Albums du moment
Pochette Monumenty selhání
Pochette A Different Shade of Blue
Pochette A Dawn To Fear Pochette Nighttime Stories
Chroniques
Pochette Etrange
Pochette Errorzone
Pochette Dreams of Quiet Places
Pochette Hallucinogen Pochette Nest

logo Intensity

Biographie

Intensity

Tommas SVENDSEN - batterie
Mattias BLITXBERG - guitare
Christoffer LIND - basse
Rodrigo ALFARO - chant
Andy DAHLSTROM - guitare
 

Les débuts d'Intensity remontent à 1996 en Suède. Formé à l'initiative de Rodrigo Alfaro, alors chanteur des Satanic Surfers, associé à Simon (batterie), Jonas (guitare) et Christoffer Lind (basse), le groupe apparaît pour la première fois sur la compil This is a Bad Taste. Sous cette formation, Intensity enregistre le mcd Bought and Sold suivi en 1998 de son premier véritable album Wash Off The Lies qui sort sur le label Bad Taste Records.
Par la suite, le groupe subit quelques changements. Simon est remplacé par Tommas Svendsen et le quatuor se transforme en quintet avec le recrutement d'un second guitariste, Mattias Blitxberg. Intensity enregistre The Ruins of Our Future en 2001 et écume l'Europe et la Scandinavie malgré l'éloignement de certains de ses membres (Tommas et Christoffer vivent à Copenhague). La même année Jonas quitte le groupe, remplacé par Andreas Dahlstrom. Parallèlement à Intensity, Rodrigo Alfaro s'occupe de son label Putrid Filth Conspiracy sur lequel sort la dernière production en date d'Intensity, le ep Ruttna Bort enregistré en 2003.

Wash Off The Lies ( 1998 )

En 1996 Intensity avait placé la barre bien haut en sortant Bought And Sold, chef d'oeuvre de punk hardcore mélodique d'excellente qualité et d'une rare inspiration. Et c'est au moment où l'on n'attendait rien de plus de ce que beaucoup considéraient comme une escapade éphémère que Rodrigo réitère l'expérience avec Wash Off The Lies en 1998.

Dès la première écoute, on est surpris par le son, par la vitesse d'exécution des morceaux et la tonalité générale de l'album. Ceux qui attendaient un bis repetita de Bought And Sold en sont pour leur frais. En effet, du premier album ne restent que des cendres. En deux années, Intensity a considérablement radicalisé son style, haussé le ton et développe désormais un punk hardcore brut et d'une redoutable énergie. On pense à l'école new yorkaise straight edge (Gorilla Biscuits, Youth of Today, Sick of it All) sur "Who's The Consumer", "Unheard & Unspoken", avec ses enchaînements de riffs de guitare brefs et sa rythmique très rapide, mais aussi les breaks et les ralentissements de tempo sur "Overdose".
Même si la rupture avec Bought And Sold n'est pas totale ("Expectations", "Direct Your Anger"), les mélodies et l'enthousiasme skate board que l'on pouvait encore ressentir ont quasiment disparu, laissant la place à une colère palpable, illustrée par les guitares incisives de Jonas et la voix hurlante de Rodrigo, que les fans de la première heure auront peut-être du mal à assimiler. Une chose est certaine, il faut plusieurs écoutes pour apprécier Wash Off The Lies à sa juste valeur.       

Sur le plan des textes, même si le message est toujours pessimiste, Intensity ne fait montre d'aucune résignation et considère le punk hardcore et la musique en général comme un moyen essentiel pour transmettre des idées. Quasiment tous tournent autour de sujets d'actualité et/ou fondamentaux tels que la condition féminine ("I Resign", "Who's The Consumer"), l'importance de la Mémoire dans "Camps of Extinction", les méfaits du capitalisme ("In a Country Far Away", "Direct Your Anger") ou la cause animale ("Silence=Consent). 

Wash off The Lies est un album court, sombre, empli d'une colère saine replaçant la réflexion au centre des préoccupations, qui éclate à la gueule dès "Conform" et ne s'achève que 18 minutes plus tard, au sortir de "Resist Control" originellement écrit par Life's Blood. Certains le trouveront court, d'autres pesteront contre son manque d'originalité. Pour ma part je ne retiendrais qu'une chose, c'est que peu de groupes n'ont jamais aussi bien porté leur nom.  


Télécharger "Conform" , "Silence=Consent" , "In A Country Far Away"

A écouter : "In A Country Far Away", "Resist Control", "Direct Your Anger"

Bought And Sold ( 1996 )

Sorti en 1996 chez Bad Taste Records, Bought And Sold est la première réalisation d'Intensity, side-project de Rodrigo Alfaro, qui évolue par ailleurs en tant que batteur/chanteur au sein des Satanic Surfers. Première réalisation et coup de maître car ce mini cd reste dans les annales comme l'un des meilleurs albums de punk hardcore.

"Silenced", brûlot flamboyant, ouvre les hostilités, donnant le ton à l'ensemble de l'oeuvre : titres courts, rapides, fougueux et d'une efficacité souveraine, dans la veine de 7 Seconds ou Scream. Riffs rageurs, guitare affutée, basse omniprésente ("Eroticise Equality", "Some Friends"...) et batterie furieuse, le tout dominé par la voix claire et enlevée de Rodrigo, emplie de détermination et de combativité ; des refrains aux mélodies accrocheuses qui se retiennent et se fredonnent ("Silenced", "Fed Up", "Fist Hidden Fear"...), stop and go haletants, mid-tempo nuançant les titres sans perdre une once de dynamisme, Intensity, le bien nommé, ne laisse jamais retomber la pression, dégageant une énergie vibrante, une flamme incandescante. "Un Mundo Mejor", titre chanté en espagnol, langue révolutionnaire par excellence, érige la chatoyante émeraude de l'espérance à son zénith, un titre qui nous surprend à serrer les poings et à chanter, tant l'utopie semble enfin réalisable durant quelques minutes et les horizons radieux. Car le groupe conserve et déploie l'esprit du punk hardcore des eightie's dans tout ce qu'il avait de revendicatif et de volontaire.  Pétri d'une saine agressivité, l'album comporte des titres plus noirs rappelant Chain Of Strength ("Still There") ou plus proches des racines que sont Youth Of Today ou Minor Threat ("What Gives You The Right", "You Complain"). Ainsi, Intensity, au-delà de l'enthousiasme, dévoile également une facette plus sombre et profonde et acquiert une densité, une identité propre qui aurait pu faire défaut à un side-project.

D'une inspiration rarement atteinte, Bought And Sold est un enchaînement de titres brillants, percutants et passionnés, des titres comme autant de cristaux bruts éclatants. Un album qui se réécoute avec un immense plaisir, un sommet du punk hardcore mélodique.

A écouter : Civilization

A écouter : en intgralit