Biographie

Gros Enfant Mort

Projet solo originaire de Poitiers, Gros Enfant Mort oscille entre Screamo et Post Hardcore. Un premier album éponyme sort en 2019, tandis que l'artiste s'adjoint les services d'autres musiciens pour effectuer quelques dates. Il faut attendre 2022 pour voir poindre La Banalité du Mal, son second album.

Chronique

15 / 20
1 commentaire (17/20).
logo amazon

La Banalité du Mal ( 2022 )

La France a sans nul doute continué de cultiver ce terrain fertile du Screamo, qui alterne entre périodes calmes et effervescence, au travers des fluctuations de combo du genre en son sein. Cela fait quelques années que nous ne sommes, à mon sens, plus en période de disette, tant par la multitude de sorties mais aussi les différents patronymes que l’on voit apparaitre et s’éteindre.
Je ne me ferai jamais à ce nom. Gros Enfant Mort. Je ne sais si ce patronyme est une référence, mais il fait plus sourire qu’autre chose au premier abord (et on peut s’attendre à le voir sur un groupe de Grind qu’un groupe de Screamo). Pour autant, La Banalité du Mal est déjà le deuxième méfait du groupe (projet solo studio, et groupe au complet en live).

L’éponyme empruntait le pas de danse d’un Gameness ou DaïtroLa Banalité du Mal prend les aspérités Post que l’on a vu fleurir (« Sans objection ni conscience ») et ses phrasés larmoyants (le sublime « Entre Quatre Murs »), rappelant parfois Yarostan ou Constante. Si l’on peut imaginer se faire renverser par la vague de cris de La Banalité du Mal, on se retrouvera plutôt dans une houle jamais trop violente, la partie instrumentale tenant largement plus du côté posé que des envolées à 100 à l’heure du Screamo malgré certains passages un brin syncopés.

Les mots restent totalement intelligibles même lorsqu’ils se transforment en cri et se noient dans les instruments (« Du rêve au ravin »), malgré quelques passages plus hasardeux (l’entrée en matière de « Retour vers le foutur »). Du Screamo, de très bonne facture, mais aussi une prod plus léchée que sur l’éponyme, notamment au travers du travail sur la voix (en termes de prod mais aussi d’émotions, notamment comparé à un « Egotropisme »).

Pour les fans de Post / Screamo, Gros Enfant Mort offre un nouvel EP plus poignant que le précédent, avec ce qu’il faut de parties doucereuses et de passages larmoyants pour te donner envie d’écouter encore et toujours du Screamo.

Gros Enfant Mort

Style : Screamo
Tags :
Origine : France
Facebook :
Bandcamp :
Amateurs : 0 amateur Facebook :