Découverte
Pochette s/t

Biographie

Good Clean Fun

Justin Ingstrup - basse
Kelly Green - guitare
Mr Issa - chant
Danny MacClure - batterie
Aaron Mason - guitare

Même si les premiers enregistrements de Good Clean Fun ne datent que de 1999, l'idée de jouer dans un groupe de hardcore a longtemps germé dans l'esprit de Mr Issa, chanteur et principal compositeur du combo de Washington. Atterré par le manque d'humour de la scène hardcore du début des années 90, il franchit le pas et s'entoure d'une bande de joyeux drilles avec qui il taille la route. De l'Autriche à l'Australie, de la Nouvelle-Angleterre au Royaume Uni, des plages de Hawaii aux fjords de Norvège, Good Clean Fun effectue une centaine de concerts dans une trentaine de pays tout en trouvant le temps d'enregistrer deux skeuds, On The Streets et Straight Outta Hardcore.

Eprouvant le besoin de souffler, le groupe fait un break en 2002 et en profite pour rééditer toute sa discographie sur un seul support. Toutefois, l'appel du grand large étant le plus fort, Good Clean Fun repart sur les routes deux ans plus tard.

Chronique

14 / 20
1 commentaire (16.5/20).
logo amazon

Between Christian Rock and A Hard Place ( 2006 )

Good Clean Fun fait figure d'ovni dans le catalogue assez torturé de Reflections. Adepte d'un punk hardcore enjoué, le gang de Mr Issa, n'a de cesse de colporter son enthousiasme et son humour depuis des années dans un milieu qui, c'est un fait, en manque cruellement.

La dernière livraison du combo straight-edge de Washington ne fait pas exception à la règle. Tout au long des douze morceaux que compte Between Christian Rock and a Hard Place - treize si l'on compte le morceau fantôme - Good Clean Fun nous livre sans complexe son éternel hardcore old school, héritage des Gorilla Biscuits, 7 Seconds ou H2O. Aussi à l'aise dans des compositions rapides, révélatrices d'un véritable potentiel énergétique et mélodique ("Drop The Knife", "Positive Hardcore", "Drug War"), que dans les mid tempos, plus favorables aux sing-a-long que le groupe maîtrise à merveille ("Between Christian Rock and a Hard Place", "Except for All The Goths"), Captain Issa mène très bien sa barque où qu'elle aille. Good Clean Fun s'autorise quelques incursions popisantes de qualité ("A Healthy Dose of Reality Television", "A Little Bit Emo, A Little Bit Hardcore"), se fendant même d'une bluette sur "The MySpace Song", trop propre et mièvre pour être honnête il est vrai, sans pour autant perdre de son intégrité et de son intêret, la voix dure de Mr Issa faisant le reste.

Bien que déversant un positivisme à tout crin (pas de drogues, pas d'alcool, lutte pour les droits des animaux, végétarisme) Good Clean Fun n'en perd pas pour le moins son sens de l'humour, comme en témoignent les petites historiettes que constituent les morceaux "Ex-Straightedge-Ex", "Positive Hardcore", à cent lieues des textes plus hardline des Youth of Today et autre Minor Threat.
Celà dit, sous des dehors fantasques, le combo de Washington n'en est pas moins critique à l'égard de certaines tendances telles que l'infiltration de la religion dans le hardcore - le christianisme notamment - abordée dans le titre phare "Between Christian Rock and a Hard Place". Ce phénomène semble, d'ailleurs, préoccuper notablement Good Clean Fun qui en fait le thème de la cover.

Au final, Between Christian Rock and A Hard Place constitue un bon album de retour auquel il manque peut-être la petite étincelle qui permettrait à Good Clean Fun d'atteindre l'intensité d'un Kid Dynamite ou d'un Gorilla Biscuits. Suffisant toutefois pour la scène ou ce type de groupe prend toute sa dimension.

A télécharger : "What Corporate Rock Can't Say"

A écouter : "Between Christian Rock and a Hard Place", "A Healthy Dose of Reality Television", "Positive Hardcore"