Biographie

Grade 2

Originaire de l'ile de Wight au sud de l'Angleterre, Sid et Jack ont fondé le groupe alors qu'ils avaient quatorze et quinze ans. D'années en années et au fil de leurs écoutes et expériences, les compères ont affiné leur expertise pour produire un rock dansant et percutant. Après une démo sortie en 2013 ils sortent un premier album très brut en 2016 Mainstream View. Ils enchainent dans la foulée avec Break the Routine. Après un peu de recul et une meilleure maitrise du studio ils signent chez Hellcat Records et sortent en 2019 Graveyard Island. Après la pandémie et une tournée, ils sortent en éponyme leur quatrième opus. 

Chronique

16.5 / 20
1 commentaire (16/20).
logo amazon

Grade 2 ( 2023 )

Le confinement passé, le trio de punk anglais Grade 2 sort son quatrième opus, quatre ans après un Graveyard Island qui leur a déjà attribué un certain statut dans la scène.  Les compères ont profité de pouvoir se poser pour partir en tournée et enregistrer un album produit par Tim Armstrong de Rancid. Ça augure du bon, reste à voir dans les faits ce que ça donne.

Pour les fans de basse, vous allez vous régaler ! Dès les toutes premières secondes de Judgment Day on entend un son ronflant et bondissant, hyper bien enregistré et produit. Une guitare tranchante vient s’y adjoindre, et la machine se met en marche. On a un punk à mi chemin entre rock et oi détonnant et dansant. Mon collègue photographe Flo qualifierait ceci de « Rancid s’ils étaient encore jeunes et bons. » et il ne se trompe pas. On ressent les influences du groupe californien entre autres références de l’Angleterre de la grande époque du punk. Le mix est parfait. L’énergie est là. Les voix de Sid et Jack se marient à la perfection et viennent se succéder et se compléter parfaitement sur les rythmes saccadés de la musique qu’ils produisent.

Au-delà du bon gout du mix et de la réalisation, on a des morceaux très inspirés. Une musique extrêmement efficace qui fait se déhancher et dotée d’une belle richesse mélodique. Les lignes musicales des trois instruments sont bien pensées et ont leur lot d’originalité dans un style qui a bien besoin d’un bon dépoussiérage. Une bonne racine bien Anglaise dans la veine d’un Sex Pistols, une efficacité Américaine d’un Rancid et un zeste frais qu’on peut par exemple retrouver sur le premier album de Royal Republic. Ce disque de Grade 2 c’est un peu ce cocktail frais et rafraichissant qu’on prend l’été après une bonne journée de sport ou avant un barbecue pour les moins sportifs (notez, on peut très bien faire les deux).

Sur les quinze morceaux on n’est pas en manque de tubes.  Il va y avoir des évidences absolues comme Under the Streetlight ou Midnight Ferry, des titres plus rock comme Brassic, d’autres encore, rapides et percutants comme Gaslight ou Doing Time. On trouve un titre qui tire vers du early grunge s’appelant Streetrat Skallywag qui est un peu mon petit préféré. Il y en a un peu pour tous les spectres du punk et tous ont leur petit quelque chose de satisfaisant à l’écoute. Même ceux plus rétro dans l’âme comme Parasite réussissent à avoir leur petite touche de modernisme et c’est vraiment très fort d’y parvenir de la sorte.

Pour vous illustrer l’éponyme de Grade 2 en image, c’est comme si vous entriez dans un pub anglais situé sur Venice Beach rempli de crêteux et de skateurs. Ça peut paraitre hétéroclite, mais ça fonctionne vraiment bien, et honnêtement dans le genre on a rarement entendu aussi bien.

A écouter : Under the Streetlight, Midnight Ferry, Streetrat Skallywag