Albums du moment
Pochette Nighttime Stories
Pochette Sphere
Pochette Spotted Horse Pochette Full Upon Her Burning Lips
Chroniques
Pochette In The Raw
Pochette Metaportal
Pochette The Den
Pochette Broken Play Pochette ...

Titre : Il Etait Une Forêt... Année : 2007
Nombre de titres : 6
Acheter : logo amazon
Label : Sepulchral Productions
Collection : 4 membres possèdent cet album.

Moyenne lecteurs : 19.38/20 (4 avis dont 4 avec commentaire)


Les membres qui ont aimé Il Etait Une Forêt... aiment aussi :

Laisser votre avis

Commentaires

[email protected] 20 / 20 Le 24/12/2018 à 15H51

le meilleur album de se genre, très profond et froid. Du pure génie

dani voland 20 / 20 Le 28/10/2013 à 16H58

cet album est un véritable hymne a la misanthropie rythmé une musique froide comme une lame de couteau mais tèriblement magnifique .

Radioshack 18 / 20 Le 24/02/2013 à 16H27

"Taisez-vous. Taisez-vous. Fermez-là.
Larves emphatiques, vous déféquez par la gueule et vous vous noyez dans vos déjections
Pour disparaître, disparaître ailleurs, ailleurs, loin, très loin... trop loin"

De part ces mots j'ai directement été captivé par l'ambiance de l'album, déjà amateur de DSBM, j'ai pris mon pied avec ce morceau (Le Galas des Gens Heureux)... (plus qu'avec Il était une forêt... qui est quand même assez ensorcelante déjà). Les morceaux s'enchaînent dans cette sphère torturée, accablante, pesante... et qu'on aime souffrir avec leurs mots (maux?)... leur musique. Et voir la vie en Gris n'est peut-être pas plus mal que de la voir en rose je pense (ou ne pas la voir du tout).

Bref, Il était une forêt... est l'un de ces albums cultes de ce genre pour ma part. Et à en abuser sans modération.

Loozar 19.5 / 20 Le 11/07/2011 à 15H14

Cet album est une lame de rasoir qui ne tue pas, mais fait horriblement souffrir. Il nous rappelle que nous ne sommes que des êtres dérisoires et horribles à la fois. Ils nous descend de notre piédestal, nous pourfend de cicatrices en appuyant là où ça fait mal. Il appuie là où ça fait mal ? Que dis-je, il tire à bout portant là où ça fait mal.
Toujours est-il qu'on ne peut pas en sortir indemne. Rien n'est à la perfection, mais cet album est ce qui s'en rapproche le plus.