Albums du moment
Pochette Años En Infierno
Pochette Mestarin Kynsi
Pochette Naiv Pochette Ascension
Chroniques
Pochette Neon Noir Erotica
Pochette Eleventh Hour
Pochette La Battue
Pochette Necroscape
Pochette On Circles
Pochette Arkhipov
Pochette Summerland Pochette Fearmonger
Découverte
Pochette Discography

Biographie

I wrote haikus about cannibalism in your yearbook

Antioch. Californie. Berceau du screamo. La réunion de 4 timbrés. Bilan: I Wrote Haikus About Cannibalism in Your Yearbook. Nom de fou, musique de fou, histoire de fou. Une Demo 8 Songs en 2006, des titres épars, des concertistes paraissant échappés d'un asile et une séparation en 2009, alors que le groupe était considéré dans le milieu spécialisé comme une des références de l’emo-violence sauvage. Heureusement, et pour ne pas laisser cette fresque inachevée, Discohuelga (Loma Prieta, Crime Novels) réunit en 2010 tous les travaux du quatuor pour en faire une discographie.
Depuis, Dan (ex Funeral Diner) joue au sein de Punch (qui accompagneront Comadre en France en Juillet), Freddie chez Who Calls So Loud, et Trei et Kris dans Beau Navire avec des membres de Loma Prieta.
Ils disaient "We dont know how to play our instruments, we only know how to play our songs", alors musique.

Chronique

15.5 / 20
5 commentaires (15.9/20).

Discography ( 2010 )

Une magistrale intro de déglingo, hypnotique au possible, puis 20 titres de fou furieux, dont 19 sans noms, comme s’il avait fallu ne rien intellectualiser et balancer la sauce sans s’ôter la bave des lèvres, sans chercher à structurer son cri ou à canaliser sa colère ; sans même ne rien nommer. Ici, I Wrote Haikus About Cannibalism In Your Yearbook désosse le punk de tous ses froufrous et fracture la partoche sans lui coller d’emplâtre.

Regroupant tous les morceaux du feu-groupe en une seule discography, le très bon label DiscoHuelga permet ainsi de saisir la teneur émotionnelle du bordel, en foutant la gueule de l’auditeur au plus près la sortie du canon, pour ne rien rater de la mitraille. Le contenu qui sommeille sous la culasse ? De l’emo-violence – de l’ultra-violence même – ; sans concession et  sans pitié. Ce que font Loma Prieta (Cf. son Life/Less), Ampere ou Storm The Bastille, aujourd’hui ; ce que faisaient The Spirit Of Versailles (2e période), Neil Perry ou Jerome’s Dream hier ? Oui, mais avec une raideur dans l’exécution plus palpable encore, un rythme-secousse digne d’une crise d’épilepsie au coeur d'un tremblement de terre et une hystérie au chant (l’Untitled 7 !) au delà du raisonnable. Fuckin’ insane.

Alors certes, à l'intérieur de ce qui constitue ce monument d''emo-violence furieux et enragé, il y a ces quelques touches mélodico-arpégiques des futurs Who Calls Sou Loud déjà présentes en idée qui entourent quelques fois les caillasses de neige, mais l’impact au bout du compte est le même. Des hématomes à chaque titre et la drôle de sensation d’en avoir pris plein la poire, en 21 rounds, sans jamais être sorti une fois des cordes.
De l’Art d’ériger le traumatisme en grille de lecture.

En écoute ici.

A écouter : si tu n'as pas peur d'être traumatisé
I wrote haikus about cannibalism in your yearbook

Style : Emo Violence
Tags :
Origine : USA
Myspace :
Amateurs : 4 amateurs Facebook :