logo Imindain

Biographie

Imindain

Imindain se forme en 2002 à Stoke-On-Trent (Angleterre) sur les cendres du groupe de Dark Electro Killing Mercy. Le line-up définitif mettra un certain temps à se stabiliser autour de Lee Bullock (chant), Matt Whiting (Basse), Dave Tibble (batterie), Mark Lovatt et Dan Lowndes (guitares). En 2004 est enregistrée une démo live intitulée Endless et limitée à cent exemplaires.
C'est l'année suivante que les choses deviennent véritablement sérieuses pour le groupe qui tourne avec des formations reconnues telles qu'Esoteric, Indesinence, Pantheist ou encore Lazarus Blackstar, et une nouvelle démo voit le jour quelques mois plus tard sous le titre de Monolithium. Très bien reçu, le mélange de Doom Death et de Funeral Doom pratiqué par le groupe lui permet de décrocher un contrat avec les Japonais de Weird Truth Productions. And the Living Shall Envy the Dead, premier album d'Imindain, sort courant 2007, et un split hommage à Bethlehem en compagnie des Français d'Ataraxie est annoncé.

Chronique

And the Living shall Envy the Dead ( 2007 )

  Après une seconde démo très encourageante sortie l’an dernier, il était tant pour Imindain de s’atteler à la composition d’un premier album. C’est dorénavant chose faite avec ce And the Living shall Envy the Dead qui, s’il évolue dans la continuité de Monolithium, devrait permettre aux Anglais de s’imposer comme une des formations du moment.

Et à vrai dire, la filiation directe avec la précédente démo devient évidente dès la première piste puisque celle-ci et ses deux sœurs qui composaient la tracklist de Monolithium sont présentes sur l’album. On reste donc dans un Doom Death malsain et sombre qui sait se faire mélodique sans pour autant se vautrer dans les clichés d'un genre très en vogue actuellement. La musique est somme toute très lente et passerait volontiers par moments pour du Funeral Doom (Buried Room) si de légères mais efficaces accélérations ne pointaient pas le bout de leur nez (Nausea, This Empty Flesh), ce mélange hybride entre Funeral Doom et Doom Death évoquant des formations reconnues telles qu’Evoken, Mourning Beloveth ou plus récemment, Loss.

Soyons clair, Imindain n’est pas une perle d’originalité mais développe un son assez personnel pour se démarquer des autres formations, jouant avec ses influences et créant quelque chose de très intéressant. A propos des influences, elles sont encore aisément discernables, comme c’était le cas sur Monolithium, avec en tête les groupes du Big Three, inspiration flagrante dans les parties de guitares typées My Dying Bride ou dans le chant qui rappelle les débuts de Paradise Lost ou d’Anathema (Black Water, The Curse of Knowing and Becoming).

L’apparence monolithique du disque due au peu de chant utilisé et à une certaine homogénéité des compositions pourrait rebuter et donner une impression de linéarité à l’album, pourtant Imindain prouve sa capacité à développer des ambiances pesantes et néanmoins prenantes, notamment grâce à l’ajout judicieux de hurlements déments qui évoquent une véritable descente aux enfers (le final de This Empty Flesh) et rappellent Bethlehem (le final de Nausea), Funeralium ou encore Wormphlegm. En somme, le travail sur les ambiances peut évoquer l’œuvre de Thergothon grâce aux voix multiples chantant des paroles hallucinées dans une atmosphère de désespoir (The Curse of Knowing and Becoming, Men shall Become Vessels).

Ainsi Imindain réussit à sortir assez du lot pour proposer un album impressionnant qui plaira vraisemblablement à tous les fans de Doom Death. Ce And the Living Shall Envy the Dead est une preuve suffisante pour affirmer que nous tenons là un groupe en devenir qui participera à l’évolution de la scène dans les années à venir. A ranger aux côtés de formations qui représentent l’avenir du Doom Death telles que Loss, Indesinence, Beneath the Frozen Soil  ou évidemment Ataraxie, avec qui un split hommage à Bethlehem est d'ailleurs prévu, on en frémit d'avance.

Nausea et Black Water sont en écoute sur le myspace du groupe.

A écouter : Les six
Imindain

Style : Doom Death mélodique
Tags :
Origine : Royaume-Uni
Site Officiel :
Myspace :
Amateurs : 0 amateur Facebook :