Albums du moment
Pochette Monumenty selhání
Pochette A Different Shade of Blue
Pochette A Dawn To Fear Pochette Nighttime Stories
Chroniques
Pochette Etrange
Pochette Errorzone
Pochette Dreams of Quiet Places
Pochette Hallucinogen Pochette Nest

logo Houston Swing Engine

Biographie

Houston Swing Engine

Ce groupe est tellement intéressant, car l’histoire de Houston Swing Engine est longue et tout autant mouvementée, fruit de l’engagement de quelques gars inlassablement et passionnément investis dans la musique, amenant pour leur compte son lot de joies et de difficultés, de kilomètres avalés, d’instruments saturés.

Tout commence en effet en 1995 quand 5 jeunes de Lausanne montent Eastwood, un combo hardcore/crossover du meilleur effet qui, après un Motocross Ep et un unique album Behind The Wall dévastateur sur Noise Product, s’éteint dans un injuste anonymat. Dans le même temps émerge du côté d’Yverdon le combo hardcore/métal Unfold qui croisera la route de nos premiers lascars très souvent, sur disque comme en concert. D’Eastwood se détacheront Frank (batterie) et les guitaristes François et Pol ; les trois jeunes hommes ne vont pas se décourager pour autant après cette première expérience gâchée et se retrouvent avec Francisco au chant et Raph à la basse aux commandes du combo Shovel, groupe flirtant sur des sensations métal deftoniennes pleines de subtilités. Mais l’histoire va malheureusement se répéter car au cours de 2001, après un premier Ep révélateur (Birth) et un premier album 60° Latitude Low sorti sur Headstrong, le groupe se saborde en pleine écriture du second effort… Les autres membres s’éparpillant, Frank, pas encore Kiki de Montparnasse, en profite alors pour exorciser d’autres démons en montant A Season Drive, groupe pour lequel il prend la guitare et le chant en main.
Pourtant, on le retrouve quelques temps après, en compagnie de son fidèle compère François, à l’initiative de leur troisième groupe : Houston Swing Engine. Pour ce fait, ils engagent au poste de chanteur un certain Rocky Tovsky, plus connu derrière le micro d’Unfold sous l’identité de Danek, ainsi que le bassiste Cruz Castillo, Laurent de son état civil (qui partira plus tard). Frank reprend la conduite des fûts en tant que Kiki de Montparnasse et François, la guitare, en tant que Bob Morlock. Un premier Ep Greatest Hits sortira en avril 2002, suivi un peu moins d’un an après du premier album The Smell Of Horses, les deux sur Gentlemen Records, aussi le label de leurs potes Favez. Le groupe mélange toutes ses influences pour amener l’auditeur sur une route rocailleuse faite de stoner de hardcore et de rock n’roll, un cocktail définitivement explosif ! A partir de cette année 2003 et après la sortie de la dernière livraison d’Unfold Aeon Aony, Danek se consacre totalement à Houston Swing Engine dont le style s’affirmera encore d’avantage par la sortie en novembre 2004 du second Lp du groupe The Tiger Flamboyant sur Ronald Reagan Records, album recommandable à plus d’un égard. Un peu en retard, il faudra attendre fin janvier 2006 pour que celui ne sorte en France sous l’impulsion du label parisien At(h)ome.
Cette fois, ne loupez pas le travail des messieurs car il ne faut absolument pas donner raison au fameux adage : «jamais deux sans trois» !!!

Chronique

17 / 20
10 commentaires (16.7/20).
logo album du moment

The Tiger Flamboyant ( 2004 )

Déjà auteurs de deux sulfureux opus (Greatest Hits et The Smell Of Horses) mêlant avec brio un soupçon de hardcore à la Refused et un souffle de désinvolture propre au stoner pour un résultat optimum, combinant puissance de feu et groove endiablé, les Houston Swing Engine reviennent avec (déjà) leur troisième effort commun, The Tiger Flamboyant, pour nous refaire la cour. Avec le passé chargé de qualité des quatre protagonistes, pas de crainte préalable quant à une éventuelle baisse de régime ou à une faute de goût maladroite ; non, juste se pose la question de savoir comment les Suisses vont cette fois nous séduire?

Mais oui, Houston Swing Engine surfe sur des influences que l’on peut ressentir. Oui, Houston Swing Engine persévère sévère à produire de la musique de qualité. Et oui, Houston Swing Engine sont bougrement doués dans leur façon de distiller tout ça pour nous faire balancer notre corps en entier… Car Houston Swing Engine, c’est surtout et avant tout des riffs explosifs à la pelle, qui vous sautent aux oreilles et qui restent accrochés à votre cou («Evil clutch», «Tongue runner»). De fait, le groupe ravive les couleurs fondamentales du rock quand il se présente sensiblement sensuel comme sur «On the road» ou «Oh Lord be me beast !», des compositions menées par la voix rocailleuse de Danek, elle-même dotée d’une belle garde robe parfois lancinante, parfois sexy, souvent rugueuse pour varier les sensations. Question rythmique, la batterie de Frank semble rester au premier abord au service de la musique, secouant un tant soit peu le rythme ; mais en vérité, elle se construit une réelle identité en alternant entre frappes dures, accélérations diverses («Leather boot blues») et petites phases d’accalmie pour souffler un peu («The tiger flamboyant»). Et mieux revenir. A côté, la grosse basse bien ronde à présent menée par Louis XIV caresse les riffs dans le sens du poil pour remplir de groove le champ sonore poussiéreux du combo helvétique.

C’est donc bien une musique qui s’affine et qui prend des couleurs nouvelles par rapport aux deux premières livraisons du groupe et qui confirme que les gars sont loin d’être de simples bêtes de foire. Non, ce nouvel opus de Houston Swing Engine est excessivement riche ; car aujourd’hui, les Houston Swing Engine savent aussi se faire plus doux tel sur «The one who follows», trahissant, un peu, une préférence pour les Queens Of The Stone Age mais faisant surtout preuve de la diversité de leur mode d’expression. Ainsi, ce groupe est énervant de facilité pour vous balancer en pleine tronche des compositions possédées par l’énergie à l’instar de ce «Good boy» fiévreux de rock and roll.

Et comment alors ne pas parler de cet «Instrument.1» qui entame et annonce la furie avec classe avant de s’achever sur l’installation d’une intro bluesy pour un «Evil clutch» survolté. Ou à nouveau l’énorme «Oh lord be my beast!» très lunatique à cause de ses régulières sautes d’humeurs, et ce « The tiger flamboyant» avec sa fin aux relents crossover qui nous rappelle avec bonheur que François, lorsqu’il oeuvrait autrefois dans Eastwood, savait déjà placer des riffs corrosifs à souhait. Sa guitare revêt souvent des effets wah-wah ou fuzz («Gasoline, vodka and hot bullets», «Leather boot blues») renforçant l’univers caractéristique du groupe entre grands espaces et urgence moderne. Rajoutons à tout cela une découpe d’album originale (cf la fin en queue de poisson de «Evil clutch», la minute 54 d’instrumental de «Instrument.2» parfaitement intégrée à la fin de «The tiger flamboyant») qui apporte une lecture d’ensemble homogène et diffuse une agréable sensation de fluidité.

Houston Swing Engine ne prétend sans doute pas refaire le monde de la musique mais avec cette formation, les musiciens combinent de la meilleure façon possible leurs nombreuses influences et nous offrent un style hybride et surtout complètement jouissif pour finalement délivrer une musique originale et personnelle, à ne manquer, cette fois, sous aucun prétexte.

 

Accès direct à l'interview de Houston Swing Engine (28/01/06): partie 1 & partie 2
Live report Elysée-Montmartre (28/01/06).

A écouter : Du dbut la fin !
Houston Swing Engine

Style : Stoner hardcore n'roll
Origine : Suisse
Site Officiel : houstonswingengine.com
Amateurs : 33 amateurs Facebook :