Biographie

Hangin' Out

Originaire de Liège, Hangin’ Out sévit depuis 1999. D’abord fendu d’un split en 2004 avec Brave Like A Cowboy, le quintet belge sort son premier album – In Common Solitudes – en 2007 et son second Burning Bridges en 2012 via notamment le label Craze Records. La formation a tourné en France et en Belgique avec des pointures comme MXPX, No Fun At AllThe Flatiners et fait figure de solide groupe européen dans la catégorie punk-rock mélodique.

Chronique

Burning Bridges ( 2012 )

Dans le genre punk rock mélo, la Belgique n’a que faire des modes et des mœurs. S’appuyant sur le savoir faire et la longue tradition de qualité de sa patrie en la matière (Five Days Off, Sixtoys, Nervous Chillin’), Hangin’ Out présente une mouture délicieusement exécutée, qui se fout du calendrier et de l’horloge.

Les figures tutélaires – The Bouncing Souls, Strung Out, Rise Against – sont toutes convoquées, installées en cercle comme une parure, distillées dans chacune des tracks. Bien leur prend. Car ces références sont des indépassables. L’alternance des rythmes punk/skatecore, des riffs et des parties plus techniques, des rages et des temps calmes ("Welcome") soulignent une capacité à ne jamais ennuyer, à trouver les bons angles d’attaque pour que les 8 titres s’enchainent sans temps mort.

En ne négligeant jamais la mélodie sans verser pour autant dans le poppy, guidé par un frontman – Mario Brandic – animé d’un chant bien rageur ("Wingman") et d’une batterie bavarde, Hangin’ Out évoque bon nombre de groupes d’hier et d’aujourd’hui : Freygolo sur "Procedure", Good Riddance sur "I’ve just seen in face", Rise against sur "The witch hunt" etc. Ce qui peut lui-être reproché, Burning Bridges ne constituant par une pièce pleinement originale ou marquée par une identité forte/novatrice. Mais question efficacité, plaisir et réminiscence du punk 90’s, c’est un disque de choix. 

En écoute ici et en achat sur Craze Records.

A écouter : "The Witch Hunt", "Wingman"