offrant sans doute son album le plus abouti, incontestablement un met de tout premier choix du hip-hop souterrain.

A écouter : en toutes circonstances.
Jel

Style : Hip-hop abstract expérimental
Tags : - - -
Origine : USA
Site Officiel : anticon.com
Myspace :
Amateurs : 2 amateurs Facebook :