Biographie

Harley Flanagan

Connu pour sa prestation en tant que bassiste des Cro-Mags, Harley Flanagan nait en 1967 à San Francisco. Le musicien cotoie rapidement les mouvements Punk / Hardcore jusqu'à jouer dans The Stimulators, Cro-MagsWhite Devil et Harley's War. En 2016, il sort une autobiographie, Hard-Core: Life of My Own.

Chronique

Hard-Core: Life of My Own ( 2016 )

« NYHC=New York Harley Clones » (tag sur un mur délabré du Lower East Side, 1982)

Harley Flanagan. Cro-Mags. Deux noms légendaires qui évoquent le New-York Hardcore, le pur, le dur, le vrai, le tatoué, à un public de poètes férus de musique extrême et nourri aux mythes des bastons violentes des gangs de Skinheads ou des « Warriors » du Lower East Side !

Si l'on s'arrêtait à ce constat réducteur, cette autobiographie de Harley Flanagan n'aurait d’intérêt que pour quelques Hooligans nostalgiques d'une époque et de lieux qu'ils ne connaitront jamais : ce serait là un beau gâchis.
Car ce Life of my own est tellement plus qu'un simple pamphlet pro-NYHC : la lecture de cette bio du tout juste quinquagénaire auteur est fascinante de bout en bout.
Tout au long des 450 pages de ce bouquin jamais long ou ennuyeux, le lecteur fait un véritable voyage dans le temps pour se retrouver dans le New-York crasseux et dangereux de la fin des seventies et du début des années 80.Le tout en musique, bien entendu, sachant que le sieur Flanagan, bien avant de devenir cette icône Hardcore « Tough Guy » aux yeux du monde, a eu un long parcours parmi la ou plutôt les scènes musicales de la fin du XXème siècle.
Trimballé entre les USA, l'Europe ou le Maroc par une mère hippie (son père dealer et camé étant incarcéré, il n'aura quasiment aucun contact avec lui jusqu'au décès du paternel), le petit Harley a 10 ans à peine en 1977 lorsqu'il entend les Sex Pistols pour la première fois : c'est le choc. Il se met à trainer dans les clubs Punks New-Yorkais (Max’s, CBGB…) et perfectionne ses talents de musicien précoce à la batterie puis à la basse.
Le jeune Harley se retrouve propulsé à 11 ans batteur des Stimulators, le groupe Punk de sa tante, avec lesquels il va écumer toutes les scènes de la Big Apple, en tête d'affiche ou avec des pointures comme les DamnedB52'sSuicideStray Cats ou Madness, sans oublier les premiers groupes de Hardcore Américains comme Circle Jerks, Dead Kennedys ou Bad Brains (que les Stimulators hébergeront à leur départ de Washington DC et qui vont rapidement influencer toute la scène Hardcore locale).
Harley est alors un peu la mascotte de la scène New-Yorkaise: le bouquin propose certaines photos assez étonnantes du kid en compagnie des icônes Punk de l’époque !

Harley raconte également, avec moult détails et anecdotes, la réalité beaucoup moins rose de sa vie de gamin maltraité dans le quartier malfamé et dangereux du Lower East Side de Manhattan, alors fréquenté par les junkies, les putes et les gangs ; la tournée des Stimulators en Irlande du Nord (alors en pleine guerre civile) où Harley se fait raser le crâne par le batteur des légendaires Outcasts et devient Skinhead ; la transformation de ses potes d’Agnostic Front ou Murphy's Law puis de toute une petite armée en Skins rasés et tatoués (Harley est là aussi un précurseur) ; sa vie à 14 ans dans les squats sordides, la drogue et l’ultra violence ; ses mois d’errance à San Francisco ou au Canada ; les débuts et les péripéties des Cro-Mags ; son passage avorté derrière les fûts des Misfits…. jusqu'à ce concert de 2012 des Cro-Mags où, selon sa version, Harley est tombé dans un guet-apens et s'est défendu avec dents et couteau (bilan, quatre blessés) !

L’histoire hallucinante d’Harley Flanagan (Martin Scorcese ou Spike Lee, en experts des hommages à la Big Apple, en tireraient sans doute un excellent film !) est corroborée par certains témoignages que l'on retrouve dans les excellents bouquins American Hardcore ou NYHC.
Ayant eu le « plaisir » de connaître le New-York ravagé et en ruines de l'époque et la chance d’assister à un concert des Cro-Mags au légendaire Ritz à l'été 1986, juste à la sortie de leur premier album Age of Quarrel, ce témoignage incroyable m’a replongé dans des ambiances et des situations que l’on ne retrouve plus dans le New-York édulcoré d’aujourd’hui.
Comme vous l'aurez compris, je vous recommande hautement la lecture de ce bouquin, il a sa place juste à côté de la bio de Lemmy (l'une des influences majeures de Harley), en espérant qu’un éditeur français le traduise pour ceux qui n'ont pas la chance de lire l'anglais. Attention, âmes sensibles s'abstenir !

A écouter : A lire !
Harley Flanagan

Style : Punk / Hardcore
Tags : -
Origine : USA
Amateurs : 1 amateur Facebook :