Titre : À L'Âme Enflammée, L'Âme Constellée... Année : 2013
Nombre de titres : 10

Tracklist
01. L'Aube
02. Les Forges
03. Samsara
04. Igneus
05. Dil
06. Moksha
07. Seizième Prière
08. Sem    
09. Une Epitaphe De Suie
10. Nadir
Acheter : logo amazon
Label : Sepulchral Productions
Collection : 2 membres possèdent cet album.
Moyenne lecteurs : 17.69/20 (8 avis dont 4 avec commentaire)


Les membres qui ont aimé À L'Âme Enflammée, L'Âme Constellée... aiment aussi :

Laisser votre avis

Commentaires

Darin 20 / 20 Le 08/07/2017 à 14H48

Plus j'en apprend sur le sujet et plus j'ai la conviction que "A l'Âme Enflammée, L'Âme Constellée..." a pour signification " l'éveil spirituelle ", " l’illumination", Le Nirvana du bouddhisme, Moksha ( qui d'ailleurs est le titre que porte l'un des morceaux ) de l’hindouisme et tant d'autre car tout cela est la même chose.
L'éveil spirituelle aurait pour caractéristique ( l'une d'entre elle tout du moins ) l'acceptation totale de la réalité, une résistance a celle ci qui serait inexistante et qui pourrait se caractérisé par la "fusion" ou la cohabitation paisible de la joie et de la tristesse ou bonheur/malheurs ou tout les autres formes et nom que peuvent porter ces deux polarités ( le yin yang du taoïsme? ) car l' Être, la paix intérieure serais indépendante de ceux ci, Dans une période de grande tristesse la paix et la quiétude intérieure se ressentiraient toujours, inconditionnellement, pour la satisfaction elle existe toujours et l'Être peut toujours interagir avec celle ( mieux que quiconque je pense même ) mais n'en serait pas dépendant la paix/quiétude intérieure est éternelle et inconditionnel..
Dans le morceaux Dil on a :
" Toi, qui regarde ton âme s'enflammer,
De l'étincelle d'une tendresse infime"
dans le morceaux une 'épitaphe de suie on retrouve l'expression suivante :
" Chantant par cycle la réunion tel un drapeau portant
Les couleurs des rires et des peines alunies "
" La souffrance est le meilleur des maîtres spirituelles " et ceux qui ne voient qu'une énième oeuvre dépressive et ne dispensant que souffrance semble tromper profondément.
La souffrance n'est qu'un chemin potentiel ( et INVOLONTAIRE je trouve important de préciser cela ) vert l'éveil.
Gris était bien sur empli d'une souffrance profonde, depuis ses débuts en tant que "Niflheim" et toujours en tant que Gris dans "Il était une forêt" mais il a toujours fait parcimonieusement montre d'une culture philosophique et spirituelle
" Je suis la laideur maquillé et le bonheur mal habillé
Je suis la peste soignée et la joie balafrée
Je suis la croix délabré et le clou mal forgé
Je suis le Jésus athée et le bouddha taré " dans Il était une forêt...
Cette fois ci Gris ne se concentre pas sur la souffrance mais bien sur ce qui est au delà de celle ci il suffit de jeter un œil a l'expression du morceau concluant cet album:
"Nadir
Cette Nuit est laide, vide et sale
De Flammes mortes et de Peines vomies.
Alors, puisse le Chant rompu de nos Cris,
Éveiller les Étoiles, au Cœur consumé.
Au Crépuscule du Monde,
Arracher le sable des Larmes. "
qui semble exprimé le basculement entre un monde inconscient, violent et qui souffre ( c'est notre monde et Nous somment ce monde ) vers un monde " éveillé " épuré de ses formes et de ses souffrance.
Je dirais qu'il s'agit de Notre éveil, tout ce qui est en rapport avec le feu, " l'âme enflammée" " Un désert de flammes qui dansent toujours " dans le morceaux les forges, les forges semblant être la véritable nature de l'existence ( perdu depuis longtemps donc on parle d'anciennes forges oubliées ) qui lorsque l'homme en prend conscience mène a l'éveil
" Cette Nuit est laide, vide et sale
De Flammes mortes et de Peines vomies." pour décrire notre monde, actuel étant donné que la grande majorité des gens sont " inconscient " ( j'utilise ce terme pour d'écrire le "non-éveil spirituel " )
Gris ne semble plus être le hérauts de la souffrance mais de l'"illumination, éveil spirituelle " d'un nouveau monde " de " tendresse infini " qui je pense est le Nirvana du bouddhisme, Paradis du christianisme et qui porte tant d'autres nom, qui n'est pas un autre monde, mais notre monde transformé.
La souffrance ayant mené Gris a l'éveil spirituelle...

Pour moi c'est un 20/20 !

Aeternitas 18 / 20 Le 20/01/2014 à 19H56

Très bon album de Gris alternant les mélodies douces aux cris sinistres. Ce mélange nous plongent dans une atmosphère sombre et belle à la fois... A écouter sans aucune hésitation.

metgopsypeth123 18 / 20 Le 31/12/2013 à 22H01

Attention chef-d'oeuvre! Autant les albums précédents m'avaient plus mais sans non plus me transcender autant celui-ci m'a retourné le cerveau.
Une grande richesse musicale, d'ailleurs j'ai même pas envie d'appeler cela du Black métal tellement on en est loin. Seule la voix du garçon (assez peu présente) nous rappelle où l'on est.

Radioshack 18.5 / 20 Le 17/09/2013 à 12H57

Avec À L'Âme Enflammée, L'Âme Constellée..., Gris nous gâte de son évolution stylistique, au même titre qu'une autre sortie en cette même année sur Sepulchral Productions, avec son ami de Sombres Forêts; La Mort Du Soleil.

Icare et Neptune tentent ici sur un opus en deux volets d'une durée d'1h et 20 minutes, un voyage spirituel hors du temps parmi les civilisations amérindiennes... et c'est une réussite totale !

Parmi les morceaux progressifs (Les Forges, Igneus, Seizième Prière et Une Épitaphe de Suie) structurant ce deuxième album de Gris, des interludes (Samsa, Sem) s’immiscent en faisant respirer l'Âme et toute sa force et sa beauté ressortent avec les magistrales Dil et Moksha (considérée comme l'intro du 2nd volet)... Et pour le coup il est important de revenir sur la première partie de l'album avec son "intro" L'Aube qui dégage une aura effervescente et tribale...

Nous sommes là face à une œuvre complète en tout sens, tant au niveau de l'écriture que du concept sans parler de la musique et de son art de composition. Tremblez face à la magie cathartique de À L'Âme Enflammée, L'Âme Constellée...