logo Hundred Year Storm

Biographie

Hundred Year Storm

Brandon Johnson : Batterie
Bill McCharen : Chant/Guitare
David Kiesel : Guitare/Chant
Shane Fling : Basse/Clavier/Chant

Hundred Year Storm se constitue à Austin (Texas) durant l'été 2003. Un an plus tard, le groupe enregistre un premier EP éponyme, qu'il sort régionalement, et parvient à vendre à  plus de 2 000 exemplaires. L'EP sera d'ailleurs réédité en 2006 par Northern Records dans une version enrichie de 4 titres. Les ventes originelles de l'EP envoient HYS sur les scènes de la côté Ouest, puis Est, incluant un passage à l'édition 2005 du Cornerstone Festival.
Séduit par l'aspect expérimental de la musique du groupe, Josh Ragsdale, directeur de Floodgate Records (Bernard, Transition,...) signe Hundred Year Storm, qui sort son premier full length, Hello from the Children of Planet Earth, le 22 août 2006. Album produit par David Dreesen (Widows & Orphans).

Chronique

Hello from the Children of Planet Earth ( 2006 )

Si l’on en croit la page MySpace de Hundred Year Storm, les influences du groupe sont pour le moins nombreuses, allant de Further Seems Forever à Copeland, en passant par Sunny Day Real Estate ou Explosions in the Sky, etc etc. Des indications qui laissent largement entrevoir la couleur de leur premier effort, Hello from the Children of Planet Earth, dont les maîtres-mots sont classicisme, fraîcheur et diversité.

Durant près d’une heure, Hundred Year Storm multiplie tout simplement les genres, s’appropriant le meilleur des deux dernières décennies, et le distillant au sein de ses douze compos. La voix de Bill McCharen rappellera à certains celle de Seth Roberts (Watashi Wa, Lakes), notamment sur "00:01". Un titre d’ouverture entre rock, emo et power pop, mélange coutumier chez Jimmy Eat World, et conté par Florence Nightingale (discours de juillet 1890). Lui succède un "Yesterday We Had it All" dans la même veine, ainsi qu’un "Walking Away from What You Deserve" qui commence à dévoiler quelques sonorités post rock, pour un résultat plus proche de ce qu’à pu faire Elliott ces dernières années. De fil en aiguille, la teneur en post-rock s'accentue, en témoigne les neuf minutes de "Golden Record", assimilable effectivement à l'oeuvre d'Explosions in the Sky, au même titre que "Pilot’s Last Broadcast". La traversée des styles se poursuit avec l’electronica ("August on Fire"), la dream pop ("Reach"), les croyances du groupe ("Beloved"), et enfin se fond dans ce savant mélange noise/post rock/emo 90s made by The Appleseed Cast reconnaissable sur "All This Time".

Alors certes Hundred Year Storm se démarque nettement de la production actuelle, proposant qui plus est un premier album de très bonne facture, mais n’en demeure pas moins que ces Texans ne font que concentrer leurs influences sur un même support. Difficile à l'écoute de cet opus de ne pas se prendre au jeu du blindtest plusqu’à la musique en elle-même.

P.S.: Tant qu’à faire, notons que les possesseurs d’albums de Codeseven, et plus particulièrement de leur Dancing Echoes/Dead Sounds, risquent d’apprécier ce disque…

Ecouter sur MySpace|PureVolume.

A écouter : Golden Record; Beloved; Reach; Pilot's Last Broadcast