logo Gonin-ish

Biographie

Gonin-ish

Gonin-ish est un groupe de metal progressif et expérimental créé au Japon en 1997 par Masashi Momota  et Anoji Matsuoka. Le premier album sort en 2000 uniquement au Japon et fait alors ressentir la volonté du groupe de composer une musique riche, complexe avec des pièces s'étirant en longueur.

Le deuxième album, Naishikyo-Sekai, voit le jour en 2005 et ne sera distribué en Europe qu'à partir de 2008 sous l'étiquette du label Season of Myst.

Chronique

15.5 / 20
3 commentaires (14.33/20).
logo amazon

Naishikyo-Sekai ( 2005 )

Il y a toujours un constat identique pour les œuvres en provenance de Là-bas : c'est barré, excentrique, kitch au possible et doué d'une musicalité originale... C'est ce qui fait le charme de cette scène. Les styles empruntés aux américains et aux européens sont mâchés, digérés et régurgités à la face du monde sans aucun complexe, et c'est beau de voir que cette extravagance n'est pas calculée, non, il n'y a là qu'un innocent désir de création extrême. C'est ce qui fait l'authenticité et le cachet des groupes de metal nippons.

Comme cette géniale plante mutante, la musique de Gonin-ish prend des formes, des couleurs et des textures improbables, un free metal parfois acide, puis d'autres fois plus léger. On pense à du jazz hallucinogène, à un générique de manga.... Et ça marche, même si la marmite déborde allégrement, on trouve toujours un malin plaisir à regarder bouillonner cette furieuse mixture un poil indigeste.

Le piano tient une place importante dans les mises en place du quinquet et marque sa présence notamment par des leads impressionnants. Il fait cependant colloc' avec un synthé aux sonorités extraterrestres bien cheaps en total contraste avec la grâce de ce dernier. D'ailleurs on retrouve cette dualité entre allégresse et virtuosité tout au long de l'album.
Cassures de rythme, accélérations, ralentissements, mesures composées... rythmiquement les compositions sont chargées et alambiquées. Les musiciens de Gonin-ish sont chevronnés et associent leur technique sans faille à une imagination ahurissante. Ça en devient même parfois loufoque. On pense notamment aux vocaux, que dis-je, aux gargarismes et vociférations de l'adorable chanteuse de la formation qui, quand elle ne donne pas dans le ending de manga (le chant en japonais force cet aspect, pour moi, pauvre occidental bas du front), pousse la gueulante de manière bien étrange. La palette vocale est aussi large que saugrenue mais cela colle à toutes les différentes teintes de l'album qui, d'après le livret, sont liées à un étrange récit de plante mangeuse d'âmes conté sous forme d'un mini manga (et le tout non traduit...).

On pense aussi au rock progressif anglais des 70's, pour le côté psychédélique et surdoué mais en plus agressif. Les morceaux frôlent la barre des dix minutes qui explose avec un final de vingt minutes définitivement fatal pour les neurones. Mention spéciale à Jinbaika avec son plan aux accents médiévaux rappelant le trop méconnu Gentle Giant.

La production est modeste. Encore une fois, c'est la musicalité instrumentale qui prime sur les effets superflus ou une surenchère sonore et les instruments conservent un son organique. Un équilibre qui profite au côté intimiste et metal de chambre de Gonin-ish.

Bref, du pur art japonais, exotique, fou, mais avant tout intelligent et que les fans de musique complexe et tordue avaleront goulument. Bravo à Season of Myst d'avoir pris l'initiative de distribuer ces gentils allumés par chez nous !

A écouter : au moins par curiosit !