Chroniques
Pochette Arkhipov
Pochette Summerland
Pochette Fearmonger
Pochette The Talkies
Pochette Vesica Piscis
Pochette Bernard Minet Metal Band Pochette No Good To Anyone
Découverte
Pochette Discography

logo Golliwog

Biographie

Golliwog

Saša - chant, guitare
Matej - basse, chant
Vid - guitare
Jure - batterie

Formé au cours de l'été '98 à Ribnica (Slovénie), le quatuor réuni autour d'un engagement commun pour les causes humanitaires (paix, végétalisme, anti-racisme, anti-sexisme, anti-globalisation etc.) sort rapidement ses trippes sur 3 sorties DIY en 3 ans (1999-2001).
Puis c'est le traversée du désert avec les études qui prennent de l'importance et la vie d'adulte qui s'installe. Ils trouvent néanmoins le temps de tourner un peu et de partager une demo K7 avec les Serbes (et pas les Anglais ni les Allemands) de No Comply en 2003.

Dès lors, ils commencent à plancher sur un nouvel album qui prendra plus de 2 ans à composer et enregistrer. More than Meets D.I.Y. sort en autoproduction fin janvier '06. Il sera plus tard repris par le label japonais In 'N Out Records (Ceremonial Snips, Freygolo, Authority Zero, RX Bandits, Rentokill etc.) et permet au groupe de tourner un peu plus en dehors de ses frontières.

Plague Allegiance ( 2010 )

Sacrés Slovènes. Avec tous les pamphlets humanistes et les rapports anti-conspirations qu'ils ont diffusés ces dernières années, on commençait à se demander s'ils n'allaient pas sortir un manifeste audio plutôt qu'un nouveau disque de musique (maintes fois annoncé et reporté). Quoiqu'en fait, aux vues des paroles (cyniques au possible) de ce Plague Allegiance, c'est tout comme...

Plague Allegiance, ou quand des anars veulent faire du punk rock simple et direct... mais pas comme les autres. Attirés par la modernité tout en refusant de s'y soumettre, ils tentent de faire du personnel sans user d'artifices dernier cri (technique tape-à-l’œil, production grandiloquente...).
Les accords punk hxc les plus basiques répétés sur 1 min ("Anti-Heroes") côtoient les plans incongrus 4 minutes durant ("Deception of a Frozen Heart").

Golliwog se fout de la cohérence, se fout de son potentiel; il est tellement plus jouissif de dilapider compendieusement ses meilleures idées et enchaîner spontanément, sans transitions ni retouches, des mesures glanées au hasard. Les compromis, les méthodes et la perfection, c'est pour les porcs qu'ils diraient. Avec un certain charme et de l'esprit au final. Insaisissables Slovènes.

Et pourtant, aussi surprenante qu'elle soit de prime abord, la galette tourne progressivement en rond et détourne l'attention. Ca en devient presque une marque de fabrique: avec un jeu de batterie pas franchement varié et 33 minutes hachées en 16 titres, difficile de faire dresser les oreilles jusqu'au bout.

A écouter : "Hermit Crab" ; "King of Hearts"
13.5 / 20
0 commentaire

More than Meets D.I.Y. ( 2006 )

Pressés sont nos Slovènes, mais ils devraient savoir que rien ne sert de courir… Sans trop réfléchir, Golliwog balance une sorte de version accélérée de NOFX sur un chant féminin. Des riffs au son, More Than Meets DIY s’abreuve donc de la bande au gros Mike version années 90. Les 18 titres affichant une durée unitaire moyenne d’1min 30 ~ 2 min, le quatuor a rarement le temps d’installer des ambiances plus recherchées et raffinées ("And Right Then is When My Philosophy Became Straight", "Operation Successful – Patient Dead"…), préférant aligner les roquettes les unes après les autres, sans aucune progression apparente.

Une prise de position qu’ils paient au fur et à mesure que le disque avance et que les morceaux s’empilent sans trop se démarquer des précédents ou des suivants.
Néanmoins, le chant de Saša, un brin plus inspiré que les riffs punk rock conventionnels à quelques accords ou le touta-touta mécanique du marteleur, confère un certain charme à l’ensemble qui s‘en trouve adouci et déjà plus personnel. Le double chant féminin / masculin avancé sur certaines parties est également signe de nouveauté et de dynamisme pour un groupe qui a tout de même du mal à atteindre l’originalité (et ce n’est pas en ajoutant de timides –bien qu’appréciables- coups de trompette ça et là, qu’il y parviendront. Vous-savez-qui l’a déjà fait…)

Reste que l’enthousiasme et l'engagement humain de Golliwog font tout de même plaisir à entendre, et raviront sans doute les amateurs du rapide-et-basique de la mi-90. Pour les autres, il faudra se contenter des beaux éclats qui surgissent de temps à autre dans cette masse compacte et pas vraiment variée.

Ecouter: 3 titres sur la page Myspace du groupe.

A écouter : "And Right Then is When..." ; "Operation Successful Patient Dead" ; "Sunday" ; "Coke Rain" ; "The Devil Came From Texas"