Albums du moment
Pochette Back In Business

logo Hellshock

Biographie

Hellshock

Keet - batteur
D-Wreck - basse
Hopper - guitare
Ripper - guitare 
Grizzle - chant

 

Formé à Portland aux alentours de 2000 par cinq amis dont Derek Wilman (Remains Of The Day, From Ashes Rise, Coldbringer), Hellshock puise ses influences dans le crust des années 80 et le raw punk scandinave. Le premier album, Only the Dead Know the End of War, est enregistré en 2004.
Un an plus tard, Hellshock signe Shadows of the Afterworld suivi de deux eps.
Au four et au moulin, Derek Wilman profite d'un hiatus de trois années pour lancer The Estranged avant de réactiver la machine en 2009 pour une tournée japonaise avec Age suivi d'une tournée européenne. Le nouvel album intitulé They Wait For Your Still devrait voir le jour début 2010.

13.5 / 20
0 commentaire

Born Out of Darkness - Split w/ Age ( 2009 )

Hellshock est assurément l'une des formations de early crust les plus efficientes de ces dernières années. Celle qui a su conserver l'esprit barbare des débuts sans que ses atours en soient élimés pour autant. Avec un seul titre pour un 7" enregistré spécialement pour la tournée japonaise récemment entreprise, la cuvée 2009 aura du mal à rassasier notre appétit d'autant plus que la dernière production des ricains remonte à 2006. "Prizoner" est fidèle à l'esprit de Hellshock. Avec ses racines punk enrobées d'une grosse enveloppe métallique, la formation de Portland est actuellement l'une des rares avec Morne à offrir des compos inspirées et la puissance d'une division de panzers. Et ce même si ce dernier titre n'atteint pas totalement l'intensité d'un "The Company of Fools".
Plus intéressante la contribution des japonais de Niigata. Vétérans de la scène, comprenant également d'anciens membres de Hakuchi, AGE est l'incarnation d'un punk hardcore ultra agressif comme seuls les insulaires en ont le secret. Telles deux brulûres au fer rouge, "Time in Reverse" et "Earth Burning Black" mordent les chairs à la manière des Crow, Framtid ou Gauze, tout en saupoudrant les plaies de riffs thrashy rappelant Whiplash ou Exodus. Le tout étant porté à incandescence par un chant digne des puissances chtoniennes de Lovecraft que l'on pourrait rapprocher sur notre plan de celui de Sakevi (GISM), Tatsuhiro (Muga) ou Soujiro (Abraham Cross). Un bon petit skeud même si trois titres c'est pas bézef.

Tracklist : 1. Prizoner, 2. Time in Reverse, 3. Earth Burning Black

A écouter : Prizoner, Time in Reverse

Shadows of the Afterworld ( 2005 )

Sans déconner, rien que la présentation vaut le détour. Sortie en 2005, La Familia réédite cette bombe incendiaire qu'est Shadows of the Afterworld de Hellshock. Atmosphère belliqueuse, kalashnikov, grenades et ambiance de fin du monde dans ce superbe gatefold signé Mid (Disfear, Nuclear Death Terror). Hellshock est un peu l'image d'Epinal du crust. Tout y est exagéré, plongé dans une sauce piquante second degré - quand on sait que Derek Willman c'est aussi Remains Of The Day ou The Estranged, il ne peut en être autrement : des riffs sortis tout droit du petit manuel d-beat suédois couplé à celui du crust UK des Hellbastard, Amebix ou Venom; un traitement des voix à la japonaise avec une réverb'dans laquelle il est facile de se noyer.
Second degré peut-être mais au final rien n'est risible dans cette évocation nihiliste de nos sociétés. Hellshock est un prophète des temps obscurs qui, pour les durs d'oreille, sort sa plus grosse cloche pour sonner l'Apocalypse ("Fathom Unknown"). Un punk abrasif, sans concession d'aucune sorte qui transpire force, violence et agressivité mais qui sait parfois se faire mélancolique ("No Danw in Shit", "Reaper in the Wind"). Pas longtemps certes, car il n'y a pas de temps à perdre. Le vide et le néant sont pour demain.

 

Tracklist : 1. Afterworld, 2. Night Terrors, 3. Quantum Sickness, 4. Fathom Unknown, 5. No Dawn in Shit, 6. To Hell, 7. Welcome the Void*, 8. Reaper in the Wind.  

A écouter : Fathom Unknown, No Dawn in Shit, Reaper in the Wind