Chroniques
Pochette Juice B Crypts
Pochette Simulacrum
Pochette Pitfalls
Pochette R(h)ope
Pochette Daemon Pochette Wairua

Biographie

Heliogabale

Sasha Andrès (Chant)
Brice Pirotais (Basse)
Marcel Perrin (Batterie)
Philippe Thiphaine (Guitare)
Vivian Morisson (Basse, 1992-2010)
Klaus Sélosse (Batterie, 1992-1995)

Depuis 1992, date de la création du groupe parisien, Heliogabale a toujours adopté une ligne de conduite imprévisible et emprunte d'une sincérité indiscutable. En 1995, Heliogabale enregistre un premier album fondateur, Yolk, avec Iain Burgess. Cette même année sera marqué par le décès de Klaus Sélosse (batterie). Le groupe poursuit pourtant sans attendre sa fuite en avant avec un EP, To Pee, qui sort en 1996.
1997 marque leur rencontre avec Steve Albini qui enregistre leur album The Full Mind Is Alone The Clear. Deux ans plus tard, c'est Mobile Home, qui enregistré par Al Sutton (Today Is The Day, Don Caballero), sort sur le label Prohibited Records. Au même titre que Condense ou Portobello Bones, Heliogabale devient un acteur majeur de la scène (noise) rock française grâce à des concerts irascibles.
Jusqu'en 2005, les membres du groupes prennent le temps de respirer et de se consacrer à d'autres projets. Sasha Andrès tourne "Elle est des nôtres" de Slegrid Alnoy et Philippe Thiphaine rejoint M83 pour une tournée internationale. Diving Rooms, un excellent disque, marque le retour discographique d'Heliogabale en 2004. Il faudra attendre 2010 pour qu'une suite soit donnée, Blood (Les Disques du Hangar 221 / A Tant Rêver Du Roi), un disque étonnamment plus éclairé que ses prédécesseurs.
Depuis 2008, les musiciens d'Heliogabale ont également un side-project nommé Simple Appareil dont une demo 7 titres est déjà sortie.

Chronique

Blood ( 2010 )

Si nous devions relever une unique constante dans le parcours d'Heliogabale, ça serait leur inaliénable envie de donner une inspiration nouvelle à chacun de leur disque. Heliogabale est un groupe instinctif et prédateur, qui avec le regard porté au loin, ne peut que se résoudre à avancer pour survivre. Pas question de traîner le passé, si glorieux soit-il, comme une chaîne de plomb, Heliogabale n'a que l'écriture indélébile pour agir sur le fil de son histoire. Même le départ de Vivian Morisson, bassiste originel qui a participé à la composition de Blood, n'a pas empêché le groupe parisien de donner de superbes concerts avec Brice Pirotais (Les Hurleurs), un remplaçant tout trouvé.

Malgré ce regard vitreux, qu'on devine un jour au bord des larmes puis l'autre baigné d'indifférence, et ces narines juvéniles laissant ruisseler un maigre filet de sang, le visuel de Blood laisse transparaître une étonnante luminosité apaisante, imputable - peut-être - au choix des couleurs qui semblent directement restituer la chaleur corporelle filtrant depuis l'épiderme. A juste titre car Blood est le disque le moins corrosif d'Heliogabale. Explorant inlassablement des versants indie rock, voire indie pop (?), Blood est bercé par un optimiste rampant qui caresse, la plupart du temps, dans le sens du poil. Le chant de Sasha Andrès, toujours aussi sublime, entre rocailles incisives et chuchotements intimistes parfois même sucrés, y est développé de façon quasi théâtrale. Si bien, que la section rythmique, autrefois motrice infatigable des compositions d'Heliogabale, est ici remisée au bon dernier rang. C'est bien le seul reproche légitimement faisable à ce nouveau disque, d'autant plus que sur scène, basse et batterie reprennent de manière carnassière le terrain qui leur revient de droit.
Le travail de Philippe Tiéphaine à la guitare est toujours d'une justesse folle. L'animateur d'Heliogabale c'est bien lui. Ses impulsions sont directement branchées sur le ton des morceaux, qui sur Blood évoluent entre pop songs noisy de grandes classes ("Q for Qing", "Foolish If", "Rewind"), noise rock racé ("Juicy Fruit") et rock bluesy ("Knocked Out", "Drink this jab"), parfois rejoint par un saxophone ("Ô My Friends", "Zigzag"). Jamais le son ne dérape ou ne devient incontrôlable, mais Blood n'en reste pas moins une frise jalonnée de paysages émotionnels hétéroclites. C'est cet aspect, intimement lié au raffinement du songwritting, qui lui vaudra une durée de vie bien supérieure à n'importe quel disque d'indie rock lambda. Et si certains morceaux se révèlent immédiatement, une bonne majorité ne rentreront pleinement en contact avec vous qu'après les écoutes successives et la découverte de détails fascinants.

Comme Mobile Home à sa sortie, Blood risque d'être un disque difficilement compris, voire même difficilement accepté, tant il tranche avec les fantasmes que n'importe quel amateur d'Heliogabale peut imaginer à l'annonce d'un nouveau disque.Finalement, ce sont simplement les mots de "Rewind", ma-gni-fique dernier titre, qui donnent le meilleur qualificatif possible à Blood : "I did not expect this. I take it as a gift".

Tracklist : 01.Q for qing 02.O my friends 03.Strings theory 04.Foolish if 05.Providence process 06.Zigzag 07.Knocked out 08.Juicy fruit 09.Drink this jab 10.Rewind

A écouter : Rewind - Q For Qing - Foolish If - Knocked Out
Heliogabale

Style : Noise Rock
Tags :
Origine : France
Site Officiel : heliogabale.net/2010
Myspace :
Amateurs : 3 amateurs Facebook :