Albums du moment
Pochette Monumenty selhání
Pochette A Different Shade of Blue
Pochette A Dawn To Fear Pochette Nighttime Stories
Chroniques
Pochette Etrange
Pochette Errorzone
Pochette Dreams of Quiet Places
Pochette Hallucinogen Pochette Nest

logo Ipecacuana

Biographie

Ipecacuana

Ipecacuana officie dans la région biterroise au sein du collectif Eclektyk (dans lequel on retrouve aussi Furaya, Dr Eggs). Le groupe donne dans a fusion metal, en puisant dans de nombreux styles (Ragga, Rock, Hardcore, Indus, ...) le tout lié dans un cocon métal et un esprit DIY. On pourrait rapprocher le groupe de formations tels Faith No More, Mr Bungle, Flying Pooh, Kunamaka pour l'esprit et la fusion tout azimut pratiqué (mais ne cherchez pas de ressemblance purement musical).
Particularité du groupe : deux basses et aucune guitare, son lourd en perspective.

Chroniques

Lucides Efforts 4 titres
16 / 20
1 commentaire (16/20).

Lucides ( 2006 )

Voilà déjà un bon bout de temps qu'Ipécacuana assène sa fusion des styles sur CD comme sur scène. Voilà également un bon bout de temps que l'on suit ce groupe si particulier, et même en les suivant de près il était difficile d'imaginer qu'il allait enfanter d'un tel album...

Ce Lucides porte à merveille son nom, car de la lucidité il en fallait pour sortir un album pareil, après un Efforts plutôt rentre dedans le groupe change (une nouvelle fois, qui s'en plaindra) de direction; pas habitué à stagner ou à se reposer sur ses lauriers le combo biterrois monte d'un cran dans sa maîtrise des compositions.
Les éléments restent les mêmes, toujours ces deux basses qui ronflent telles des harleys, un chant oscillant entre vocifération et un chant clair de mieux en mieux maîtrisé et une batterie tentant d'adoucir la lourdeur des deux bassistes. Par contre l'agencement lui change, Efforts a forte teneur en « truc »-core fait place à un Lucides rassasié au rock'n roll, ce bon vieux feeling rock, indémodable et tellement jouissif, on le retrouvera sur Tuer Nos Peurs et Twister, deux morceaux incroyablement entraînant, des bombes sonores faciles d'accès, certes, mais ô combien réussis. Et morceau entraînant ne veut pas forcément dire niais, la preuve avec les paroles, engagées sans tomber dans les clichés de l'engagement, les paroles sont fines et n'enfoncent pas des portes ouvertes, ouf.
Les autres titres un peu, voir carrément pas, rock donnent plus dans de la fusion métal comme Lucide ou le plus glauque Auslander avec cette voix féminine (Cristine de Bran Terror) et les parties en allemand (et roumain?).
Niveau invité comme pour Efforts le groupe s'est entouré de sa famille musicale, on retrouve donc des membres de  Rose'n Roll, Bran Terror, Zéphyr 21 ou Tal K Mas; ce brassage sert la musique du groupe en donnant 6 titres aux tonalités totalement différentes.
L'album se termine sur l'apocalyptique Twister, métal, rock (twist? Allez oui), voix féminine savamment placée, final digne d'un groupe hippie sous acide, Ipécacuana nous emmène dans son van, où sex drugs & rock'n roll coulent à flot (du moins on se l'imagine, en tout cas ce morceau semble écrit par des beatniks en route pour l'enfer), un pur moment de folie.

Ce dernier album d'Ipécacuana est une très bonne surprise, on savait le groupe doué, pas à ce point; jetez une oreille, voir plus, sur ce Lucides, si possible dans son intégralité tant les morceaux ont des ambiances, styles, ... différents. Loin du music business Ipécacuana évolue sans faire de vagues, ce n'est pas une raison pour passer à coté.
Come on! Let's twist again!

Auslander en écoute sur leur page myspace.

A écouter : Twister, Tuer Nos Peurs, Auslander
14.5 / 20
2 commentaires (12.5/20).

Efforts ( 2003 )

Ipécacuana m’avait agréablement surpris avec son 4 titres, j’attendais donc le nouvel opus avec impatience, d’autant plus que j’avais eut la chance d’entendre pas mal de nouvelles compos live et qu’elles mettaient l’eau à la bouche.

Les premières secondes du CD me font peur, un son qui semble vraiment affreux, mais dés que le chant arrive on se rend compte que cet effet est voulu, il fallait oser, tout le monde ne va pas apprécier, mais ce genre d’initiative n’est pas pour me déplaire. Là où la plupart des groupes français cherchent un son propre et rond Ipécacuana va à contre courant et sort du lot.

Au niveau des compos là aussi ça à évoluer, le son est bien évidement toujours lourd, deux basses difficile de faire différemment mais les influences et les styles musicaux abordés par Ipécacuana se diversifient.

Ipécacuana nous sert un cocktail ayant pour ingrédient principal le métal agrémenté de hardcore comme sur le chant de Mégalo. Une bonne dose de Hip-hop également, mais Efforts est bien loin d’un Street Trash, ouh la oui ! Beat électro sur Chienne, xylophone sur Faux Contact, percus sur B.attitude et même du violoncelle & violon sur Morphée. Inutile de préciser que Ipécacuana aime changer d’ambiance sur chacun de ses titres. Pour les amateurs de son qui font hurler les voisins Carrie semble tout approprier, pour ma part ça sera le calme (enfin tout est relatif) Morphée avec son violoncelle + violon et la voix féminine qui montre une facette de Ipécacuana qui me séduit grandement
.
Grâce à de nombreux invitée (Abel de Spinning Heads, Cédric de Imprint, Anais, Ela, Téo, …) Ipécacuana arrive à allier des sons et des orientations musicales diverses pour délivrer 8 titres où chacun pourra certainement trouver son à son oreille. Avec Efforts Ipécacuana prouve une nouvelle fois sa capacité à sortir des terrains battus et à délivrer une musique intéressante, à réserver à ceux aimant les choses à part. Fan de Mike Patton ruez vous dessus…

A écouter : Morph

4 titres ( 2002 )

Voilà le 4 titres des ces Biterrois de Ipécacuana, après pas mal de galère le groupe est arrivé à sortir une nouvelle démo 4 titres. Enregistré au studio des Toxitoys la production est donc maison, mais même si la prod n'est pas parfaite elle a tout de même un niveau plus que respectable.

Après un chant lancinant la rythmique Ipécacuana nous arrive pleine face, oui rythmique car finalement Ipécacuana ne possède que cela. Paix (1er titre) démarre sur un ton très funk pour ensuite donner dans la musique de franche camaraderie. On aurait presque envie de se nouer par le coude à son voisin et de se dandiner en chantant une chanson paillarde. Mais Ipécacuana change bien vite la donne en distillant une zic plus agressive agrémenté d'un chant intelligible et intelligent entrecoupé de choeur entre hargne et coma funky (enfin choeur, c'est également Guilhaume).
Et cette tendance à brouiller les pistes des styles musicaux se confirmera sur les 3 titres restant.
Hypocrite, le meilleur des 4 titres selon moi, fera un melting-pot de Hip Hop pour le chant, de choeurs à la No One is innocent, d'un clavier à la limite de l'indus, et de poussées fiévreuses Patonesque.
Legs lui sera sous le joug d'un chant indus où la voix sature, malheuresement ce titre me laisse un peu sur ma faim, seulement 1 minute, et le morceau s'arrête au moment où il semble démarrer, rageant !
Le 4éme et dernier titre est lui bien plus rentre dedans, une intro un peu jazzy-techno, une grosse voix Ragga affronte un flow hip-hop-coré sur un fond de basse bien prenant. A mi morceaux le style chavire plus vers des tons hardcore et termine le morceau sur une violence relative.

Une démo 4 titres sympathique, mais aussi très courte (12 minutes). Ipécacuana maîtrise son sujet et trouve des terrains de jeux musicaux dans bien des styles, ce qui donne un relief très appréciable aux 4 pistes du CD. Par contre on regrette que le clavier ne soit pas plus utilisé, comme il l'était sur les titres précédent, et que la zic reste parfois un peu trop calme. Une démo à se mettre dans le creux de l'oreille pour ceux exacerbés par le néo et la non musique actuelle.

A écouter : Hypocrite