logo Himinbjorg

Biographie

Himinbjorg

Himinbjorg est un groupe français fondé en 1996 par les compagnons d'armes Zahaah et Elvan. S'inscrivant dans la droite lignée de ses aînés black / pagan metal (Windir, Bathory), le quatuor chambéroi s'est engagé dans une lutte pour la préservation des traditions et des cultures des peuples, appelées toutes deux à disparaître au profit de la mondialisation sauvage que l'on constate chaque jour. Honorer les ancêtres, se souvenir de leurs sacrifices réalisés lors des innombrables guerres tribales, communier avec la Mère Nature et la respecter, la société moderne mensongère qui nous jette de la poudre aux yeux pour mieux nous contrôler... autant de thèmes abordés par le groupe résolument fidèle à l'underground.
Pour faire valoir ses textes, le groupe opte pour des riffs simples et efficaces qui mettent en avant les chants tantôt clairs et purs, tantôt rauques et agressifs.Himinbjorg imprègne sa musique de mysticisme autant que de riffs guerriers et galvanisants.
Sortant leurs albums au rythme de un par an, de 1997 à 2005 (dont une réédition best-of de Haunted Shores et Third), les compagnons font ensuite silence radio pendant 5 ans, interruption due à un problème de line-up. Leur dernier album, Chants d'Hier, Chants de Guerre, Chants de la Terre, paru en 2010, est l'occasion d'entendre le chanteur s'exprimer en français, ce qui renforce l'impact des paroles.

Chronique

Chants d'Hier, Chants de Guerre, Chants de la Terre ( 2010 )

Après cinq ans d’absence, Himinbjorg reprend son combat visant à faire prendre conscience à l’Homme que quelque chose cloche dans ce bas-monde. Alors que la mondialisation effrénée et sauvage fait des ravages dans les cultures ayant choisi la tradition à la modernité, et que les sociétés modernes gavent les masses de divertissements abrutissants dans le but d’éteindre leur vigilance et leur capacité à discerner l’important du futile, une poignée de résistants continue la lutte.

L’album que proposent les Chambérois se veut moins black metal dans la forme, même s’il le reste dans l’esprit. Exit donc les blast crasseux et les voix criardes noyées sous un déluge sonore. N’en déplaise aux amateurs de true black metal, Himinbjorg a évolué et a adopté un mixage plus propre qui rappelle celui de Golden Age. La production profite largement au groupe, et permet de rendre les compos claires et dissociables les unes des autres. Mais pas d’inquiétude : certes la prod s’est modernisée, mais le groupe a conservé son cœur sauvage, qui s’exprime via les riffs résolument pagan et les instruments traditionnels (violons, flûte) qui ponctuent l’album.
Notez cependant que Chants… est sûrement l’album le moins brutal produit jusqu’à aujourd’hui. Et cela se paie notamment vers la fin du CD, qui a tendance à manquer de punch (comprendre de distorsion et de hurlements rageurs).

Si les riffs et mélodies peuvent paraître simples (Grandes Chevauchées, Black), c’est pour mieux mettre le chant en avant. Et cette habile transition me permet justement de signaler ce qui pourrait être la grosse nouveauté de Chants… : les chansons déclamées en français ! Zahaah nous montre en effet de quoi il est capable avec la langue de Molière, et le résultat est vraiment convaincant (enfin pour les francophones). En plus de nous servir des paroles tantôt dénonciatrices, tantôt poétiques et mélancoliques, inspirées et de très bonne facture, il faut avouer que le fait qu’elles soient déclamées en français décuple la force de leur impact.

Comme le titre le laisse  présager, l’album ne va pas s’écarter des thèmes chers au cœur des musiciens, entre autres l’esprit guerrier et clanique (Grandes Chevauchées, Destins de Sang), l’hommage que l’on se doit de rendre à nos ancêtres (Chants pour les Ancêtres), ou encore notre rapport avec la Nature (Songe de l’Elfe, Chant de la Lune). Le groupe ne s’arrête pas là et insuffle à son dernier-né un mysticisme que l’on retrouve sur le sombre et hypnotisant Futhark, nom donné à l’alphabet runique utilisé par les anciens peuples germaniques (merci Wikipédia). Sur Black encore, Zahaah dégueule un long pamphlet contre la société moderne destructrice.

Un bien bel album que voilà de la part de Himinbjorg. Chants d’hier, Chants de la guerre, Chants de la Terre, sans déroger à la tradition pagan, apporte son lot de nouveautés, particulièrement avec les voix françaises et la production simple mais efficace sur laquelle ont misé les Chamberrois.
Le gros « hic » que l’on pourrait relever est l’équilibre général de l’album, qui perd de sa dynamique en deuxième partie (entre Futhark et Chants de la Lune).

A écouter : Convictions, Grandes Chevauchées, Black, Futhark