logo Gillian Carter

Biographie

Gillian Carter

Gillian Carter, qui voit très précisément le jour le 15 décembre 2005, doit son nom à un malentendu, au sens propre du terme. En effet, assistant à un concert d'Allegory Of The CaveLogan Rivera, le chanteur et leader de la formation croit entendre ces paroles. Quelques temps plus tard, racontant cette anecdote au chanteur d'Allegory Of The Cave, Logan se voit répondre qu'aucune parole du groupe ne comporte de mention à une "Gillian Carter"...

L'instabilité du Screamo de Gillian Carter se retrouve dans son line-up. En 2016 (depuis une certaine stabilité a été trouvée), Logan Riviera déclarait qu'en 11 ans, 14 batteurs, 8 bassistes et 4 guitaristes s'étaient succédé.

En 2018 sort ...This Earth Shaped Tomb, 5ème LP de la formation.

Chronique

17 / 20
3 commentaires (16.5/20).
logo album du moment

.​.​.​This Earth Shaped Tomb ( 2018 )

On associe souvent le Screamo à une forme de chaos dissonant et frénétique. C’est donc sans surprise que l’on retrouve chacun de ces élément « signature » du genre dans la musique de Gillian Carter. Ce n’est d’ailleurs pas autrement que Pill Sick (Becoming Negative Space) nous accueille ou plutôt nous cueille à froid.   Reprenant à son compte les canons du genre, …This Earth Shaped Tomb comporte ainsi son lot de bombes incendiaires. Visionless, Descent Into Darkness et Comdemned to Rot, dans leur unidimensionnalité, ne cherchent pas les faux semblants et ne prétendent à rien d’autre qu’être de salvatrices décharges d’énergies. Replacés dans l’album, ces morceaux peuvent cependant quasiment être considérés comme des interludes tant, au-delà de leur durée, ils se distinguent du reste.

Alors bien sûr on retient d’abord principalement les éléments emblématiques qui détonnent : le passage à l’harmonica à la The Lumineers en plein milieu de A Complete Disconnection ou encore l’instru à la guitare sèche Pure Consciousness qui évoquera à certains les sonorités du Leitmotiv de Dredg. Mais, là encore, même si tous ces éléments y contribuent incontestablement, cela ne suffit pas à décrire ce qui se passe à l’écoute de …This Earth Shaped Tomb. Car indéniablement, il se passe quelque chose qui transcende la question des genres. Quelque chose niché au cœur même de la mécanique qui, en coulisse, gouverne la grande majorité des morceaux, subtils patchworks versatiles. Sous un flot continu de Larsen que ne renieraient pas The Chariot, on passe ainsi magistralement d’une émotivité à fleur de peau à la The Saddest Landscape (Synthetic Lies) à des évocations bluesy à la Defeater comme sur le titre éponyme. On pense également beaucoup à Orchid mais à ce niveau-là, on se dit que la référence est certainement éculée.

Je ne suis pas un spécialise du Screamo, la liste des albums que j’ai chroniqués parle pour elle-même. Il serait ainsi présomptueux de ma part de qualifier …This Earth Shaped Tomb d’album du genre de l’année. Pourtant, à son écoute, s’en dégage quelque chose, une forme d’équilibre des forces pas si instable qu’elle n’en a l’air. Refusant la tentation du chaos permanent, Gillian Carter n’hésite pas à injecter de l’émotion au milieu des fulgurances distordues et des anaphores rageuses. Ce faisant …This Earth Shaped Tomb échappe à l’éphémère pour s’inscrire dans la durée. Dans nos têtes, sur nos platines et qui sait, peut-être, de façon encore plus durable.

…This Earth Shaped Tomb s'écoute en intégralité sur bandcamp.