Albums du moment
Pochette Loved
Pochette Liquid Anatomy
Pochette Ordinary Corrupt Human Love Pochette Okkult II

logo If These Trees Could Talk

Biographie

If These Trees Could Talk

If These Trees Could Talk est un groupe de Post-Rock instrumental formé à Akron dans l'Ohio. Zack Kelly (Batterie) compose les premiers essais du groupe durant sa scolarité à Pittsburgh, puis se met à la recherche de musiciens pour les interpréter. C'est ainsi que Cody Kelly, Jeff Kahal, Mike Socrates (Guitares) et Tom Fihe (Basse) améliorent ces morceaux qui sortent sur un premier ep éponyme en 2006. If These Trees Could Talk joue un Post-Rock plus remuant que la moyenne inspiré entre autres de Red Sparowes ou Russian Circles. En 2009, un premier album long format paraît chez le label Mylene Sheath nommé Above The Earth, Below The Sky. Approfondissant son style à la fois lourd et atmosphérique, If These Trees Could Talk revient en 2012 avec Red Forest signé chez le récent label Science Of Silence Records. C'est quatre ans plus tard que les américains reviennent avec The Bones Of A Dying World et une nouvelle signature chez Metal Blade Records.

Chronique

13 / 20
2 commentaires (16.5/20).
logo amazon

The Bones Of A Dying World ( 2016 )

Si les arbres pouvaient parler que nous diraient-ils ? A quoi ces êtres si singuliers peuvent ils bien penser ? Peut-être nous évoqueraient-ils leurs origines, celles qui remontent à une petite graine plantée dans un sol fertile… ou peut être même encore plus loin : à ces mécanismes ancestraux qui, depuis le cœur de la Terre, font grandir les végétaux. The Bones Of A Dying World propose, à sa manière, un début de réponse.

C’est d’abord en silence que la réflexion se fait. Comme nombre d’oeuvres de Post-Rock, aucune parole ne viendra nous expliquer dans quel sens les émotions s’enchaînent. Pour cela, c’est aux oreilles et aux mouvements de l’âme qu’il faudra se fier. Si chacun pourra en tirer son analyse et sa compréhension personnelle de l’ensemble, on remarque quand même certains points distincts qui nous orientent. Les sonorités claires des guitares prennent la place belle et créent des mélodies qui s’enracinent dans la tête (Swallowing Teeth) les saturations viennent assombrir le tableau et embraser les feuilles qui tombaient trop paisiblement des arbres. L’équilibre est respecté, le tableau est complet et les pistes s’enchaînent sans discontinuer.

Et puis le temps passe.

La pente devient glissante quand on écoute du Post-Rock, un rien, et on tombe dans la déconcentration, l’indifférence et l’ennui. Parfois The Bones Of A Dying World nous fait passer par des chemins si semblables qu’ils perdent en saveur et qu’on oublie ce langage mystique. Pourtant on est si près de cette source de lumière qui est la raison d’exister de certaines formations telles que Maybeshewill ou God Is An Astronaut. Certaines redondances dans les constructions des morceaux se font trop lourdes, il n’y a finalement que peu de surprises dans l’approche artistique et les progressions sont parfois trop attendues (After The Smoke Clears).

Le Langage secret.

Si If These Trees Could Talk ne transporte pas comme peuvent le faire d’autres, il n’en reste pas moins des secrets qu’il approche avec finesse. Certaines couleurs dans le progressions, quelques notes dans les guitares, quelques idées de batterie peuvent permettre de recentrer l’attention (One Sky Above Us). The Bones Of A Dying World est plus subtil que ce qu’une seule écoute pourra révéler. Il faut du temps pour comprendre par quels mécanismes s’expriment les arbres, par quelles subtiles astuces les musiciens transmettent leur vision. Il ne faut pas aller trop vite en besogne et juger à tort ce qui n’en reste pas moins un bon disque.

La Nature est pleine de mystères, tout comme la musique. If These Trees Could Talk est sans nul doute une formation qui a le potentiel pour faire partie des incontournables, mais ce n’est pas The Bones Of A Dying World qui fera figure de référence. Sans se différencier fondamentalement de ses prédécesseurs il n’en restera pas moins un bon début pour découvrir un genre trop injustement méconnu.

A écouter : After The Smoke Clears - Iron Glacier - One Sky Above Us