Albums du moment
Pochette Monumenty selhání
Pochette A Different Shade of Blue
Pochette A Dawn To Fear Pochette Nighttime Stories
Chroniques
Pochette Etrange
Pochette Errorzone
Pochette Dreams of Quiet Places
Pochette Hallucinogen Pochette Nest

logo Hyperdump

Biographie

Hyperdump

Hyperdump se forme en 2007 sur les cendres du groupe de Heavy-Metal Wenlock, avec Ws au chant, Holyv et Fred à la guitare, Sly à la basse et Guillaume aux fûts. Ils envoient leur première démo en 2007 au guitariste de Klone qui est enjoué, et leur propose de travailler ensemble : ils signent alors sur le label Klonosphere (Hacride, Hypno5e, Step In Fluid) pour la production de leur premier album, Rational Pain, qui sort en avril 2012. S'en suit un ep nommé Syncretism qui parait en 2013.

Chronique

16.5 / 20
0 commentaire
logo amazon

Rational Pain ( 2012 )

Décidemment la scène metal française regorge de talents, et pas besoin de signer sur Roadrunner ou MetalBlade pour produire un album qui envoie du lourd, les picards d'Hyperdump nous le prouvent. La prod' de Rational Pain, signée Klonosphere est grandiose, et met en valeur des compos dignes de l'intérêt qu'on leur porte. Les influences de Devin Townsend et Mike Patton (au niveau du chant) ont effectivement été maintes fois répétées et éculées, mais le spectre musical d'Hyperdump s'avère beaucoup plus large : metal fusion, indus, mathcore... On a vraiment pas froid aux yeux et l'audace est l'un des maîtres mots de cet album : en clair, imaginez un Strapping Young Lad qui partouze sauvagement avec Trivium et The Dillinger Escape Plan, tout cela sous le contrôle du Faith No More de 1992...

En fait le postulat d'Hyperdump est simple et loin de toutes considérations métaphysiques : prendre du plaisir et de faire du Rock'n Roll qui envoie de la patate. Rational Pain file une pêche d'enfer à l'écoute et vous donne la banane pour toute la journée. Les thèmes abordés sont pourtant plutôt sombres et cyniques, mais ces solos thrashy sur Waves of Nothingness ou Pig Song sont tout simplement jouissifs, et garantissent des moshs et des headbangs d'anthologie en live. Même chose pour les refrains à scander en choeur, portés par la voix de WS; parfois chantée, parfois rappée façon Metal fusion (Working Men) mais toujours mélodique, elle déborde d'énergie en plus d'accompagner l'atmosphère très punk dans l'âme de cet album. Bref, un quasi sans-faute pour Hyperdump sur ce coup, malgré une légère retombée en pression vers le milieu de l'album, avec les un peu plus faibles Loser ou Breaking Life (Mais c'est vraiment chercher la petite bête). Un album à découvrir d'urgence pour tous ceux qui rêvent de fraicheur et nouveauté musicale en 2012.

A écouter : My Confusion, Waves of Nothingness